The Heroic Legend of Arslân T11, de Hiromu Arakawa

The Heroic Legend of Arslân T11, de Hiromu Arakawa et Yoshiki Tanaka, traduit du japonais par Fabien Vautrin & Maiko_O, Kurokawa, 2019 (VO : 2019), 182 pages.

L’histoire

Les premières dissensions se font sentir au sein de la troupe du prince Arslân. Ghîb, le ménestrel, révèle à Isfân qu’il a achevé son frère tombé aux mains des Lusitaniens. Cette rixe est symptomatique des défis que le jeune prince sera obligé de relever : s’il souhaite reconquérir son royaume, il va d’abord devoir unifier son armée derrière lui.

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « The Heroic Legend of Arslân T11, de Hiromu Arakawa »

La Compagnie des loups, d’Angela Carter

The Bloody Chamber, d’Angela, Penguin Classics, « Deluxe edition », 2015 (publication originale : 1979), 162 pages.

L’histoire

Dix contes célèbres pour enfants sont subvertis par la plume d’Angela Carter. L’audace érotique du « Cabinet Sanglant » (Barbe-Bleue) ; le flirt avec la violence animale de « M. Lyon fait sa Cour », l’impudence du « Chat Botté », un peu escroc, un peu gigolo : tout cela est splendide et de sensations et d’esprit. Et, fatalement, plein de loups.

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de La Compagnie des loups

Avril 2021 : lectures et revue du web

photo crete pastret avril-2021
Crêtes de Pastré, Des livres et les mots, CC BY-NC-ND 4.0

Bilan des lectures d’avril

De très belles lectures en avril avec pour commencer The Bloody Chamber and Other Stories d’Angela Carter (La Compagnie des loups en français, parce que l’éditeur français s’est visiblement dit « non on va choisir le titre d’une autre nouvelle »). Cela faisait très longtemps que je voulais découvrir les nouvelles d’Angela Carter et je suis ravie de l’avoir fait – je vous en parle dès que j’ai le temps d’en faire la chronique. Je me suis replongée dans les romans de The Expanse écrits par James S.A. Corey avec le septième tome, Persepolis Rising : après la petite retombée d’engouement qu’avait été le sixième tome pour moi, j’ai retrouvé tout ce que j’adore dans cette saga avec ce volume.

À force d’écouter les superbes podcast de Victoire Tuaillon – Les couilles sur la table et Le cœur sur la table – je me suis dit qu’il serait peut-être temps d’ouvrir son livre qui trône dans ma bibliothèque depuis deux ans : Les couilles sur la table. Je suis admirative de sa manière simple et pourtant complète d’expliquer la (dé)construction des masculinités et comment elles sont perçues dans toutes les sphères de notre société. Je recommande à toutes les personnes qui veulent en lire plus sur le féminisme ou les masculinités.

Après tout ça j’avais bien besoin d’un peu de poésie et j’ai savouré deux numéros de la revue Sœurs. Le second numéro, Douces ?, est probablement mon préféré des trois publiés jusqu’ici : j’y ai découvert des poèmes et des poétesses qui ont particulièrement résonné en moi. Parmi celles-ci, Soleïma Arabi, Lisette Lombé, Bernedette Muthien, Selma Kovich et Mélanie Leblanc dont je met un extrait ici du poème « Souris » :

Mets du rouge à lèvres
Sois naturelle
Épile-toi
Prends soin de ton corps
Ne parle pas de tes règles
Mets des talons
Ne sois pas trop grande
Trop courte ta jupe
Va pas te plaindre après

Dans le troisième numéro, Printemps, c’est la poétesse Louise Glück qui m’a particulièrement touchée. Et je remarque aussi que je suis généralement plus touchée par les poèmes un peu long – ou en tous cas que je m’attache moins aux formes très courtes comme le haïku. Même si je trouve ces derniers beaux, ils me font moins vibrer (les goûts, les couleurs, tout ça…).

Florilège de chroniques lues

Le florilège est un peu pauvre et ne contient qu’une seule fleur ce mois-ci… La « Lettre de lecture – Viendra le temps du feu de Wendy Delorme » d’Alexandre Antolin sur le carnet La Mafia Lavande m’a convaincu, avec plusieurs autres chroniques dont je n’ai plus les auteur⋅ices en tête toutes mes excuses, d’ajouter ce livre dans mes prochains achats.

Revue du web

Lire la Revue du web avril 2021

The Heroic Legend of Arslân T10, de Hiromu Arakawa

Couverture Arslan T10

The Heroic Legend of Arslân T10, de Hiromu Arakawa et Yoshiki Tanaka, traduit du japonais par Fabien Vautrin & Maiko_O, Kurokawa, 2019 (VO : 2018), 192 pages.

L’histoire

Arslân s’installe à la forteresse et lance un appel au peuple de Parse pour qu’il se soulève contre l’envahisseur. Mais face à l’afflux de soutien, le jeune prince va devoir faire preuve de tact afin de satisfaire tout le monde. Au nord du royaume, Hilmes est toujours aux prises avec Bodin et sa troupe de fanatiques, il est bien décidé à remporter une victoire qui assiéra son autorité en tant qu’héritier légitime de la couronne.

