Altaïr T1, de Kotono Kato

Altaïr T1, de Kotono Kato, traduit du japonais par Fédoua Lamodière, Glénat, 2014 (VO : 2008), 224 pages.

L’histoire

Au jeu des stratèges, il faut vaincre ou périr. Dans un univers fantastique très fortement inspiré du bassin méditerranéen à l’époque où les empires rivalisaient de puissance…Mahmut est le plus jeune homme à accéder au rang de pacha, général de haut rang dans la stratocratie de Türkiye. Accompagné d’Iskandar, son fidèle aigle royal, ce pacifiste sillonne le pays pour déjouer les conflits. Malheureusement, tous ses compatriotes ne partagent pas ses convictions et l’empire Balt-Rhain guette la moindre occasion pour étendre son territoire…

Notre héros arrivera-t-il à conserver son intégrité au milieu de ces jeux de pouvoir où complots et trahisons sont monnaie courante ?

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Altaïr T1, de Kotono Kato »

The Promised Neverland T20, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland T20 : L’autre rive du destin, de Kaiu Shirai (scénario) et Posuka Demizu (dessin), traduit du japonais par Sylvain Chollet, Kazé, « Shonen », 2021 (VO : 2020), 240 pages.

L’histoire

De retour à Grace Field House, Emma et ses compagnons réussissent par un incroyable tour de force à délivrer les otages et à reprendre le contrôle de la ferme. Tandis que même Maman a basculé dans leur camp, en face, un dernier ennemi se dresse, seul et acculé. Alors que Peter Ratri doute face à la détermination d’Emma, dans la capitale, un bouleversement que personne n’aurait imaginé se produit ! Jusqu’à la dernière case, le suspense et la tension tissent cette ode à la liberté que constitue The Promised Neverland et dévoilent un final sublime, véritable lueur d’espoir au cœur d’un univers glaçant.

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de The Promised Neverland T20

The Promised Neverland T18, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland T18 : Never Be Alone, de Kaiu Shirai (scénario) et Posuka Demizu (dessin), traduit du japonais par Sylvain Chollet, Kazé, « Shonen », 2021 (VO : 2020), 192 pages.

L’histoire

Malgré leurs efforts, Emma et Ray arrivent trop tard. Norman a mené son plan à bien, les démons de la cour et ceux du clan Geelan se sont entre-tués. Au milieu du charnier, Emma lance un ultime cri du cœur pour convaincre Norman de renoncer à son projet d’extermination. Parviendra-t-elle à faire vaciller celui qui est désormais le « boss » d’une troupe de radicaux ?

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de The Promised Neverland T18

SCUM Manifesto, de Valerie Solanas

SCUM Manifesto, de Valerie Solanas, traduit de l’anglais (États-Unis) par Emmanuèle de Lesseps, 1001 nuits, 2021 (VO : 1967), 116 pages.

L’histoire

En renversant l’image de la femme comme être inférieur par nature pour l’appliquer à l’homme, l’autrice démonte la mécanique de la domination masculine.
Un pamphlet littéraire et politique, où l’humour et la provocation révèlent les rapports de force entre les sexes. Depuis sa diffusion dans les rues de New York par Valerie Solanas en 1967, SCUM Manifesto est devenu un texte culte du féminisme.

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Scum Manifesto

The Promised Neverland T16, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland T16 : Lost boy, de Kaiu Shirai (scénario) et Posuka Demizu (dessin), traduit du japonais par Sylvain Chollet, Kazé, « Shonen », 2020 (VO : 2019), 207 pages.

L’histoire

Pour percer le mystère de la « fille au sang maudit », Emma et Ray ont repris le chemin des Sept Murs. Une fois la porte passée, ils se retrouvent prisonniers d’un univers qui ressemble étrangement à Grace Field House mais où règne une inquiétante atmosphère. Perdus dans ce labyrinthe qui se joue des lois de l’espace et du temps, parviendront-ils à trouver la sortie ?

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de The Promised Neverland T16

Cause animale, luttes sociales, dirigé par Roméo Bondon et Elias Boisjean

Cause animale, luttes sociales, dirigé par Roméo Bondon et Elias Boisjean, avec les textes de Ernest Cœurderoy, Louise Michel, Marie Huot, Charles Gide, Élisée Reclus, Léon Tolstoï, Henry Stephens Salt, Séverine, Octave Mirbeau, Georges Butaud et Sophie Zaïkowska, Louis Rimbault, le passager clandestin, 2021, 240 pages.

