Féministes : Récits militants sur la cause des femmes

feministes

Féministes : Récits militants sur la cause des femmes, de Annaïg, Sarah Ayadi, Aurélie Bévière, Ingrid Chabbert, Claudia les mains rouges, Anne-Perrine Couët, Elvire de Cock, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, Julie Gore, Laurier the Fox, Valérie Lawson, Louison, Morgane Parisi, Christelle Pécout, Jeanne Puchol et Théa Rojzman, Vide Cocagne, 2018, 135 pages.

L’histoire

Il a été proposé à Marie Gloris Bardiaux Vaïente, autrice et membre du « Collectif des Créatrices de BD contre le sexisme », d’être rédactrice en chef d’une BD qui réunirait un certain nombre de témoignages, parlant des femmes aujourd’hui. Elle a réuni autour d’elle une équipe d’autrices avec le souci d’aborder des sujets variés, graves, inconnus, autour de leurs vies de femme, d’autrices BD ou de questions plus larges autour de la condition féminine : harcèlement de rue, clichés sexistes, intersectionnalité, langage inclusif, transidentité, prostitution…

Note : 4/5

Lire la suite « Féministes : Récits militants sur la cause des femmes »

Publicités

A Darker Shade of Magic, de V.E. Schwab

A Darker Shade of Magic, « Shade of Magic #1 », de V.E. Schwab, traduit de l’anglais (États-Unis) par Sarah Daliou, Lumen, 2017 (VO : 2015), 504pages.
Version audio en anglais narrée par Steven Crossley, Tantor Audio, 2015.

L’histoire

Kell est le dernier des magiciens de sang, des sorciers capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l’âme. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge – on y respire le merveilleux à chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : là, les sortilèges se font si rares qu’on s’y tranche la gorge pour une simple incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui l’a envahie quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.
Depuis cette contagion, il est interdit de transporter le moindre objet entre les univers. C’est malgré tout ce que Kell va prendre le risque de faire, histoire de défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, à commencer par le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait par ailleurs sa vie sans hésiter. Mais, à force de jouer avec le feu, il finit par commettre l’irréparable : il emporte jusque dans le Londres gris une pierre noire comme la nuit, qu’une jeune fille du nom de Lila décide, sur un coup de tête, de lui subtiliser. Pour elle comme pour lui – pour leurs deux mondes, à vrai dire – le compte à rebours est lancé.

Note : 5/5

Lire la suite « A Darker Shade of Magic, de V.E. Schwab »

Les Cahiers de la BD n° 4

Cahiers de la BD 4

Les Cahiers de la BD, n° 4, dirigé par Vincent Bernière, Vagator Productions, juillet à septembre 2018, 195 pages.

L’histoire

« Peut-on encore parler d’amour en BD ? »
Au sommaire : une interview fleuve de Fabcaro par l’éminent Maël Rannou, une autre du regretté Georges Pichard, exhumée par Christian Marmonnier, un cahier monographique consacré à Manuele Fior réalisé par Lucie Servin, une histoire de la couleur jaune par Bruno Lecigne, un décryptage de l’exposition Mangasia, présentée dans Le Lieu unique, à Nantes, un dossier sur les relations de circonstance entre foot & BD et, et des tas d’autres petits papiers… croustillants !

Note : 3/5

Lire la suite « Les Cahiers de la BD n° 4 »

C’est le 1er septembre, je balance tout !

je-balance-tout

Ce rendez-vous a été créé par Lupiot du blog Allez vous faire lire.

Les règles du RDV

  • Le Top & Flop des lectures du mois précédent.
  • Au moins une chronique découverte sur un autre blog le mois dernier.
  • Au moins un article lu et aimé le mois dernier (hors chronique littéraire).
  • Et enfin : le truc trop cool que vous ayez fait ou qui vous est arrivé pendant le mois.

Pas mal de lectures au mois d’août, mais surtout, j’ai eu à nouveau l’envie d’écrire des chroniques et de m’occuper du blog, plutôt que de le faire à reculons comme je le faisais depuis le mois de mai-juin… Et j’en suis fort contente parce que j’y tiens beaucoup

Le Top et Flop de mes lectures

En top, sans hésiter Le problème à trois corps de Liu Cixin, une aventure de science-fiction qui m’a complètement happée ! Et j’ajoute aussi Frankenstein de Mary Wollstonecraft Shelley, que j’ai relu avec le plus grand des plaisirs.

