Sylf, de Grégory Delaunay

sylf

Sylf : D’ombre et de flammes, de Grégory Delaunay, auto-édition, 2012, 128 pages.

L’histoire

Pour moi, l’ombre de l’atelier et les flammes de la forge…
Pour son dragon, l’ombre de ses ailes, les flammes de ses entrailles…
Pour Sylf, l’ombre dans son regard, les flammes de sa chevelure…
Un roman fantasy sur le thème de la forge. L’histoire de Sylf, mystérieuse guerrière et son dragon. Un journal illustré par des aquarelles, des croquis, des sculptures, mais aussi par des objets forgés en damas.

Note : 4/5

Mon humble avis

J’avais déjà parlé du travail de Grégory Delaunay à propos de Contresang sur le blog, qui d’ailleurs n’aura pas de suite ou alors pas de sa main à lui. Sylf est un travail auto-édité tout à fait particulier : c’est un roman – ou une nouvelle si on veut être pointilleux – illustré, de dessins de la main de l’auteur, mais aussi de photo de sculptures, d’armes et de pièces forgées dont il est question dans l’histoire. En effet, cette dernière suit un forgeron, dans un univers fantasy où les combattants sont des femmes, des guerrières, qui se voient attribué un forgeron, qui s’occupera de fabriquer toutes leurs armes et armures. L’histoire est présenté comme le journal du forgeron qui va travailler pour et avec Sylf, une guerrière si puissante que sa guilde lui a confié un dragon, avec lequel protégé le donjon dont elle a la charge.

Toutes les pièces présentées sont de la main de Grégory Delaunay : peintures, dessins, sculptures, armes et armures. C’est absolument fascinant de se dire qu’une seule personne peut posséder tant de talents. L’œuvre a un côté transmédia également puisque le livre est accompagné d’un DVD qui présente le façonnage d’une des armes, la lance de Sylf, et le travail de forgeron. On comprend donc très vite pourquoi l’histoire est contée du point de vue du forgeron : l’auteur sait de quoi il parle. En tous cas le documentaire est assez impressionnant et on apprend beaucoup !

Sylf nous présente un univers avec des créatures comme les dragons, workens ou sylves, mais aussi une société qui fonctionne en guilde. C’est une lecture fascinante puisque le forgeron ne nous présente pas l’univers de but en blanc : il mentionne par-ci par-là quelques éléments qui nous permettent de reconstruire le fonctionnement de ce monde.

En voyant la couverture, j’ai commencé à ruminer intérieurement sur les guerrières aux armures improbables, ridicules et inefficace (protéger l’épaule et pas le ventre ou le cœur ?). Mais la lecture de l’histoire m’a rassurée, il y a une raison à tout cela et elle semble cohérente – même si je ne suis pas sûr que cela combatte le lieu commun des guerrières dévêtues, mais au moins ici c’est loin d’être gratuit. Et puis un monde où ce sont les femmes qui chevauchent des dragons et se battent ? Plutôt pas mal.

Je ne suis pas certaine qu’il soit encore possible d’acheter Sylf, à moins de contacter l’auteur directement, j’ai cru comprendre qu’il lui restait des copies. En tous cas, je vous invite à aller voir les planches sur le site de Sandawe, pour le financement du DVD, et bien entendu à visiter le site de Grégory Delaunay pour voir ses œuvres (attention, toutes ne sont pas safe for work ;))

I Hate Fairyland T2 : Fluff My Life

I Hate Fairyland T2: Fluff My Life, de Skottie Young (scénario et dessin), Jean-François Beaulieu (couleur) et Nate Piekos (lettrage), Image Comics, 2016, 128 pages.

L’histoire

Vive Gertrude, la nouvelle reine de Fairyland ! Après trente ans à semer chaos et entrailles à travers ce monde magique pour trouver un moyen de rentrer chez elle, elle doit à présent surmonter le plus grand obstacle qu’elle ait connu… régner sur l’endroit qu’elle déteste le plus.

Note : 5/5

Lire la suite « I Hate Fairyland T2 : Fluff My Life »

Justice League : L’autre Terre

justice league autre terre

Justice League : L’autre Terre, de Grant Morrison (scénario), Frank Quitely (dessin), Laura Martin et Wildstorm FX (couleur) ; Justice League of America #29-30 de Gardner Fox (scénario), Mike Sekowsky (dessin) et Bernard Sachs (couleur), traduit de l’anglais (États-Unis) par ???, Eaglemoss, 2016 (VO : 1964 et 2000), 159 pages.

L’histoire

Aux confins de l’univers existe une Terre apparemment semblable à la nôtre… Apparemment, car en lieu et place de la Ligue de Justice y existent les doubles maléfiques de nos héros, réunis en un Syndicat du Crime invincible. Seul héros de cette planète, Lex Luthor échappe à la vigilance du Syndicat et vient demander secours à la Ligue.

