L’année suspendue, de Mélanie Fazi

L’année suspendue, de Mélanie Fazi, Dystopia, 2021, 297 pages.

L’histoire

Comme dans le livre précédent, il est question ici d’une expérience personnelle et subjective. Le texte parle du vertige de se découvrir autiste à plus de quarante ans, du chemin compliqué, intérieur et extérieur, qui mène au diagnostic et à l’acceptation de soi, du soulagement de découvrir enfin son propre mode d’emploi.

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de L’année suspendue

Comme nous existons, de Kaoutar Harchi

Comme nous existons, de Kaoutar Harchi, Actes Sud, 2021, 140 pages.

L’histoire

BlablaKaoutar Harchi mène dans ce livre une enquête autobiographique pour saisir, retranscrire au plus près cet état d’éveil, de peur et d’excitation provoqué, dit-elle, « par la découverte que nous – jeunes filles et jeunes garçons identifiés comme musulmans, que nous le soyons ou pas d’ailleurs – étions perçus à l’aube des années 2000 par un ensemble d’hommes et de femmes comme un problème. » Un livre où l’amour filial et l’éveil de la conscience politique s’entremêlent dans une langue poétique et puissante.Blabla

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Comme nous existons

La Déferlante, la revue des révolutions féministes #1

La Déferlante, la revue des révolutions féministes #1, mars 2021, 160 pages.

L’histoire

La Déferlante est la première revue trimestrielle post-#metoo consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle raconte les luttes et les débats qui secouent notre société.

Créée et dirigée par des femmes, La Déferlante donne la parole aux femmes et aux minorités de genre et visibilise leurs vécus et leurs combats.

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « La Déferlante, la revue des révolutions féministes #1 »

Tempura n°4 : Croyances japonaises

Tempura n°4 : Croyances japonaises, Hiver 2020, 162 pages.

Résumé

Mobiliser le Japon et son imaginaire est devenu un poncif. Kaizen, mais aussi ikigai, kintsugi, wabi-sabi, kintsukuroi, shinrin-yoku… Loin d’évoquer une quelconque « spiritualité » japonaise ou encore un « art de vivre », ces mots prêts-à-penser ne révèlent-ils pas plutôt notre rapport particulier au Japon ? Un rapport utilitariste – et forcément vertical – plutôt qu’un véritable désir de compréhension ? Mais alors, si tous les Japonais ne vivent pas selon ces préceptes d’harmonie et de résilience, en quoi croient-ils ?

Les croyances japonaises sont aussi diverses que l’histoire du Japon est complexe, et elles irriguent toutes les sphères sociales. Ce numéro, qui ne prétend aucunement à l’exhaustivité, se présente comme une invitation à reconsidérer l’autre sans le réduire à un concept, aussi séduisant soit-il. Car interroger les croyances, c’est aussi entrevoir ce qui nous lie.

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Tempura #4

The Promised Neverland T19, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland T19 : La note maximale, de Kaiu Shirai (scénario) et Posuka Demizu (dessin), traduit du japonais par Sylvain Chollet, Kazé, « Shonen », 2021 (VO : 2020), 192 pages.

L’histoire

Quitte à se jeter dans la gueule du loup, Emma et ses compagnons foncent sur Grace Field, espérant arracher leurs camarades aux mains de Peter Ratri. Profitant de la mort de la reine, leur dernier ennemi semble plus que jamais déterminé à étouffer la révolte et à transformer l’orphelinat en un tombeau… Les dernières pièces sont en place, qui parviendra à faire échec et mat le premier ?

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « The Promised Neverland T19, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu »

The Promised Neverland T17, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland T17 : La bataille de la Capitale, de Kaiu Shirai (scénario) et Posuka Demizu (dessin), traduit du japonais par Sylvain Chollet, Kazé, « Shonen », 2020 (VO : 2020), 192 pages.

L’histoire

Alors qu’approche la cérémonie de Tifari, toutes les forces armées, humains comme démons, convergent vers la capitale. Parmi eux, Norman, épaulé de Geelan et de ses sbires, lance son raid punitif dans le but d’éliminer la reine et les membres des cinq familles régentes. Emma, Ray, Don et Gilda sont fermement résolus à l’en empêcher, mais il ne leur reste que très peu de temps… Arriveront-ils avant qu’il ne soit trop tard ?!

