Metropolis T1, de Stéphane De Caneva et Serge Lehman

Couverture de Metropolis, de Stephane De Caneva et Serge Lehman

Metropolis T1 de Stéphane De Caneva (dessin) et Serge Lehman (scénario), Delcourt, 2014, 96 pages.

L’histoire

1936. Au cœur d’une Europe en paix depuis trois quarts de siècle, se dresse une cité comme le monde n’en a jamais connue… Metropolis, le chef-d’œuvre de Serge Lehman sublimé par un graphisme de toute beauté. Capitale de tous les excès, centre névralgique de l’espionnage et des coups tordus, Metropolis possède ses zones d’ombres à l’instar des crimes atroces qui défraient depuis peu la chronique. Pour les résoudre, la police fait appel à un médecin autrichien, inventeur d’une science de l’esprit méconnue : le docteur Freud.

Note : 5/5

Lire la suite « Metropolis T1, de Stéphane De Caneva et Serge Lehman »

Publicités

L’Arbre des pendus, de Ben Aaronovitch

Le Dernier apprenti-sorcier T6 : L’Arbre des pendus de Ben Aaronovitch, traduit de l’anglais (Grande Bretagne) par Benoît Domis, J’ai lu, 2018, 376 pages.
Version audio narrée par Kobna Holdbrook-Smith.

L’histoire

À l’emplacement actuel de Marble Arch, à Londres, se dressait jadis la tristement célèbre potence de Tyburn, surnommée l’arbre des pendus, où l’on exécutait les criminels les plus notoires du royaume. William Wallace ou Olivier Cromwell y auraient connu une fin funeste. Mais aujourd’hui, les riches demeures d’Oxford Street et de Mayfair, situées là où les condamnés faisaient leurs derniers pas, sont le théâtre d’événements pour le moins étranges. Peter Grant, agent de la Police Métropolitaine de Londres et dernier apprenti sorcier du royaume, mène une nouvelle fois l’enquête…

Note : 5/5

Lire la suite « L’Arbre des pendus, de Ben Aaronovitch »

Descender T5 : Le soulèvement

Descender T5 : Le soulèvement, de Jeff Lemire (scénario) et Dustin Nguyen (dessin et couleur), Urban Comics, « indies », 2018, 128 pages.

L’histoire

Alors qu’ils approchaient de la planète Mata, où sont censés se trouver le Dr Solomon et l’Ancien robot, le capitaine Telsa et le Dr Quon ont découvert la véritable identité de celui qu’ils pensaient être Tim-21. Infiltré sous les traits du jeune androïde, Tim-22 a pris les commandes du vaisseau et s’apprête à fournir les dernières données nécessaires à son père, Psius, pour déclencher la guerre contre le CGU et ainsi redonner le pouvoir aux machines. Au même moment, sur la Lune Mécanique, Tim-21 parvient à entrer en communication avec Andy…

Note : 5/5

Lire la suite « Descender T5 : Le soulèvement »

C’est le 2 juin, je balance tout !

je-balance-tout

Ce rendez-vous a été créé par Lupiot du blog Allez vous faire lire.

Les règles du RDV

  • Le Top & Flop des lectures du mois précédent.
  • Au moins une chronique découverte sur un autre blog le mois dernier.
  • Au moins un article lu et aimé le mois dernier (hors chronique littéraire).
  • Et enfin : le truc trop cool que vous ayez fait ou qui vous est arrivé pendant le mois.

J’ai lu très peu de livres finalement en mai, mais j’ai réussi à avancer un peu dans mon retard de billets de blogs, articles et podcasts à lire et écouter, ce qui m’a permis de découvrir pleins de choses !

Le Top et Flop de mes lectures

Les albums de Layla Benabid étaient dans mes coups de cœur, Liero et Chapillon, donc, que je recommande absolument. J’ai aussi beaucoup apprécié la nouvelle The Furthest Station de Ben Aaronovitch, toujours dans l’univers du Dernier apprenti-sorcier que j’adore. Pour le flop, ce sera Papa, maman, le genre et moi de Michela Marzano que je conseille plutôt d’éviter pour aller lire d’autres documents plus à jour.