Note : 2/5

Lire la suite « Justice League : L’autre Terre »

Green Arrow : Brisé

Green Arrow Brisé couv Eaglemoss

Green Arrow : Brisé, de Jeff Lemire (scénario), Andrea Sorrentino (dessin) et Marcelo Maiolo (couleur), traduit de l’anglais (États-Unis) par Benjamin Rivière, Eaglemoss, 2016 (VO : 2014), 202 pages.

L’histoire

Oliver Queen sait maintenant tout du passé de son père et de la destinée qui lui incombe. Pris dans une guerre entre les différents clans d’Outsiders, il va devoir surmonter sa plus grande crainte : retourner sur l’île qui a bouleversé son existence.

Note : 3/5

Lire la suite « Green Arrow : Brisé »

Elfquest : La quête originelle T2

CouvElfquest-2

Elfquest : La quête originelle T2, de Richard Pini (scénario) et Wendy Pini (dessin), traduction de l’anglais (États-Unis) par Nicolas Jean, Snorgleux Comics, 2017 (VO : 1978-1984), 136 pages.

L’histoire

Même si elle est plus compliquée pour certains que pour d’autres, l’adaptation des Wolfriders à leur nouveau foyer se fait petit à petit, en harmonie avec le peuple du soleil. Alors que le temps poursuit son œuvre, une nouvelle génération d’elfes voit le jour. Mais le temps de l’insouciance ne peut durer éternellement. Un événement vient tout bouleverser et Cutter doit quitter le village et sa famille en quête d’un nouvel espoir…

Note : 4/5

Lire la suite « Elfquest : La quête originelle T2 »

De Creaturis Dementiae, de Ben Basso

De Creaturis Dementiae Couv

De Creaturis Dementiae, de Ben Basso, Flibusk, 2017, 120 pages.

L’histoire

Au Moyen Âge, les bestiaires étaient des recueils consacrés aux animaux réels ou imaginaires. Ben Basso a imaginé le sien : peuplé de créatures fantasmagoriques, il est rempli de bêtes étranges, de croisements étonnants.
Bizarres, amusants, ou parfois inquiétants, les animaux de Ben sont la représentation d’un univers onirique à découvrir.

Note : 5/5 ♥ Coup de cœur

Lire la suite « De Creaturis Dementiae, de Ben Basso »

Shangri-La, de Mathieu Bablet

ShangriLa Couv

Shangri-La, de Mathieu Bablet, Éditions Ankama, « Label 619 », 2016, 224 pages.

L’histoire

Dans un futur lointain de quelques centaines d’années, les hommes vivent dans une station spatiale loin de la Terre et régie par une multinationale à qui est voué un véritable culte. En apparence, tout le monde semble se satisfaire de cette « société parfaite ». Dans ce contexte, les hommes veulent repousser leurs propres limites et devenir les égaux des dieux. C’est en mettant en place un programme visant à créer la vie à partir de rien sur Shangri-La, une des régions les plus hospitalières de Titan, qu’ils comptent bien réécrire la « Genèse » à leur façon.

Note : 5/5

Lire la suite « Shangri-La, de Mathieu Bablet »

Chinoises, de Xinran

Chinoises, de Xinran, traduction de l’anglais (Royaume-Uni) par Marie-Odile Probst, Éditions Philippe Picquier, 2005 (VO : 2002), 352 pages.

L’histoire

Un dicton chinois prétend que « dans chaque famille il y a un livre qu’il vaut mieux ne pas lire à haute voix ». Une femme a rompu le silence. Durant huit années, de 1989 à 1997, Xinran a présenté chaque nuit à la radio chinoise une émission au cours de laquelle elle invitait les femmes à parler d’elles-mêmes, sans tabou. Elle a rencontré des centaines d’entre elles. Avec compassion elle les a écoutées se raconter et lui confier leurs secrets enfouis au plus profond d’elles-mêmes. Épouses de hauts dirigeants du Parti ou paysannes du fin fond de la Chine, elles disent leurs souffrances incroyables : mariages forcés, viols, familles décimées, pauvreté ou folie… Mais elles parlent aussi d’amour. Elles disent aussi comment, en dépit des épreuves, en dépit du chaos politique, elles chérissent et nourrissent ce qui leur reste.

Note : 5/5

Lire la suite « Chinoises, de Xinran »

Descender T3 : Singularités

Descender T3 : Singularités, de Jeff Lemire (scénario) et Dustin Nguyen (illustrations et couleurs), traduction de l’anglais (États-Unis) par Benjamin Rivière, Urban Comics, « indies », 2017 (VO : 2015-2016), 120 pages.

L’histoire

Depuis qu’ils ont rejoint le Programme, la Résistance robotique menée par Psius, le capitaine Telsa et le Dr Quon se posent de plus en plus de questions sur les véritables motivations qui animent leurs hôtes. Et à juste titre… Pour mener le genre robotique à la grandeur qu’il mérite, Psius œuvre en secret pour construire son armée et ainsi éradiquer l’espèce humaine avec, à ses côtés, le dangereux TIM-22.

Note : 4/5

Lire la suite « Descender T3 : Singularités »

C’est le 1er juillet, je balance tout !

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-orange

Ce rendez-vous a été créé par Lupiot du blog Allez vous faire lire.