En flop, un livre que je n’ai pas terminé : Labyrinth de Kate Moss, qui fait partie de la trilogie du Languedoc. Un ami me l’avait conseillé, j’avais lu plus de deux cent pages un peu laborieusement et en voulant m’y remettre je me suis rendue à l’évidence que ce serait une perte de temps. Je ne me suis pas attachée aux personnes dont je trouve les actions peu crédibles, l’écriture est plate et sans intérêt quand elle n’est pas ridicule, alors que le sujet aurait pu être intéressant. Tant pis !

Florilège de chroniques lues

Mabu du blog Le vent dans les pages, a présenté trois livres « #bbenlivre – 3 livres jeunesse, 3 sujets de société » très intéressants, allez voir !

Arcanes Ouvertes m’a donné envie de m’intéresser de plus près à Alexandra David-Neel avec sa chronique du livre Alexandra David-Neel : Exploratrice et féministe de Laure Dominique Agniel. Pareil pour Les femmes de lettres et son billet sur Mona Chollet et plus particulièrement La tyrannie de la réalité, d’ailleurs je suis sacrément impatiente de mettre la main sur son nouveau livre, Sorcières…

Enfin, biblioqueer a chroniqué Libération de Patrick Ness, un livre maintes fois conseillé, il est grand temps que je le lise ! Dans un tout autre style, le blog chronique également Girls & Sex : une étude américaine de Peggy Orenstein, qui m’a l’air très intéressant.

Les liens qui m’ont fait dire « Waouh »

Dans le monde de la véganie

Le Collectif des Raciné·e·s a publié la transcription d’une de leur intervention, à propos de « L’accessibilité du véganisme en question : véganisme et racisme » que j’ai trouvée particulièrement importante. Certaines personnes ont tendance à oublier que défendre les animaux et être antispéciste implique également de défendre ses confrères et consœurs humain·e·s des oppressions qu’iels peuvent subir. Donc il est nécessaire de garder en tête ce que nos actions peuvent avoir d’oppressif, pour éviter ces comportements.

Sur Vegactu, Lili Gondawa a fait une « Interview de Camille Brunel, auteur de La Guérilla des animaux : “Le problème des carnistes, c’est qu’ils sont contents” » et j’ai très envie de lire le livre pour en savoir plus.

Côté genre et féminisme

Deux articles sur Slate, tous deux intéressants : « Au procès des cyberharceleurs de Nadia Daam, les remords peu convaincants des prévenus » par Elise Costa qui donne envie de hurler, et « Femmes humiliées, violées, trucidées : ras-le-bol du « torture porn » dans les séries télévisées » de Nora Bouazzouni qui résonne tout à fait juste.

La petite créature a fait un billet très percutant sur le fait d’être une femme dans l’espace public : « Toutes les fois où j’ai senti que mon genre n’était pas le bienvenu dans l’espace public ».

Dans mon tiroir tape toujours juste, et cette fois c’est sur la question du célibat des femmes : « Single Ladies ! – Et si on faisait la paix avec le célibat ? ».

Une petite vidéo en anglais sur YouTube, produite par Rebel Park Productions à propos des rôles principaux féminins, le tout de façon humoristique mais très réel et affligeant, avec de grandes actrices (et un acteur ;)) : « Leading Lady Parts ».

Toujours en anglais, un podcast dérivé du livre Histoires du soir pour filles rebelles de Elena Favilli et Francesca Cavallo. Le livre raconte la vie de femmes remarquables à travers l’histoire et le podcast met tout cela en audio : Good Night Stories for Rebel Girls: The Podcast.

Pop culture, tu l’aimes, tu l’analyses

Deux billets remarquables de Jo Writes Stuff : « How to Make a Reader: Ten Books that have Shaped me » et ça me donne envie de réfléchir aux dix livres qui m’ont également marqué ou formé… Mais aussi un billet sur la fanfiction : « In Defence of Fanfiction » où il est rappelé que c’est très facile de dénigrer ce genre d’écrits alors qu’à une époque, récupérer les histoires des autres pour les changer ou les continuer était simplement de la littérature. Sans parler du fait que ça permet à des personnes de se lancer dans l’écriture, au sein d’une communauté qui apprécie déjà le même contenu, et que ça ne peut être qu’encourageant. En tous cas, je ne cesserai jamais de clamer haut et fort mon amour pour la fanfiction (parce que je pourrai jamais faire cette liste de dix livres sans citer au moins une fanfiction justement…).