Florilège de chroniques lues

La chronique de Ejo de Beata Umubyeyi Mairesse, sur Femmes de lettres, m’a convaincue de rajouter ce recueil de nouvelles dans ma liste de souhaits. Côté comics, Sonia de Comics Have the Power a chroniqué les différentes sorties françaises du Free Comic Book Day, ce qui était très bienvenue puisque je n’ai pas pu tout avoir ! Biblioqueer a fait un retour sur sa relecture de la série Y le dernier homme, de Brian K. Vaughan et Pia Guerra, avec un regard plus critique que lors de sa première lecture, ce que j’ai trouvé très intéressant !

On reste dans la BD, avec côté manga une chronique d’Arcanes Ouvertes à propos de L’Atelier des sorciers de Kamome Shirahama, que j’avais vu circuler et qui me donnait envie de me remettre aux mangas… et c’est confirmé, il faut que j’acquière cette série ! Enfin, Face de citrouille a chroniqué De Cape et de mots de Flore Vesco, que j’aimerais beaucoup lire aussi maintenant.

Les liens qui m’ont fait dire « Waouh »

Dans le monde de la véganie

J’en parle de temps en temps dans cette rubrique mais j’adore le podcast Les Carencés, c’est d’ailleurs en grande partie celui-ci (dans sa première version à l’époque) qui m’a amenée à vraiment questionner mes pratiques, puis à devenir végane. Tous leurs épisodes sont intéressants, mais j’ai été particulièrement touchée par « Indomptables » qui parle principalement de cirque sans animaux, avec le retour très sincère et éclairant de Sandrine Bouglione, qui a décidé avec son mari, d’arrêter d’utiliser des animaux dans leur cirque.

Je recommande le billet de La Carotte masquée à propos du refuge « Le Mistral » qui entend sensibiliser les personnes sur la question de l’élevage, tout en faisant sortir des animaux de cet enfer. Un beau projet à soutenir et encourager !

Sur Vegactu, Lili Gondawa a chroniqué le livre de Jonathan Balcombe récemment sorti, À quoi pensent les poissons ? et partage quelques informations disponibles dans le livre et particulièrement éclairantes.

Côté genre et féminisme

À propos de genre, certains parents entreprennent de ne pas genrer leur bébé afin que ces enfants puissent choisir leur propre genre plus tard, sans se sentir bloqué et enfermé dans un genre assigné par rapport à leurs appareils génitaux, et je suis en amour complet avec cette idée. Alex Morris en parle dans un article sur The Cut : « It’s a Theyby! Is it possible to raise your child entirely without gender from birth? Some parents are trying. ».

On le sait bien, la société demande aux femmes de correspondre à une certaine norme de beauté. Dans mon tiroir partage une BD sur la fameuse phrase « Il faut souffrir pour être belle ». Lallab analyse dans un dossier « The French liberté » la liberté offerte aux hommes et aux femmes à disposer de leurs corps en France. Dans le troisième article, « The French liberté III : celle d’exhiber un corps parfait » les parties du corps des femmes sont analysées pour voir ce qu’il est possible ou non d’en faire, et quels sont les tabous.

Toujours sur Lallab, Tarani Taye et Selma Bouledjouidja publient un article « Pourquoi nous n’allons plus voir de films faits par/avec des agresseurs » qui explique très bien la démarche. En parlant de pop-culture, sur Usbek & Rica, Yannick Rumpala revient sur l’importance des écrivaines dans la science-fiction : « Ce que la science-fiction doit aux écrivaines ». BALLAST publie un entretien des plus intéressants avec l’artiste Emma : « Emma : « Faire péter le patriarcat en même temps que le capitalisme » ».

J’ai découvert un nouveau carnet de recherche, Femmes et tatouage : approches historiques, dont le sujet m’intéresse beaucoup et j’ai lu avec plaisir le billet explicatif « Quelles sources pour l’histoire du tatouage féminin ? Quelques observations préalables » de Jeanne Barnicaud.

Le carnet GenERe a publié l’enregistrement d’une conférence qui date un peu mais qui reste très intéressante, et importante : celle de Pinar Selek sur le sujet « Réfléchir sur les dominations et les résistances : l’exemple du mouvement féministe en Turquie ». Enfin, pour garder toujours la convergence des luttes en tête, rien de mieux qu’un article de Mrs Roots tel que « Pourquoi la gentrification est un enjeu afroféministe ? ».