Les règles du RDV

  1. Le Top & Flop des lectures du mois précédent.

  2. Au moins une chronique découverte sur un autre blog le mois dernier.

  3. Au moins un article lu et aimé le mois dernier (hors chronique littéraire).

  4. Et enfin : le truc trop cool que vous ayez fait ou qui vous est arrivé pendant le mois.

Le Top et Flop de mes lectures

Avec grand bonheur, je me rends compte que je n’ai fait que de très bonnes lectures au mois de juin ! Ce qui est fabuleux, mais rend la tâche plus ardue quand il s’agit d’en choisir mes préférées. Bon, tout d’abord, Nuts de Layla Benabid, qui fait des albums fabuleux que j’aime énormément. Ensuite, le troisième tome de « La Passe-Miroir » de Christelle Dabos, La mémoire de Babel qui m’a également beaucoup plu et j’ai pris beaucoup de plaisir à me replonger dans l’univers d’Ophélie. Je pousse la chose jusqu’à mettre un troisième livre : le deuxième tome de Bitch Planet, de Kelly Sue DeConnick et Valentine De Landro.

Florilège de chroniques lues

On prend (presque) les mêmes bloggeurs géniaux et on recommence ! Ce mois-ci, j’ai beaucoup aimé la chronique de Sonia, sur son blog Comics Have the Power, à propos du Hellblazer de Garth Ennis. C’est un complément parfait, et plus précis, au dernier épisode des GG Comics à propos du Hellblazer, John Constantine justement. Toujours dans les bande dessinées mais un autre genre, je pense que je n’ai plus aucune excuse de ne pas craquer sur Morgane de Simon Kansara et Stéphane Fert, ici chroniqué par Arcanes Ouvertes. Ce livre m’avait intéressé en librairie, puis lors de la chronique de La Voix des Bulles, et encore une fois ici avec la fabuleuse chronique d’Arcanes Ouvertes. L’une de mes prochaines acquisitions donc !

Pour les livres d’un autre genre, je retiens particulièrement la superbe chronique de Natasha d’Échos Verts, à propos du livre Planète Végane dirigé par Ophélie Véron. Cette dernière est aussi très connue pour son blog Antigone XXI. J’avais suivi la sortie du livre avec intérêt mais je suis convaincue qu’il faut que je l’acquiert !

Le mois de juin était celui de la sortie tant attendue du film Wonder Woman, et après visionnage j’ai lu des chroniques très intéressantes à son propos et que je rejoins tout à fait. D’abord, chez Women Write About Comics, Ray Sonne a écrit un merveilleux billet intitulé « Wonder Woman Is Inspiring, But Not Intersectional ». Katchoo, du blog The Lesbian Geek, a commencé une série de billets à propos du film, ce qui se comprend tout à fait quand on connaît son amour inconditionnel pour Diana Prince. J’ai lu le premier, « La fin de l’innocence » et le deuxième est déjà publié, mais je n’ai pas encore eu le temps de le lire.

Les liens qui m’ont fait dire « Waouh »

J’ai retenu deux lectures marquantes de ce mois-ci, ce qui signifie soit que j’ai très peu lu ou visité de liens, soit que j’ai oublié de mettre de côté ces derniers… Bref, on commence par Women Write About Comics encore, et le billet de Rosie Knight « DADDY ISSUES #5: Aquaman Can Talk to Fish But He Can’t Raise a Kid ». Je suis étonnée de ne pas en avoir parlé plus tôt, mais il s’agit en fait d’une série de billets à propos des papas des univers de comics, dans laquelle l’autrice explore à quel point ces pères sont catastrophiques, affreux, et ne devraient jamais avoir à s’occuper d’enfants. Bien sûr dans le palmarès, on retrouve Scott Summers, Magneto, Charles Xavier, et sans surprise, Batman. Le tout est écrit avec beaucoup d’humour, un vrai plaisir à lire.

Dans un contexte tout à fait différent et quelque peu improbable, j’ai à la fois dit « Waouh » et « What the fuck » à la lecture du billet de Pierre-Jérôme Delage : « Cybrides, transgènes et lois bioéthiques ». Mais qu’est-ce dont ? me direz-vous. Eh bien, vous connaissez les créatures hybrides qu’on retrouve souvent dans la littérature ? Les centaures, sirènes, créatures mi-homme mi-animal. Il se trouve que des gens se sont posé la question terrifiante du « et si on essayait en vrai ? ». Au point où des lois encadrent ce genre de choses afin que justement, ça ne se fasse pas (enfin pas jusqu’au bout…).

Ce que j’ai fait de mieux

Au début du mois j’ai participé en tant que bénévole au festival des Bulles électriques, à Allauch, et j’ai beaucoup beaucoup apprécié, il est fort probable que je sois donc également de l’aventure l’année prochaine.

J’ai aussi eu l’occasion d’assister au picnic de Babelio, organisé sur Marseille et c’était fort sympathique, avec des quizz aux difficultés hasardeuses et variables, mais toujours distrayants, et des rencontres très sympathiques !