Résumé

Souvent réduite à un régime alimentaire ou à la lubie passagère d’une époque déboussolée, la cause animale est de plus en plus médiatisée mais aussi instrumentalisée, récupérée et dépolitisée. Dans cette anthologie, Roméo Bondon et Elias Boisjean explorent ses racines historiques pour mieux souligner le non-sens d’un engagement animaliste qui se passerait d’une remise en cause du capitalisme.

Bien avant l’invention du concept d’antispécisme, des hommes et des femmes ont conjugué à leurs convictions socialistes et libertaires une sensibilité particulière pour ces « autres exploités » que sont les animaux. Dénonciation de la corrida, de la chasse, de l’élevage ou de l’abattage industriels, défense du végétarisme… Loin d’être désuets, leurs propos témoignent de l’urgence de bâtir une société résolument écologiste et animaliste.

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Cause animale, luttes sociales

The Promised Neverland T15, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland T15 : L’entrée, de Kaiu Shirai (scénario) et Posuka Demizu (dessin), traduit du japonais par Sylvain Chollet, Kazé, « Shonen », 2020 (VO : 2019), 192 pages.

L’histoire

Le plan consistant à exterminer tous les démons pour libérer les humains est en marche. Et pour le mettre à exécution, le nouveau William Minerva est prêt à nouer les alliances les plus terribles ! Au fond d’elle, Emma doute de cette solution sanglante qui va à l’encontre de ses principes. Parviendra-t-elle à convaincre celui qui est devenu le Boss d’opter pour une solution pacifique ?

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « The Promised Neverland T15, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu »

The Promised Neverland T13, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland T13 : Le roi du Paradis, de Kaiu Shirai (scénario) et Posuka Demizu (dessin), traduit du japonais par Sylvain Chollet, Kazé, « Shonen », 2020 (VO : 2019), 192 pages.

L’histoire

La relative tranquillité d’Emma et des siens vole brusquement en éclats quand un commando de soldats humains les attaque ! Sur ordre de James Ratri, la troupe d’élite menée par l’impitoyable Andrew a pris d’assaut le refuge. Alors qu’Emma et les enfants s’enfuient, Yugo et Lucas décident de faire front armes au poing, à deux contre six…

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « The Promised Neverland T13, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu »

Chers confrères : Dessins satiriques sur le monde de la justice, de Léna Bojko

Chers confrères : Dessins satiriques sur le monde de la justice, de Léna Bojko, Éditions Kiwi, 2020, 150 pages.

L’histoire

Une jeune avocate salue un confrère plus âgé dans les couloirs du Palais de justice : « Bonjour, Confrère » « Bonjour, Mademoiselle ! », lui répond l’intéressé, en toute spontanéité. Du bout de sa mine de crayon affutée, Léna Bojko, avocate au Barreau de Paris, et autrice du site Le Dîner de la Cigogne, nous ouvre les coulisses d’une profession encore souvent idéalisée : le métier d’avocat. Elle nous livre à travers ses dessins une série d’anecdotes authentiques qui démystifient le quotidien d’une profession qui se révèle parfois éprouvante. Jeunes avocats collaborateurs malmenés, propos et comportements sexistes, clients ingrats, confrères condescendants, tribunaux surchargés, justice expéditive… Un recueil de dessins et de textes satiriques rafraîchissant qui dépeint les absurdités et les travers de la profession d’avocat, avec humour et malice.

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Chers confrères : Dessins satiriques sur le monde de la justice, de Léna Bojko »

Une fille de la faim, de Hong Ying

Daughter of the River, de Hong Ying, traduit du mandarin (Chine) par Howard Goldblatt, Bloomsbury, 1999 (VO : 1997), 279 pages.

L’histoire

Lorsqu’elle est née, à Chongqing, l’année de la grande famine, le tigre du zoo a mangé son gardien. Hong Ying est originaire du quartier des ouvriers du fleuve Yangzi, bateliers comme son père ou coolies comme sa mère. Dans ces cahiers de départ d’un pays natal, elle dresse le tableau poignant et terrifiant d’un monde misérable et sans amour, une fois dissipée l’hypnose maoïste. En 1980, à l’âge de dix-huit ans, Hong Ying cherche à comprendre pourquoi elle s’est sentie étrangère dans sa propre famille.

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Une fille de la faim, de Hong Ying »