Christine Détrez fait part d’une étude qu’elle a menée sur la lecture de mangas auprès de jeunes adolescent·e·s, dans la revue Réseaux, 2011/4 (n°168-169) : « Des shonens pour les garçons, des shojos pour les filles ? Apprendre son genre en lisant des mangas ». L’article est sur Cairn, vous devriez pouvoir y accéder avec un compte d’université (qui aurait acquis les droits de lecture de la revue), mais sinon, Christine Détrez a parlé de cette étude lors d’une conférence qui a été podcastée et que vous pouvez retrouver sur Youtube.

Enfin, Pop Culture Detective continue de produire de superbes vidéos et la dernière How The Last Jedi Defies Expectations m’a presque réconcilié avec le film et donné envie de le revoir.

J’sais pas où l’mettre mais j’aime et c’est important

J’ai découvert un compte Instagram merveilleux (recommandé par je-ne-sais-plus-qui mais merci merci !) : Au fond du trou, où un couple raconte et dessine leurs aventures tandis qu’ils se lancent dans l’achat d’une habitation troglo puis dans sa rénovation. Un plaisir de lecture !

L’autrice V.E. Schwab était invitée à donner la « J.R.R. Tolkien Lecture on Fantasy Literature » cette année, vous pouvez en retrouver une version écrite sur Tor.com : « “In Search of Doors”: Read V.E. Schwab’s 2018 J.R.R. Tolkien Lecture on Fantasy Literature » et la captation vidéo sur Youtube, avec en plus des questions du public et ses réponses : « V.E. Schwab: ‘In Search of Doors,’ Pembroke Tolkien Lecture 2018 ». C’est tout en anglais mais si vous le lisez ou le comprenez, je conseille vivement de découvrir ce qu’elle a à dire sur la lecture, c’est hyper inspirant et ça m’a semblé très juste. Du coup j’ai foncé sur ses bouquins et j’ai commencé A Darker Shade of Magic (ou Shades of Magic 1 en français parce que oui, à quoi ça sert un titre, à rien, on a qu’à tout supprimer comme ça, on a un truc en moins à traduire, on fout juste le nom de la saga avec un numéro – oui je suis en colère).

Pour finir sur une note un peu plus tragique (parce que pourquoi pas ?), j’ai découvert un documentaire du CNRS qui date un peu mais qui n’en est pas moins intéressant et important : « Témoins sourds témoins silencieux ». C’est sur le traitement des personnes sourdes en Allemagne nazie, où ils étaient stérilisés de force dans une première phase, puis envoyés dans les camps… Le documentaire alterne entre la langue des signes, l’anglais, le français et l’allemand et les sous-titres sont en anglais.

Ce que j’ai fait le mois dernier

J’ai passé une petite semaine près de Perpignan en famille et c’était sympathique mais malheureusement il faisait bien trop chaud pour qu’on puisse en profiter pleinement… On a quand même vu de belles choses et passé de beaux moments. J’ai pu profiter des congés pour lire pas mal, me reposer et finir un projet de crochet que j’avais (dont j’étais contente du résultat !). Sans surprise, j’ai aussi regardé beaucoup de choses sur mon écran d’ordi…

La saison 3 de Supergirl tout d’abord, et pour les mêmes raisons que The Flash, je pense que c’était la dernière que je regardais : même si j’étais contente de voir la Légion, les incohérences et facilités scénaristiques m’ont hérissé le poil…

La deuxième saison de Westworld était de meilleure facture, allait encore plus loin que le premier volet, m’a perdu parfois sur certains aspects mais au moins c’était intéressant et j’avais pas l’impression qu’on se payait ma tête…

J’ai regardé Les demoiselles du téléphone parce que je voulais regarder quelque chose en espagnol et je ne regrette pas. Pour une série kitsch sans prétention, elle aborde tout de même des sujets sympas et si les dénouements rocambolesques ne vous font pas peur, c’est sympa à regarder.

Au cinéma, je suis allée voir Ant-Man et la Guêpe, qui est un bon film mais sans rien de plus et sans rien de moins, j’aurai probablement tout oublié dans un mois. Mary Shelley par contre m’a beaucoup, beaucoup, plu et je le recommande vivement.

Voilà, je vous souhaite une bonne rentrée des classes, de travail, de transports (parce que le métro qui passe tous les quarts d’heure, ça va deux mois hein) et quoi qu’il en soit, de très belles lectures pour septembre !

Frankenstein, de Mary Shelley

Frankenstein, de Mary Wollstonecraft Shelley, Projet Gutenberg, 2008 (VO : 1818), 218 pages.

