Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, d’Emil Ferris

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres T1, d’Emil Ferris, traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-Charles Khalifa, Monsieur Toussaint Louverture, 2018 (VO : 2017), 416 pages.

L’histoire

Chicago, fin des années 1960. Karen Reyes, dix ans, adore les fantômes, les vampires et autres morts-vivants. Elle s’imagine même être un loup-garou : plus facile, ici, d’être un monstre que d’être une femme. Le jour de la Saint-Valentin, sa voisine, la belle Anka Silverberg, se suicide d’une balle dans le cœur. Mais Karen n’y croit pas et décide d’élucider ce mystère. Elle va vite découvrir qu’entre le passé d’Anka dans l’Allemagne nazie, son propre quartier prêt à s’embraser et les secrets tapis dans l’ombre de son quotidien, les monstres, bons ou mauvais, sont des êtres comme les autres, ambigus, torturés et fascinants. Journal intime d’une artiste prodige, Moi, ce que j’aime, c’est les monstres est un kaléidoscope brillant d’énergie et d’émotions, l’histoire magnifiquement contée d’une fascinante enfant. Dans cette œuvre magistrale, tout à la fois enquête, drame familial et témoignage historique, Emil Ferris tisse un lien infiniment personnel entre un expressionnisme féroce, les hachures d’un Crumb et l’univers de Maurice Sendak.

Note : 5/5 ♥ Coup de cœur

Lire la suite « Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, d’Emil Ferris »
Publicités

Banana Girl, de Kei Lam

Banana Girl : Jaune à l’extérieur, blanche à l’intérieur, de Kei Lam, Steinkis Éditions, 2017, 184 pages.

L’histoire

Kei a grandi en France, partagée entre deux cultures : les dim sum et le camembert, la fête de la Lune et l’Épiphanie, le baume du tigre et l’eau bénite…

La vie n’est pas toujours simple pour une petite Chinoise à Paris, mais peu à peu elle se forge une identité faite de ces références multiples. Aujourd’hui, Kei revendique son métissage culturel et assume joyeusement l’étiquette de banane, jaune à l’extérieur et blanche à l’intérieur…

Note : 5/5

Lire la suite « Banana Girl, de Kei Lam »

Zita, la fille de l’espace T2, de Ben Hatke

Zita, la fille de l’espace T2, Ben Hatke, traduction de l’anglais (États-Unis) par Basile Béguerie, Rue de Sèvres, 2012, 224 pages.

L’histoire

Zita est désormais une véritable star internationale de la galaxie. Les récits de ses exploits lors du sauvetage de Scriptorius la précèdent sur les planètes que la petite bande visite. Fatiguée de ces bains de foule, elle laisse un robot imitateur déguisé en Zita prendre sa place le temps d’une escapade. Erreur ! Le robot prend goût à la célébrité et prend pour de bon la place de Zita. Comment Zita retrouvera-t-elle son identité et sa place dans son cercle d’amis ? Parviendra-t-elle enfin à reprendre le chemin qui la ramènera sur Terre ?

Note : 4/5

Lire la suite « Zita, la fille de l’espace T2, de Ben Hatke »

Zita, la fille de l’espace T1, de Ben Hatke

Zita, la fille de l’espace T1, Ben Hatke, traduction de l’anglais (États-Unis) par Basile Béguerie, Rue de Sèvres, 2011, 192 pages.

L’histoire

Zita et Joseph jouent dans les bois quand ils trouvent un étrange appareil qui projette Joseph dans la galaxie. Pas le choix, Zita ne peut que suivre le même chemin pour tenter de sauver son ami. Elle se retrouve sur Sciptorius, étrange planète peuplée d’espèces multiformes, menacée de destruction par un astéroïde géant. Zita n’a que trois jours pour mener à bien sa mission : retrouver Joseph et rentrer sur terre !

Note : 4/5

Lire la suite « Zita, la fille de l’espace T1, de Ben Hatke »

The Promised Neverland T2, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland T2 : Sous contrôle, de Kaiu Shirai (scénario) et Posuka Demizu (dessin), traduit du japonais par Sylvain Chollet, Kazé, « Shonen », 2018 (VO : 2016), 193 pages.