Pour finir, une série d’articles intéressants qui parlent de la culture du viol et des violences faites aux femmes, à éviter si ces sujets peuvent être des déclencheurs pour vous. Tout d’abord, Noémie Renard a sorti son livre En finir avec la culture du viol et propose un extrait sur son blog Antisexisme « Le viol comme outil disciplinaire ». Le carnet de recherche de l’Institut Français des Études Andines publie un article de Robin Cavagnoud intitulé « Quelle portée du mouvement « Me Too » dans l’accès à l’aide institutionnelle ? » et je trouve ça important de se renseigner sur ce qui se passe ailleurs que dans les pays occidentaux puisque c’est tout aussi important.

 

Pop culture, tu l’aimes, tu l’analyses

Marion Montaigne a fait quelques planches sur Tu mourras moins bête à propos du réalisme (ou non) de ce qui se passe dans le film Annihilation ! Et Jo Writes Stuff a fait une excellent billet sur les histoires qui vieillissent « Tales as Old as Time: How Stories Age » ou pourquoi parfois on n’arrive pas à accrocher à un classique : parce que le contexte a changé et qu’il n’a plus grand-chose de révolutionnaire.

J’sais pas où l’mettre mais j’aime et c’est important

Sonia, sur Comics Have the Power, nous a partagé une superbe interview de Stéphanie Hans, et c’est particulièrement intéressant ! Toujours sur des artistes, je vous parlais le mois dernier de la table ronde à laquelle je participais avec La Voix des Bulles sur la représentation des femmes dans la BD, l’enregistrement est en ligne ! Foncez écouter Diglee, Layla Benabid, Hélène V. et Limcella, elles ont plein de choses merveilleuses à dire.

Une bonne dose d’anti-racisme avec un article de Kesiena Boom pour Broadly : « 100 Ways White People Can Make Life Less Frustrating For People of Color », à garder en tête pour agir comme un·e allié·e et pas seulement prétendre l’être. Sur The Atlantic, Ta-Nehisi Coates a fait un article très éclairant et plutôt mordant : « I’m Not Black, I’m Kanye. Kanye West wants freedom—white freedom ». Fabien Vehlmann partage des planches très touchantes sur La Revue dessinée, « Ma rencontre avec Fodé » où il raconte comment lui et sa femme ont accueilli à bras ouverts Fodé qui vient de La Guinée-Conakry, pour l’accompagner et l’aider à demander ses papiers…

On connaît bien (j’espère) les impacts du colonialisme. J’avais moins en tête l’importance de la nourriture dans ce processus, mais l’article « Ethiopia and Eritrea’s Long History With Lasagna » par Hannah Giorgis sur Taste m’a beaucoup appris ! Comment les pays colonisés ont su se réapproprier des recettes amenées par les colons pour les intégrer à leur culture.

Côté actualité, BALLAST publie un article « Pas de train aujourd’hui pour qu’il y en ait demain », le témoignage de Laura D. qui nous en apprend beaucoup sur ce que signifie vraiment cette lutte et pourquoi il est important de se battre et de faire entendre les revendications des cheminots. Sur Simonæ, Vimairetta revient sur la « Polémique sur l’obligation vaccinale : le point sur les idées reçues » qui devrait être partagé dans tous les coins pour que les gens cessent – peut-être – de faire n’importe quoi.

Dans un tout autre sujet, sur Usbek & Rica, Jean-Dominique Séval nous parle de la mort dans l’environnement numérique : « Debout les morts… numériques ! » un sujet auquel je ne pensais pas du tout, alors qu’il semble très important et que clairement les scientifiques n’ont pas attendu Black Mirror pour envisager la vie numérique après la mort.

Ce que j’ai fait le mois dernier

Le premier samedi du mois de mai est chaque année synonyme de Free Comic Book Day ! À cette occasion j’étais donc dans ma librairie préférée, L’Antre du Snorgleux, avec l’association de cosplay Comics Team Marseille pour y passer une superbe journée 🙂

Puis le lendemain, je suis partie pour la Bretagne avec une amie, une semaine de road trip pour y découvrir tout un tas de merveilleuses choses, c’était la première fois que j’y mettais les pieds mais certainement pas la dernière ! J’ai complètement adoré, mon endroit préféré était certainement Huelgoat avec ses chaos rocheux de toute beauté.