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique d’Arslân Tome 10

Tempura n°3 : Les Japonais face à leur nature

Tempura n°3 : Les Japonais face à leur nature, Automne 2020, 162 pages.

Résumé

Catastrophes, dérèglement climatique, relation au vivant, quel rapport entretiennent les Japonais à la Nature ? Comment un archipel en proie aux catastrophes gère son paysage ? Pourquoi un pays au fond culturel animiste, qui conçoit la nature comme plus grande que l’homme et considère que tout objet possède une âme, a entrepris dès les années 1960 un grand chantier de destructions de son environnement ? Un dossier inédit de 50 pages qui pose la question sans détour : les Japonais aiment-ils la nature ?

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Tempura n°3

The Heroic Legend of Arslân T9, de Hiromu Arakawa

The Heroic Legend of Arslân T9, de Hiromu Arakawa et Yoshiki Tanaka, traduit du japonais par Fabien Vautrin & Maiko_O, Kurokawa, 2018 (VO : 2018), 192 pages.

L’histoire

Après une campagne victorieuse à Sindora, Arslân est bien décidé à bouter l’envahisseur Lusitanien hors du royaume de Parse. Alors qu’il fait route vers la frontière, c’est une trahison d’une ampleur inédite qui attend le prince héritier de la couronne Parse. Les alliés d’hier sont désormais de mortels ennemis…

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « The Heroic Legend of Arslân T9, de Hiromu Arakawa »

L’Épée de la Providence, de Andrzej Sapkowski

L’Épée de la Providence, de Andrzej Sapkowski, traduit du polonais (Pologne) par Alexandre Dayet, Bragelonne, 2008 (VO : 1992), 347 pages.

L’histoire

Geralt de Riv, le mutant aux cheveux d’albâtre, n’en a pas fini avec sa vie errante de tueur de monstres légendaires.

Fidèle aux règles de la corporation maudite des sorceleurs et à l’enseignement qui lui a été prodigué, Geralt assume sa mission sans faillir dans un monde hostile et corrompu qui ne laisse aucune place à l’espoir.

Mais la rencontre avec la petite Ciri, l’Enfant élue, va donner un sens nouveau à l’existence de ce héros solitaire. Geralt cessera-t-il enfin de fuir devant la mort pour affronter la providence et percer à jour son véritable destin ?

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de L’Épée de la Providence

The Heroic Legend of Arslân T8, de Hiromu Arakawa

The Heroic Legend of Arslân T8, de Hiromu Arakawa et Yoshiki Tanaka, traduit du japonais par Fabien Vautrin & Maiko_O, Kurokawa, 2018 (VO : 2017), 192 pages.

L’histoire

Après avoir décidé d’aider le prince Rajendra à monter sur le trône du royaume de Sindôra, le prince Arslân et sa troupe se voient forcés de mener une campagne militaire d’envergure en territoire hostile. La ruse sera-t-elle suffisante face à un ennemi supérieur en nombre et possédant de redoutables éléphants de guerre ?

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique d’Arslân T8

Mars 2021 : lectures et revue du web

Bilan des lectures de mars

Peu de livres lus, mais de très bonnes lectures comme mon coup de cœur pour la bande dessinée Les Cerveaux de la ferme de Layla Benabid et Sébastien Moro : de la vulgarisation scientifique sur l’intelligence des animaux dit « d’élevage ». J’ai aussi passé un très bon moment d’apprentissage avec le livre Avec, sans ou contre. Critiques queers/féministes de l’État dirigé par Cornelia Möser et Marion Tillous. J’ai adoré L’épée de la providence d’Andrzej Sapkowski, un recueil de nouvelles dans l’univers du Sorceleur. Enfin, j’ai été beaucoup plus sceptique et perplexe devant Pollen de Joëlle Wintrebert, un roman présenté comme de la SF féministe sans que je parvienne à trouver ce féminisme…

Florilège de chroniques lues

Lectrice des îles a fait une chronique très complète et intéressante de Peau noire, masques blancs de Frantz Fanon qui m’a donné envie de découvrir cet auteur.

Sur Les Miscellanées d’Usva, c’est sa chronique et son coup de cœur pour L’été de la sorcière de Kaho Nashiki qui m’a convaincue d’ajouter ce livre dans ma wishlist !

Enfin, sur Planète Diversité, la chronique de Apprendre si par bonheur de Becky Chambers m’encourage d’autant plus à lire cette autrice.

Revue du web

Poursuivre la lecture de « Mars 2021 : lectures et revue du web »

Pollen, de Joëlle Wintrebert

Pollen, de Joëlle Wintrebert, Au Diable Vauvert, « Les Poches du Diable », 2021 (publication originale : 2002), 317 pages.

L’histoire

Sur Pollen, une civilisation matriarcale, utopiste et pacifiste maîtrise la reproduction par manipulation génétique et gestation in vitro. Pour éradiquer la violence, elle a fait naître un garçon pour deux filles et relégué ses guerriers sur un satellite. Mais toute société de contrôle porte en elle les germes de la rébellion…

Note : 3 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Pollen, de Joëlle Wintrebert »