Les Petites reines, de Clémentine Beauvais

Les Petites reines, de Clémentine Beauvais, Éditions Sarbacane, 2015, 270 pages.

L’histoire

On les a élues « Boudins de l’année » sur Facebook. Mais Mireille Laplanche et ses « boudinettes », Hakima et Astrid, n’ont pas l’intention de se lamenter sur leur sort ! Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent bien rallier Bourg-en-Bresse à Paris… pour s’incruster à l’Élysée !

Note : 4/5

Mon humble avis

Deuxième lecture de la session décembre-janvier du club de lecture « Une chambre à nous » ! L’histoire nous fait suivre Mireille, jeune élève de seconde qui est élue pour la troisième fois « boudin » de l’année, par un concours fait sur Facebook par des camarades du collège-lycée qu’elle fréquente. On se rend vite compte que Mireille s’est endurcie depuis la première fois qu’elle a été « élue » boudin de l’année, puisqu’elle reçoit la nouvelle avec un certain détachement. Pour autant, on sent bien que cela la blesse, mais elle encaisse la situation à grand coup de sarcasme et d’humour.

Ce n’est pas le cas de ses deux camarades qui sont également sur le podium des « boudins » de l’année, Astrid et Hakima. Qu’à cela ne tienne, Mireille a eu le temps de se faire à l’idée, elle compte bien profiter de son expérience pour rassurer ses nouvelles consœurs de mauvaise fortune. Enfin du moins au début, Mireille est loin d’être la personne la plus compatissante du groupe, elle fait d’ailleurs preuve de très peu d’empathie face aux tracas et aux douleurs d’Astrid et Hakima lors de leur périple vers Paris. Je n’étais donc pas complètement attendrie par le personnage, qui avait parfois des remarques assez déplacées voire mauvaises, que ce soit envers sa mère, Philippe Dumont son beau-père, ou encore des copines.

Mireille présente sa famille, son quotidien et d’autres personnes qui gravitent autour d’eux mais toujours en utilisant des pseudonymes, comme pour conserver l’anonymat des personnages… ce dont je n’ai pas particulièrement compris l’utilité, j’ai surtout trouvé cela redondant quand à chaque nouveau personnage du genre, Mireille nous explique qu’elle l’appellera autrement. Par exemple, la Présidente de la République (et ça, c’était sacrément bienvenue) s’appelle Barack Obamette. Bon en plus, on peut revenir sur la pertinence de ne pas avoir choisi un nom de femme directement. Enfin, c’est un détail. Un autre : le livre parle énormément de nourriture. Vraiment, à tout bout de champs et c’est carrément pas végane, même si on note la présence d’un boudin végétarien.

Les Petites reines est tout de même une fabuleuse aventure et j’ai pris plaisir à suivre les trois « boudins » et leur accompagnateur dans leur périple à vélo. J’ai énormément apprécié la diversité des personnages, parmi lesquels on retrouve des musulmans, des enfants, des parents, des vieux, un personnage handicapé et bien sûr des jeunes filles grosses… Tout cela rend le roman encore plus réaliste et intéressant ! La sororité est au centre du roman puisqu’il s’agit tout de même de trois jeunes filles – même si elles sont accompagnées par un adulte – qui partent à l’aventure et se serrent les coudes contre les difficultés et le harcèlement dont elles sont la cible. Mention spéciale aussi pour la présence de menstru, puisqu’une des filles a ses règles pour la première fois au cours de l’intrigue ! Avec toutes ces fabuleuses idées, j’ai tout de même un peu tiqué quant au traitement du personnage de la blogueuse féministe qui s’intéresse à la démarche de Mireille, Astrid et Hakima. Enfin, le personnage en lui-même paraît très bien, mais Mireille et Astrid refusent d’être assimilées à des féministes puisque ce serait quelque chose de mauvais… Un petit bémol par ici donc.

Avec toutes ces aventures, j’ai adoré la fin. C’était un peu l’attente depuis le début, savoir comme ça allait se passer, si les plans des trois jeunes filles allaient se dérouler comme prévu… et je trouve cette fin tout à fait satisfaisante, elle donne même chaud au cœur.

Une belle lecture, avec de chouettes personnages même si je ne suis pas tombée amoureuse de tous, avec des protagonistes fortes, qui ne se laissent pas faire même si elles ont aussi leurs moments de faiblesse, et c’est d’ailleurs ça qui fait leur charme (et puis, c’est plutôt normal pour des ados).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s