Chaos Rocheux à Huelgoat.
Chaos Rocheux à Huelgoat. Photo de Marion Wesely

Côté séries ! J’ai regardé la seconde saison de 3 %, cette série SF brésilienne très sympathique et l’intrigue avance plutôt rapidement dans cette saison. J’accroche moins à la plupart des personnages, mais c’était tout de même un bon moment. De Dear White People j’ai également regardé la deuxième saison (ou le deuxième volume, peu importe) et j’ai vraiment eu un coup de cœur pour le personnage de Joelle. Enfin, j’ai été un peu déçue de la quatrième saison de Broad City qui me faisait pourtant rire à gorge déployée jusqu’ici… Seul l’épisode sur les sorcières m’a beaucoup plu, le reste était un « meh » un peu fade.

Au cinéma, je suis allé voir Deadpool 2 et je suis pas certaine d’avoir déjà autant rit devant un film. Je l’ai trouvé encore plus drôle et intéressant que le premier, ce qui est toujours une bonne surprise.

Enfin, merci Arte et ses replays, j’ai pu voir Mustang, qui est à la fois glaçant et touchant. Et j’ai adoré Les délices de Tokyo, ce film est merveilleux, adorable, émouvant et très beau.

Voilà ! J’espère que le mois de mai vous a été bénéfique, bonnes lectures à vous pour le prochain mois 😉

The Furthest Station, de Ben Aaronovitch

The Furthest Station de Ben Aaronovitch

Le Dernier apprenti-sorcier T5.5 : The Furthest Station, de Ben Aaronovitch, Orion Books, 2017, 144 pages.
Version audio narrée par Kobna Holdbrook-Smith.

L’histoire

Des fantômes traînent dans le métro londonien, des spectres tristes et inoffensifs dont la présence provoque à peine un frisson et attire les touristes. Mais à présent, des salves d’apparition sur la Metropolitan line et ces fantômes sont terrifiants, agressifs et semblent être à la recherche de quelque chose. Peter Grant se retrouve donc à partir à la chasse aux fantômes, avec Jaget Kumar qui travaille pour la police des transports. Rejoints par sa cousine apprenti magicienne et Toby le chien chasseur de fantômes, leur enquête prend une tournure bien sombre quand ils réalisent que la vie d’une personne est en danger.

Note : 5/5

Lire la suite « The Furthest Station, de Ben Aaronovitch »

InSEXts T2 : The Necropolis, de Marguerite Bennett et Ariela Kristantina

InSEXts T2 : The Necropolis, de Marguerite Bennett (scénario) et Ariela Kristantina (dessin), Aftershock, 2017, 144 pages.

L’histoire

Après avoir réchappé de justesse de leur bataille à Londres, Lady et Mariah doivent fuir pour Paris, afin de se remettre et de restaurer leur amour. Mais sous la ville lumière, se trouve un monde sombre qui regorge de sorcellerie, de séduction et de monstruosité… un monde appelé la Nécropole.

Note : 4/5

Lire la suite « InSEXts T2 : The Necropolis, de Marguerite Bennett et Ariela Kristantina »

Papa, maman, le genre et moi, de Michela Marzano

Papa, maman, le genre et moi de Michela Marzano

Papa, maman, le genre et moi, de Michela Marzano, Albin Michel, 2017, 207 pages.

L’histoire

La question du « genre » embrase et divise depuis quelques années la société française. D’un côté, ceux qui voient dans cette question une idéologie visant à détruire les fondements de la famille et donc de la société. De l’autre, ceux qui font de la lutte contre les discriminations une priorité absolue. Mais si le sujet cristallise toutes les passions, de quoi parle-t-on réellement ?
La philosophe Michela Marzano décrypte la question en dénonçant les nombreuses confusions des militants et des intellectuels entre : différence des sexes, identité de genre, orientation sexuelle, pratiques sexuelles. Elle rétablit, avec une intelligence fine et lucide, la vérité sur un enjeu de société.