L’histoire

Emma, Norman et Ray décident d’entraîner leurs petits frères et sœurs pour qu’ils soient capables de s’évader avec eux. Mais sœur Krone, la nouvelle assistante de Maman, ne cesse de contrarier leur plan et exerce une pression constante sur eux. Pour mener à bien leur projet, l’inséparable trio n’a d’autre choix que de révéler une part de la triste vérité à d’autres camarades… Mais à qui peuvent-ils se fier ?

Note : 3/5

Lire la suite « The Promised Neverland T2, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu »

The Promised Neverland T1, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu


The Promised Neverland T1 : Grace Field House, de Kaiu Shirai (scénario) et Posula Demizu (dessin), traduit du japonais par Sylvain Chollet, Kazé, « Shonen », 2018 (VO : 2016), 193 pages.

L’histoire

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

Note : 4/5

Lire la suite « The Promised Neverland T1, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu »

Les Vieux Fourneaux T2 : Bonny and Pierrot, de Lupano et Cauuet

Les Vieux Fourneaux T2 : Bonny and Pierrot, de Wilfrid Lupano (scénario) et Paul Cauuet (dessin et couleur), Dargaud, 2017, 56 pages.

L’histoire

Lupano et Cauuet décrivent avec toujours autant de drôlerie la chute libre de notre société. Restent Mimile, Antoine, Pierrot et ses anars malvoyants pour redresser la barre. Un versement inattendu de la « finance carnassière » arrive à point nommé, mais réveille également de douloureux souvenirs pour Pierrot. Sa muse libertaire, Ann Bonny, réapparaît…

Note : 4/5

Lire la suite « Les Vieux Fourneaux T2 : Bonny and Pierrot, de Lupano et Cauuet »

Les paupières des poissons, de Sébastien Moro et Fanny Vaucher

Les paupières des poissons, de Sébastien Moro (texte) et Fanny Vaucher (illustration), Éditions La Plage, 2018, 176 pages.

L’histoire

« Comment font les poissons pour dormir sans paupières ? » et un million d’autres questions qui ont l’air incongrues comme ça, mais vous allez voir les réponses sont incroyables… et vraies ! En plus c’est rempli de blagues.
Vous allez apprendre plein de trucs que vous ne vous êtes jamais demandé sur nos cousins, cousines -et aussi ceux qui ont les deux sexes en même temps (oui, oui)- aquatiques. Attachez vos palmes, attrapez votre tuba, et… on PLONGE !

Note : 5/5 ♥ Coup de cœur

Lire la suite « Les paupières des poissons, de Sébastien Moro et Fanny Vaucher »

Les Vieux Fourneaux T1 : Ceux qui restent, de Lupano et Cauuet

Les Vieux Fourneaux T1 : Ceux qui restent, de Wilfrid Lupano (scénario) et Paul Cauuet (dessin et couleur), Dargaud, 2016, 56 pages.

L’histoire

Pierrot, Mimile et Antoine, trois septuagénaires, amis d’enfance, ont bien compris que vieillir est le seul moyen connu de ne pas mourir. Quitte à traîner encore un peu ici-bas, ils sont bien déterminés à le faire avec style : un œil tourné vers un passé qui fout le camp, l’autre qui scrute un avenir de plus en plus incertain, un pied dans la tombe et la main sur le cœur. Une comédie sociale aux parfums de lutte des classes et de choc des générations, qui commence sur les chapeaux de roues par un road-movie vers la Toscane, au cours duquel Antoine va tenter de montrer qu’il n’y a pas d’âge pour commettre un crime passionnel.

Note : 3/5

Lire la suite « Les Vieux Fourneaux T1 : Ceux qui restent, de Lupano et Cauuet »

Dernière heure Tome 1 à 4, de Yû

Dernière heure Tome 1 à 4, de , Akata, 2017, 194 + 196 + 162 + 227 pages.

L’histoire

Cela fait cinq années que le Japon est en guerre. Mais Saku, jeune collégien, ne le réalise pas vraiment. Vivant sur une petite île isolée, son quotidien n’est synonyme que d’ennui, entre les cours et la frustration de repas trop sommaires. Pourtant, tandis que les affrontements semblent s’intensifier, une terrible nouvelle vient bouleverser sa vie et celle de ses camarades : désormais, chaque vendredi, certains d’entre eux seront appelés à aller se battre sur le front. Tous, sauf Saku et Miyako, son amie d’enfance, exemptés sans savoir pourquoi de partir à la guerre…

Note : 3/5

Lire la suite « Dernière heure Tome 1 à 4, de Yû »