L’histoire

En expédition vers le pôle Nord, Robert Walton adresse à sa sœur des lettres où il évoque l’étrange spectacle dont il vient d’être le témoin depuis son bateau : la découverte, sur un iceberg, d’un homme en perdition dans son traîneau. Invité à monter à bord, Victor Frankenstein raconte qu’il n’est venu s’aventurer ici que pour rattraper quelqu’un – qui n’est autre que la créature monstrueuse qu’il créa naguère, et qui s’est montrée redoutablement criminelle.

Note : 5/5

Lire la suite « Frankenstein, de Mary Shelley »

Soror Volume 1, de Vanina Denizot

Soror couv

Soror Volume 1, dirigé par Vanina Denizot, auto-édité, 2018, 97 pages.

L’histoire

Extrait de l’édito de Vanina Denizot :
À travers huit rencontres, neuf femmes toutes plus inspirées et inspirantes, de celle qui montrent la voie, leur voie, ont accepté de nous raconter leur histoire. Avec émotion et reconnaissance, je les en remercie. Parce que chaque femme doit se montrer plus convaincante, plus méritante et plus polyvalente qu’un homme, elle est forcément un modèle qui s’ignore pour d’autres. C’est donc une chaîne vertueuse, celle de la solidarité féminine, celle de l’empathie. Celle de la sororité. Ce mot qui galvanise, à la consonance si douce et forte à la fois.

Note : 5/5

Lire la suite « Soror Volume 1, de Vanina Denizot »

Exo T3 : Contact, de Jerry Frissen et Philippe Scoffoni

Exo T3 : Contact, de Jerry Frissen (scénario) et Philippe Scoffoni (dessin et couleur), Les Humanoïdes associés, 2018, 48 pages.

L’histoire

Alors que l’humanité s’apprête à envoyer une sonde vers Darwin II, une exo-planète qui pourrait bien abriter la vie, une station orbitale est traversée de part en part par un mystérieux projectile qui s’écrase ensuite sur Terre. La surprise est encore plus grande quand on découvre qu’il est venu tout droit de la Lune.

Note : 3/5

Lire la suite « Exo T3 : Contact, de Jerry Frissen et Philippe Scoffoni »

Le problème à trois corps, de Liu Cixin

Le problème à trois corps, de Liu Cixin, traduit du chinois par Gwennaël Gaffric, Actes Sud, « Exofictions », 2016 (VO : 2006), 424 pages.

L’histoire

En 1967, le professeur de physique Ye Zhetai est tué après avoir refusé de dénoncer la théorie de la relativité. Sa fille, Ye Wenjie, est témoin de son horrible mort.
Peu de temps après, elle est accusée à tort de sédition pour avoir promu des œuvres de l’environnementaliste Rachel Carson. Pour éviter d’être condamnée, elle doit travailler dans un laboratoire de recherche de la défense. Plus de quarante ans plus tard, le travail de Ye se retrouve lié à une série de suicides de physiciens et physiciennes, ainsi qu’à un complexe jeu de rôle impliquant le problème classique de physique évoqué dans le titre.

Note : 5/5

Lire la suite « Le problème à trois corps, de Liu Cixin »

Exo T2 : Moon Strike, de Jerry Frissen et Philippe Scoffoni

Exo T2 : Moon Strike, de Jerry Frissen (scénario) et Philippe Scoffoni (dessin et couleur), Les Humanoïdes associés, 2016, 48 pages.

L’histoire

Les premiers contacts entre l’homme et une entité extraterrestre ont eu lieu simultanément sur la Lune et la Terre. Dans les deux cas les rencontres ont été des affrontements. Tandis que le commando du lieutenant Aguilar doit affronter des robots-soldats, la fille du docteur John Koening est retenue en otage. L’objectif de ses ravisseurs est clair : empêcher l’humanité d’approcher la planète Darwin II.

Note : 4/5

Lire la suite « Exo T2 : Moon Strike, de Jerry Frissen et Philippe Scoffoni »

Transat, d’Aude Picault

Transat, d’Aude Picault, Delcourt, « Shampoing », 2009, 180 pages.

L’histoire

Aude, jeune graphiste parisienne, ne supporte plus la routine métroboulot-dodo. Elle mène pourtant une vie agréable, mais semble avoir perdu l’étincelle qui donne du sens au quotidien. À l’approche de la trentaine, l’idée d’être sur des rails la terrorise. Lorsque se présente l’occasion de partir en transat, elle franchit le cap… et ce grand bol d’air frais lui fera le plus grand bien !

Note : 4/5

Lire la suite « Transat, d’Aude Picault »