Tendres Dragons

Couverture du livre Tendres Dragons
Tendres Dragons, Sylvie Chausse et Philippe-Henri Turin, Belin, 2007. ISBN: 978-2-7011-4511-2

J’ai rencontré ce livre pour la première fois lors du salon du livre jeunesse « Grains de sel » d’Aubagne en novembre dernier. Dans le cadre de mon master, je devais travailler comme libraire tout au long du salon, ce qui comprenait donc l’installation des stands, tenir un stand pendant les quatre jours et enfin faire les palettes de livres pour les retours, à la fin du salon. Je m’occupais du stand de l’éditeur Belin, et j’ai eu donc l’occasion de lire quelques ouvrages de leur catalogue, et tout particulièrement, de tomber amoureuse de Tendres Dragons. Le livre était sous cellophane au début, mais j’ai fini par en ouvrir un pour pouvoir montrer aux visiteurs la beauté de la chose, et à partir de là, les exemplaires sont partis comme des petits pains. J’étais en même temps contente d’avoir pu donner envie aux gens de l’acheter, et déçue qu’il n’en reste plus que je puisse acheter (et ainsi profiter des réductions qui nous étaient offertes puisqu’on travaillait pour le salon).

Finalement, la responsable des éditions Belin qui est passée voir mon stand était satisfaite du travail que j’avais fait, et du coup elle m’a envoyé un exemplaire ! Je m’attendais à ce que ce soit un chef d’œuvre, puisque je trouvais les dessins magnifiques, et je n’ai pas été déçue. Au contraire, le livre a réussi à m’impressionner d’autant plus par ses textes, pleins d’humour et de dérision. Les illustrations sont si détaillées et complexes, qu’on peut passer plusieurs minutes sur chacune d’entre elles à chercher tous les détails cachés.

Extrait de Tendres Dragons
Tendres Dragons de Sylvie Chausse et Philippe-Henri Turin, p.63. Illustration pour l’entrée « France ».

Pour parler concrètement du livre, il s’agit en quelque sorte d’un dictionnaire sur les dragons, qui répertorie les spécimens les plus connus comme Fafnir ou Nessie, et aussi un grand nombre de légendes liées aux dragons, comme celle de Merlin, et même l’histoire de Smaug du Hobbit de Tolkien. Les dragons des quatre coins du monde sont mentionnés  : Afrique, Extrême Orient, Asie, et même des dragons amérindiens. Au milieu de ces légendes plus ou moins connues, on trouve des entrées sur la reproduction des dragons, leur anatomie et même leurs insultes préférés. L’ouvrage est donc un juste milieu parfait entre le décalé et le recueil de légendes. Ainsi, l’entrée « Antiquité » comme nom propre parle des nombreux dragons de l’époque, tandis que l’entrée suivante, « Antiquité » comme nom commun, nous dit : « Terme employé par des jeunes blancs-becs pour désigner les dragons d’un âge avancé ». L’auteure prend également le partie des dragons tout au long du livre, en condamnant les « sauroctones » – les tueurs de dragons – qui ont eu l’audace d’affronter ces êtres fabuleux, pour simple raison qu’ils dévoraient quelques humains. L’ouvrage recense également d’autres créatures, principalement des serpents mais aussi les griffons ou les salamandres.

Mon seul regret : aucune mention du phénix, alors qu’à plusieurs reprises il est écrit que le dragon est la seule créature à cracher du feu. Autre remarque, sur le catalogue Belin il est indiqué que l’ouvrage convient aux enfants à partir de 5 ans et… Non. Sur certaines illustrations on voit un dragon coupé en deux, qui n’est pas des plus glamours, et les textes sont longs, et bien qu’ils soient magnifiques, il n’ont aucun intérêt pour un enfant si jeune. Selon moi, le livre s’adresse à des enfants un peu plus âgés, et à toute personne amoureuse de dragons. À la fin, on trouve un index, une liste qui répertorie les légendes « réelles » ou non et même une bibliographie.

Un petit bijou donc, qui plaira à tous les amateurs de dragons.

Publicités

2 commentaires sur “Tendres Dragons

  1. Tourlou,
    Mais comme je suis heureux de lire vos mots. merci. Je vais signaler votre blog à Sylvie Chausse. Quant à moi, j’ai un petit faible pour ce livre qui m’a demandé deux ans de travail, recherches et dessins. Et qui m’a permis ensuite de créer Charles le dragon publié au Seuil jeunesse.
    Vous pouvez me joindre à l’adresse mail qui suit.
    Je pourrai vous faire une dédicace si ce n’est pas déjà fait.
    Bien à vous et peut-être à un de ces jours sur un salon.
    Philippe-Henri Turin

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ! On ressent bien à la lecture du livre qu’il a demandé beaucoup de travail et de temps, c’est vraiment un coup de cœur pour moi et je ne me lasse pas des merveilleuses illustrations. Je ne connaissais pas du tout Charles le dragon, mais je l’ajoute immédiatement à ma liste de livres à découvrir ! Merci encore d’avoir laissé un commentaire, c’est avec plaisir que je suivrai votre coup de crayon.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s