Note : 2/5

Lire la suite « Papa, maman, le genre et moi, de Michela Marzano »

Dolly, de Layla Benabid et Olivier Dupin

Dolly de Olivier Dupin et Layla Benabid

Dolly, de Layla Benabid (illustrations) et Olivier Dupin (scénario), ZéTooLu, 2017, 28 pages.

L’histoire

Voici ma chienne Dolly. Deux perles noires sur une bouille à croquer.
Elle est arrivée dans la famille il y a très longtemps. Avant moi, même.
Une sacrée curieuse, je ne vous raconte pas.
Il n’y a pas un trou de souris ou un meuble… dans lequel elle n’a pas passé sa truffe.

Note : 5/5

Lire la suite « Dolly, de Layla Benabid et Olivier Dupin »

Liero et Chapillon, de Layla Benabid

Liero, de Layla Benabid, Éditions d’Orbestier Rêves bleus, « Cartoons », 2015, 32 pages.
Chapillon, de Layla Benabid, Éditions d’Orbestier Rêves bleus, « Cartoons », 2013, 32 pages.

L’histoire

Dans Liero, suivez un lièvre curieux qui explore à ses risques et périls la tanière d’un blaireau.
Dans Chapillon, un chat malicieux veut à tout prix attraper un joli papillon…

Note : 5/5 ♥ Coup de cœur

Lire la suite « Liero et Chapillon, de Layla Benabid »

C’est le 1er mai, je balance tout !

je-balance-tout

Ce rendez-vous a été créé par Lupiot du blog Allez vous faire lire.

Les règles du RDV

  • Le Top & Flop des lectures du mois précédent.
  • Au moins une chronique découverte sur un autre blog le mois dernier.
  • Au moins un article lu et aimé le mois dernier (hors chronique littéraire).
  • Et enfin : le truc trop cool que vous ayez fait ou qui vous est arrivé pendant le mois.

Avant tout, j’ai fait une terrible erreur le mois dernier dans ce rendez-vous, j’ai oublié de mentionner une flopée de liens. Pourquoi ? Parce qu’apparemment je ne sais toujours pas me servir d’Evernote à partir de ma tablette… Donc certains des liens sont encore plus vieux que d’habitude (avec mon retard de lecture…).

Le Top et Flop de mes lectures

Ça faisait un moment que je n’avais pas eu de flop mais pour le coup, Exo de Fonda Lee remporte le titre haut la main. Le reste de mes lectures s’est beaucoup mieux passé et en top je citerai un très bon roman de SF pour compenser, Amatka de Karin Tidbeck ainsi qu’un livre à la limite entre le roman et le témoignage, Les putes voilées n’iront jamais au Paradis ! de Chahdortt Djavann (mais prenez garde aux avertissements sur le contenu pour ce dernier livre).

Florilège de chroniques lues

Arcanes Ouvertes a chroniqué un livre que je veux acheter depuis longtemps, Les règles… quelle aventure ! de Mirion Malle et Élise Thiébaut, pour expliquer les règles sans tabou et avec badasserie. Sur Comics Have the Power, deux chroniques m’ont beaucoup plu : celle de Thomas S. à propos de Love is Love (qui attend sur mes étagères depuis trop longtemps) et celle de Sonia sur InSEXts de Marguerite Bennett et Ariela Kristantina (dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici).

Face de citrouille participe également à l’augmentation de ma liste de livres à acheter, dont La lune est à nous de Cindy Van Wilder et Libération de Patrick Ness.

La chronique de La petite créature à propos de la BD Ceux qui restent, de Josep Busquet et Alex Xöul m’a convaincue : si j’adore les œuvres de fantasy où des personnages partent à l’aventure vers d’autres mondes, je suis de plus en plus intéressée par ce que ça donne pour les autres, pour ceux qui voient ledit personnage disparaître.

Enfin, Femmes de lettres fait une chronique très éclairante au sujet du livre De l’ardeur : Histoire de Razan Zaitouneh avocate syrienne de Justine Augier, de quoi mettre les choses en perspective et toujours garder un esprit critique sur nos lectures.

