Tropiques toxiques : le scandale du chlordécone

Tropiques toxiques : le scandale du chlordécone, de Jessica Oublié (scénario), Nicola Gobbi (dessin), Kathrine Avraam (couleur) et Vinciane Lebrun (photographie), Steinkis, « Les Escales », 2020, 240 pages.

L’histoire

La banane. L’un des principaux fleurons de l’économie des Antilles françaises, la Guadeloupe et la Martinique. Afin d’en assurer le rendement, un pesticide au nom particulier – le chlordécone – y a été utilisé très largement entre 1972 et 1993. Aujourd’hui, le cancer de la prostate s’y développe de façon exponentielle. Et la molécule est présente dans les corps des 800 000 personnes qui y vivent. Scandale environnemental ? Sanitaire ? Ou d’État ?

Les débats sur cette molécule passionnent et opposent régulièrement par voie de presse : politiques, producteurs de bananes, chercheurs, avocats et acteurs de la société civile. Si la question de la responsabilité doit encore être tranchée devant les tribunaux, les Antillais doivent eux résoudre une question tout aussi essentielle : comment vivre dans un environnement à jamais pollué ?

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Tropiques toxiques

Un peu plus près des étoiles, d’Anne-Fleur Multon

Allo Sorcières #3 : Un peu plus près des étoiles, d’Anne-Fleur Multon (autrice) et Diglee (illustratrice), Poulpe Fictions, 2022, 240 pages.

L’histoire

Les Sorcières se mobilisent pour la planète !

Ali, Itaï, Azza et Maria habitent chacune aux quatre coins du monde, mais elles partagent une amitié en béton et une chaîne YouTube créative et drôle : Allô Sorcières. Pour Itaï, qui se sent malgré tout un peu seule dans son petit village de Nouvelle-Calédonie, cette rentrée scolaire apporte un nouveau challenge : elle se retrouve à devoir collaborer sur le plus gros projet du semestre avec une totale inconnue, l’angoisse ! Heureusement, elle se rapproche rapidement de sa nouvelle amie Gaïa, qui pourrait même l’aider à se réconcilier avec son île.

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Un peu plus près des étoiles

few of us, luvan

few of us, luvan (autrice) et Stéphane Perger (illustrateur), Dystopia, 2017, 224 pages.

L’histoire

Recueil de nouvelles :

  • Mahrem
  • Le Rugueux, le lisse
  • L’Ombre
  • Bruit noir
  • The Gig
  • Turnover
  • Origin Story
  • Compromissions
  • Delta Blues
  • Nul n’est prophète
  • Rien
  • L’Ombilic
  • Pierre-Feuille-Ciseaux
  • Extraction
  • Digression
  • Fritzi Von Bodelschwing

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Few of us

L’année suspendue, de Mélanie Fazi

L’année suspendue, de Mélanie Fazi, Dystopia, 2021, 297 pages.

L’histoire

Comme dans le livre précédent, il est question ici d’une expérience personnelle et subjective. Le texte parle du vertige de se découvrir autiste à plus de quarante ans, du chemin compliqué, intérieur et extérieur, qui mène au diagnostic et à l’acceptation de soi, du soulagement de découvrir enfin son propre mode d’emploi.

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de L’année suspendue

De l’autre côté de la mer, c’est loin, de Leïla Sebbar

De l’autre côté de la mer, c’est loin, de Leïla Sebbar, préface de Sabrinelle Bedrane, Éditions Chèvre-feuille étoilée, 2021 (VO : 1998-2021), 95 pages.

L’histoire

Leïla Sebbar nous conte dans ce nouveau recueil les femmes d’Algérie, protectrices, rebelles, amoureuses, femmes libres et les hommes qui les entourent. Dix nouvelles inédites ou parues dans Étoiles d’encre, écrites de 1998 à 2021.

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de De l’autre côté de la mer, c’est loin

Pause de chroniques… pour lire plus !

Les débuts d’année sont généralement l’occasion de faire le bilan… mais ce n’est pas vraiment ce que je vais faire ici. J’ai très peu posté ces derniers temps, et la raison principale est ma santé, qui m’a joué quelques tours, autant physiques que psychiques. Rien de grave heureusement, mais la perte d’énergie qui s’en est suivie n’était pas très propice à l’écriture de chroniques. Sauf que je continuais à me mettre la pression pour écrire sur mes dernières lectures, rédiger mes revues du web (mensuelles à une époque…), voir ce que proposaient d’autres personnes sur leurs blogs…

J’envisageais seulement mes lectures selon l’écriture de chroniques : « j’ai beaucoup de livres à chroniquer donc je vais commencer un gros bouquin pour avoir le temps de finir et ne pas accumuler le retard » ou encore « j’ai pas mal chroniqué de mangas donc faut que je lise un roman ou un essai plutôt ». Globalement je lisais moins, parce que lire plus de livres signifiait plus de chroniques à rédiger (et j’étais déjà en retard) et surtout je m’engouffrais parfois dans des lectures qui ne me faisaient pas envie. Non seulement je ne prenais plus le même plaisir à lire, mais en plus j’angoissais à propos de la tenue du blog, de l’écriture de chroniques, etc.

