Descender T4 : Mise en orbite

 

Descender T4 : Mise en orbite, de Jeff Lemire et Dustin Nguyen, traduction de l’anglais (États-Unis) par Benjamin Rivière, Urban Comics, « indies », 2017, 128 pages.

L’histoire

Peu à peu, les pièces du puzzle s’assemblent. On en sait désormais un peu plus sur la jeunesse du capitaine Telsa, sur les années d’Andy Tavers passées au sein des Liquidateurs et sur le parcours du robot minier Foreur. Tim-21 est quant à lui toujours aux mains du chef de la Résistance Robotique, Psius, et le Dr Quon semble avoir son lot de secrets à révéler. Notamment que son mentor, le Dr Solomon, et « l’ancien robot », seraient toujours en vie…

Note : 5/5

Mon humble avis

C’est toujours avec joie que je suis les sorties de la série Descender et que je me précipite chez mon libraire (vous aurez remarqué que je me précipite moins pour écrire les chroniques ces temps-ci…). Le troisième tome, Singularités, m’avait un peu déçue puisque l’intrigue n’avançait pas vraiment et que les auteurs se concentraient plus sur le passé des personnages – certes intéressant mais il aurait été possible de faire avancer le récit en même temps…

Avec ce nouveau tome, les aventures, rebondissements et révélations reprennent de plus belle ! Nous suivons toujours deux groupes différents : Andy, Inter-Majesté (anciennement Effie), Bandit, Tullis, Foreur et Blugger d’un côté ; Tesla, Dr Quon, Tim 21 et la Résistance Robotique de l’autre. Leurs aventures commencent à se corser avec des menaces toujours plus importantes d’un côté comme de l’autre, et Psius qui mène la Résistance Robotique montre qu’il est prêt à tout pour obtenir le secret des moissonneurs.

En suivant différents groupes, les auteurs continuent à faire preuve d’originalité dans leur manière d’aborder les histoires puisqu’ils structurent différemment certains passages, où il ne faut plus lire de haut en bas pour avoir le défilement mais de gauche à droite (sur plusieurs pages) pour suivre un même groupe de personnage.

 

Cela permet de mettre en parallèle les aventures de chacun des personnages, de faire monter la tension petit à petit tout en présentant des contrastes magnifiques au niveau des ambiances et des couleurs. Comme d’habitude, les planches de Dustin Nguyen sont magnifiques.

Si vous appréciez le personnage du Foreur, ce tome vous convaincra de sa bonne volonté, et franchement, de son humanité (pour un robot dont la seule « fonction » de départ est de creuser, c’est pas mal).

J’ai eu plaisir à retrouver les personnages et je suis impatiente de continuer à les suivre (puisqu’en plus, le tome se termine sur un cliff hanger qui devrait être illégal). Une seule chose me titille particulièrement, et dont je peux parler sans spoiler puisque cela commence au tome précédent : Andy retrouve son ex-femme, anciennement Effie, mais qui depuis est devenue à moitié cyborg et se fait appeler Inter-Majesté (Queen Between en anglais). J’ai dû retourner dans le deuxième tome pour retrouver son nom actuel parce que devinez quoi ? Andy refuse de l’appeler ainsi tout le tome malgré les demandes d’Inter-Majesté, à répétition, de ne pas l’appeler Effie. J’ai trouvé ça affreusement violent et égoïste de la part d’Andy, qui refuse de voir (et de comprendre) que la personne qu’il connaissait à changer. Bref, j’espère que cela changera parce que j’ai l’impression que les créateurs veulent qu’on l’apprécie, même s’il a toujours en tête de tuer Tim 21 pour l’argent (on sent bien que le moment venu, il ne pourra pas tuer son petit frère).

Le tome 5 est prévu pour mai, vivement !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s