Les liens qui m’ont fait dire « Waouh »

Dans le monde de la véganie

Je n’ai bizarrement pas grand-chose à mettre dans cette catégorie ce mois-ci, ce qui ne veut pas dire que rien d’intéressant n’a été publié ! Encore une fois, je suis affreusement en retard dans mes lectures, je me rattraperai la prochaine fois. Mais plus ou moins en rapport avec le véganisme, je recommande vivement la lecture de cet article sur Au vert avec Lili : « Faut-il avoir peur du soja ? {Interview avec Hervé Berbille} ».

Côté genre et féminisme

On entend parfois, de la part de personnes clairement ignorantes sur le sujet, que c’est bon, le féminisme, faut arrêter, les femmes ont le droit de voter et d’avorter, elles devraient être contentes. Or, le droit à l’avortement est toujours remis en cause, et pas seulement à l’étranger, ce que l’on voit très bien dans le documentaire d’Arte « Avortement, les croisés contre-attaquent » (disponible en replay jusqu’au 4 mai, foncez !). Sur ce même sujet, l’article « Mémoires et actualités de la contraception et de l’avortement en France » publié sur le carnet de Mondes Sociaux par Leslie Fonquerne et Justine Zeller est très éclairant. Pour rester sur la contraception, et plus particulièrement les applications de suivi menstruel, Marion Coville sur Fem.Tech fait le point : « Les applications de suivi menstruel : Quantified self, genre, santé… et Digital Labor ? ».

Rokhaya Diallo écrit un excellent article sur Slate : « Le voile n’est pas incompatible avec le féminisme » parce que malheureusement beaucoup de gens ont encore du mal à le comprendre. Dans la parenthèse « laissez-nous faire ce qu’on veut de notre corps », il y a également l’article d’Agate sur Roseaux : « Je n’ai jamais voulu d’enfants (et je n’en voudrai jamais) », donc calmez-vous avec vos « tu changeras d’avis ».

Dans mon tiroir a fait une autre très forte BD sur le viol conjugal : « « Passer à la casserole » – Et si on parlait du viol au sein du couple ? » qui donne bien froid dans le dos. La petite créature revient sur les animaux « de compagnie » et plus particulièrement sur les rapprochements faits entre les chats et les femmes : « Les femmes, ces chattes mal-aimées ». Sur un propos similaire, je recommande la vidéo, en anglais, de A Privileged Vegan, « How the gender binary hurts « pets » (3/3) » (et toutes ses autres vidéos par ailleurs).

Sur la discrimination et le sexisme, un autre article sur Slate : « Discrimination vocale et sujets « féminins », le sexisme à la radio » d’Aude Lorriaux. Également, un récit d’expérience que j’ai trouvé très intéressant de Patricia Mercader sur Espaces réflexifs « Entre collègues (1/2) – Professeure de psychologie à l’université et lesbienne : la « discrétion » comme parole prise, non prise, sous emprise » ainsi que la seconde partie.

Enfin, cet excellent épisode d’une série de France Culture sur le Japon, « Les femmes japonaises, tradition, modernité et féminisme », mais toute la série est très intéressante.

Pop culture, tu l’aimes, tu l’analyses

Sur la représentation, la captation audio d’une table ronde à laquelle Cordélia (de la chaîne MX Cordélia) a participé avec d’autres personnes bien chouettes : « Représentations LGBT+ dans la littérature jeunesse ». Également, un article sur le carnet The Armadillo à propos de la représentation des femmes dans certaines BD : « Girl Power : Quand la BD libère les femmes (ou pas) » et encore des captations audios d’une journée d’étude, « Genre et bande dessinée » sur le carnet GenERe.

Auxmarchesdupalais revient sur la représentation de personnages handicapés et sur ce que cela dit de notre société (spoiler : c’est affligeant) : « Trop moche la vie : Riche mais handicapé(e) ».

Malaises dans la lecture frappe encore très fort avec trois billets d’Anne-Claire Marpeau : « Bel-Ami et les personnages féminins : Problématiser le viol dans un cours de français » pour la première partie, puis par là pour la seconde et par ici pour la troisième.