Au point où, fin décembre, j’ai beaucoup réfléchi, et j’ai décidé de mettre le blog en pause. Officiellement (puisque, en réalité, il est en pause depuis un moment). Je continuerai à poster les chroniques qui sont déjà prêtes, et éventuellement quelques chroniques de services presses, mais depuis le début de cette nouvelle année, je lis sans avoir l’objectif de chroniquer le livre ensuite. J’ai rangé la pile de livres qui attendaient une chronique dans ma bibliothèque. J’étais très déçue de mettre en pause cette activité qui m’apportait autant de plaisir et de chouettes rencontres, et ce depuis des années (sept !). Mais j’ai dû me rendre à l’évidence : je n’avais pas le temps, pas l’espace mental, pas la force de gérer le blog en plus du quotidien, du travail, de mes relations sociales, de ma santé, etc.

J’étais immensément déçue. Puis, au bout de quelques jours, j’ai vraiment eu l’impression d’avoir un poids en moins sur les épaules. Je dévore les livres depuis le début du mois, avec plaisir. Je prends du temps tous les jours pour lire, même si ce n’est qu’une dizaine de minutes. Cela me fait énormément de bien et je vais donc continuer ainsi, jusqu’à ce que j’ai à nouveau l’énergie et l’envie de chroniquer mes lectures et de partager mes découvertes.

En attendant, je vous souhaite une excellente nouvelle année, prenez soin de vous et privilégiez, quand vous le pouvez, ce qui vous fait du bien.

À bientôt !

Je ne suis pas née dans le bon corps ! Récit de mon changement de sexe, de Mafuyu Konishi

Je ne suis pas née dans le bon corps !, de Mafuyu Konishi, traduit du japonais par Yoan Giraud, Ototo, « Mues », 2021 (VO : 2017), 194 pages.

L’histoire

L’autrice Mafuyu Konishi, née femme dans un corps d’homme, nous raconte en manga une étape importante de sa transition : sa chirurgie de reconstruction sexuelle en Thaïlande. Destiné tant à ses paires qu’à toute personne désireuse d’en savoir plus sur ce sujet, à travers les souvenirs de cette expérience et du chemin qui l’a mené jusque-là, découvrez un témoignage surprenant, franc et positif !

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Je ne suis pas née dans le bon corps

Altaïr T2, de Kotono Kato

Altaïr T2, de Kotono Kato, traduit du japonais par Fédoua Lamodière, Glénat, 2014 (VO : 2008), 227 pages.

L’histoire

Mahmud a libéré Hisar et a sauvé son ami Ibrahim, mais c’est une bien sévère sanction qui l’attend pour son exploit ! Il décide donc de parcourir le monde pour forger son expérience et amasser des connaissances. Un jour, il rencontre Süleyman, un membre de son clan presque éteint ! Celui-ci est rongé par les même remords et sa colère est bien semblable à celle du jeune garçon, ce qui renforce encore sa détermination… C’est une nouvelle épopée qui commence pour lui !!

Note : 3 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Altaïr T2

Comme nous existons, de Kaoutar Harchi

Comme nous existons, de Kaoutar Harchi, Actes Sud, 2021, 140 pages.

L’histoire

BlablaKaoutar Harchi mène dans ce livre une enquête autobiographique pour saisir, retranscrire au plus près cet état d’éveil, de peur et d’excitation provoqué, dit-elle, « par la découverte que nous – jeunes filles et jeunes garçons identifiés comme musulmans, que nous le soyons ou pas d’ailleurs – étions perçus à l’aube des années 2000 par un ensemble d’hommes et de femmes comme un problème. » Un livre où l’amour filial et l’éveil de la conscience politique s’entremêlent dans une langue poétique et puissante.Blabla

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Comme nous existons

Altaïr T1, de Kotono Kato

Altaïr T1, de Kotono Kato, traduit du japonais par Fédoua Lamodière, Glénat, 2014 (VO : 2008), 224 pages.

L’histoire

Au jeu des stratèges, il faut vaincre ou périr. Dans un univers fantastique très fortement inspiré du bassin méditerranéen à l’époque où les empires rivalisaient de puissance…Mahmut est le plus jeune homme à accéder au rang de pacha, général de haut rang dans la stratocratie de Türkiye. Accompagné d’Iskandar, son fidèle aigle royal, ce pacifiste sillonne le pays pour déjouer les conflits. Malheureusement, tous ses compatriotes ne partagent pas ses convictions et l’empire Balt-Rhain guette la moindre occasion pour étendre son territoire…

Notre héros arrivera-t-il à conserver son intégrité au milieu de ces jeux de pouvoir où complots et trahisons sont monnaie courante ?

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Altaïr T1, de Kotono Kato »