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de The Promised Neverland T17

The Expanse T8 : La Colère de Tiamat, de James S.A. Corey

The Expanse T8 : Tiamat’s Wrath, de James S.A. Corey, Orbit, 2019, 560 pages.

L’histoire

À travers la galaxie, treize cents portes menant vers des systèmes solaires se sont ouvertes. Mais tandis que l’humanité bâtit son nouvel empire interstellaire au milieu des vestiges aliens, les mystères s’approfondissent et les menaces s’intensifient.

Et à travers le vaste empire humain, l’équipage disséminé du Rossinante mène un courageux combat d’arrière-garde face au régime autoritaire de Duarte. Les souvenirs de l’ancien ordre s’effacent, et un avenir sous la gouvernance éternelle de Laconia – impliquant une bataille que l’humanité ne peut gagner – paraît de plus en plus certain. Car pour affronter les horreurs qui résident entre les mondes, la bravoure et l’ambition ne seront pas suffisantes…

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « The Expanse T8 : La Colère de Tiamat, de James S.A. Corey »

The Promised Neverland T14, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland T14 : Retrouvailles inattendues, de Kaiu Shirai (scénario) et Posuka Demizu (dessin), traduit du japonais par Sylvain Chollet, Kazé, « Shonen », 2020 (VO : 2019), 192 pages.

L’histoire

Emma et ses compagnons ont fait la rencontre de Jin et Hayato, qui affirment avoir été envoyés par William Minerva pour les guider jusqu’à leur repaire ! Malheureusement, la blessure de Chris s’est infectée, et il a besoin de soins de toute urgence. Une seule solution : s’introduire dans une ferme pour voler des médicaments. Alors que le cambriolage tourne mal, un nouveau protagoniste entre en scène…

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « The Promised Neverland T14, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu »

Les Gardiennes du grenier, d’Oriane Lassus

Les Gardiennes du grenier, d’Oriane Lassus, Biscoto, 2020 (première publication en 2019-2020), 56 pages.

L’histoire

Plecota, une petite chauve-souris, vit paisiblement avec sa famille dans un grenier douillet… Mais l’hiver arrive. Toute la colonie s’envole pour rejoindre son refuge d’hibernation, Plecota se perd. Séparée des siens, elle est recueillie par de sympathiques musaraignes puis par les humains qui vivent dans son ancienne maison. Ce nouveau refuge est soudain menacé par la construction d’une route pour les gros camions ! Loin de sa famille et malgré sa petite taille, elle va devoir mener un dur combat et chercher du renfort autour d’elle.

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Les Gardiennes du grenier, d’Oriane Lassus »

Les Vilaines, de Camila Sosa Villada

Las Malas, de Camila Sosa Villada, TusQuets Editores, Colección Andanzas, 2021 (première édition 2020), 229 pages.

L’histoire

La Tante Encarna porte tout son poids sur ses talons aiguilles au cours des nuits de la zone rouge du parc Sarmiento, à Córdoba, en Argentine. La Tante – gourou, mère protectrice avec des seins gonflés d’huile de moteur d’avion – partage sa vie avec d’autres membres de la communauté trans, sa sororité d’orphelines, résistant aux bottes des flics et des clients, entre échanges sur les derniers feuilletons télé brésiliens, les rêves inavouables, amour, humour et aussi des souvenirs qui rentrent tous dans un petit sac à main en plastique bon marché. Une nuit, entre branches sèches et roseaux épineux, elles trouvent un bébé abandonné qu’elles adoptent clandestinement. Elles l’appelleront Éclat des Yeux.

Premier roman fulgurant, sans misérabilisme, sans auto-compassion, Les Vilaines raconte la fureur et la fête d’être trans. Avec un langage qui est mémoire, invention, tendresse et sang, ce livre est un conte de fées et de terreur, un portrait de groupe, une relecture de la littérature fantastique, un manifeste explosif qui nous fait ressentir la douleur et la force de survie d’un groupe de femmes qui auraient voulu devenir reines mais ont souvent fini dans un fossé. Un texte qu’on souhaite faire lire au monde entier qui nous rappelle que « ce que la nature ne te donne pas, l’enfer te le prête ».

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Les Vilaines, de Camila Sosa Villada »