Sur Déjà Vu, Patrick Peccatte revient sur « Le regard masculin dans les premières publications populaires américaines (1840-1920) » en trois billets (voici le second, et le troisième), c’est très intéressant et parfois plutôt surprenant ! Enfin, Julien Baudry fait un état des lieux des BDs numériques françaises dans un article sur The Comics Grid : « Paradoxes of Innovation in French Digital Comics ».

J’sais pas où l’mettre mais j’aime et c’est important

Sur le sujet de l’anti-racisme, tout d’abord la vidéo d’une conférence sur l’appropriation culturelle : « L’appropriation culturelle : les enjeux d’une lutte » sur la chaîne de Keyholes & Snapshots, puis l’éditorial de Susan Goldberg, la nouvelle rédactrice en chef de National Geographic : « Pendant des décennies, nos reportages étaient racistes. Pour nous en détacher, il nous faut le reconnaître. ».

Suite à l’assassinat de Marielle Franco, BALLAST a traduit un reportage et portrait d’elle : « Rio de Janeiro, à l’ombre de l’apartheid ».

Pour finir, une excellente série de documentaires audios sur le sexe : « Le sexe comme objet – Savoirs et sexualité » sur France Culture, qui aborde des sujets comme le porno, le SIDA, la contraception et l’éducation sexuelle.

Ce que j’ai fait le mois dernier

Le mois d’avril a été très amusant, mais pas du tout reposant ! J’ai fait une escapade avec ma famille à Port Aventura, sous un soleil de plomb, c’était bien chouette parce qu’on a bien rit et testé des attractions plus folles les unes que les autres. C’était aussi un gros mélange de langues parce que je ne maîtrise définitivement pas du tout l’espagnol (encore moins à l’oral que l’écrit), donc on se débrouillait comme on pouvait entre le français, l’anglais, des bouts d’espagnol (et de l’italien ? merci maman mais ça n’aide pas). Et puis, j’avais repéré un pub qui faisait du végane, donc on discutait en anglais avec le serveur !

De retour de toutes ces émotions, j’ai enchaîné avec le festival Des Calanques et des Bulles sur lequel j’avais deux casquettes : la première comme cosplayeuse de l’association Comics Team Marseille. C’était le premier festival où on avait un stand et c’était chouette de pouvoir être posé·e·s tou·te·s ensemble, de discuter et de faire des (mauvaises) blagues. On a aussi beaucoup ri aux quizz qu’on avait prévu avec le public. Sous ma deuxième casquette (ou perruque pour le coup), j’ai co-animé une table ronde sur la représentation de femmes en bande dessinée, avec La Voix des Bulles et nos invitées Diglee, Layla Benabid, Limcella et Hélène V. C’était la première fois que je faisais un tel exercice et c’était que du bonheur !! Toutes les autrices étaient fabuleuses, avaient mille choses intéressantes à partager (dommage que la table ronde n’ait pas pu durer plus longtemps) et j’ai eu l’occasion de parler féminisme et écriture inclusive avec Diglee en off (c’était dur de calmer mon excitation et les étoiles dans mes yeux). Dès que l’enregistrement audio est publié, je le partagerai 😉

Côté visionnage, j’ai regardé la série Altered Carbon et des chroniques que j’ai pu lire et voir, ce que je n’ai pas aimé ne se retrouve pas du tout dans les livres d’origine, donc j’ai ajouté ça illico presto à ma liste de souhaits. J’ai bien aimé regarder, mais je ne pense pas qu’elle me marque particulièrement. Un peu la même chose pour le film Gravity pour être honnête.

J’ai aussi regardé Step Sisters qui était hyper rafraîchissant et une bonne démonstration de sororité. Sinon, j’étais impatiente de regarder Batman Ninja parce que j’avais vu qu’il y avait tous les Batboys, mais finalement… En dehors de l’animation et du dessin, qui sont super beaux et qui changent de mes habitudes, le scénario est tout de même du gros n’importe quoi.

Enfin, je suis allé voir Avengers : Infinity War avant d’être noyée sous les spoilers, et le film s’en sort très bien je trouve, c’était pas gagné de faire rentrer autant de personnages en une seule intrigue. Les scènes d’action sont chouettes, et j’ai pas eu l’impression que le film perdait de son souffle.

J’espère que vous avez eu un bon mois d’avril, mais je vous souhaite des lectures encore meilleure pour le mois de mai ! =D