C’est le 1er avril, je balance tout !

Ce rendez-vous a été créé par Lupiot du blog Allez vous faire lire.

Les règles du RDV

  • Le Top & Flop des lectures du mois précédent.
  • Au moins une chronique découverte sur un autre blog le mois dernier.
  • Au moins un article lu et aimé le mois dernier (hors chronique littéraire).
  • Et enfin : le truc trop cool que vous ayez fait ou qui vous est arrivé pendant le mois.

Ceci n’est pas un poisson d’avril, je vais bel et bien tenter de reprendre ce rendez-vous que je n’avais pas fait depuis le mois de juin, où je n’avais pas grand-chose à partager et finalement si l’été a été propice à la lecture, c’était plutôt des ouvrages et moins des articles. Ensuite la rentrée s’est précipitée, puis la fin d’année, puis le début d’année… Bref la vie a été mouvementée avec tout un tas de nouvelles activités, de nouvelles rencontres, qui ont fait que je n’ai pas pris le temps de me remettre au blog. Au moins, le confinement aura réussi cela. Pendant tous ces mois sans nouvelles, j’ai tout de même lu un tas de choses intéressantes que j’aimerais partager, donc je vais faire un tri et vous présenter le meilleur (selon moi) !

J’espère que vous allez bien et que le confinement n’est pas trop anxiogène pour vous. Prenez soin de vous, pas seulement par rapport au Covid-19, mais je pense surtout mentalement en cette période toute particulière !

Le Top et Flop de mes lectures

Pas de flop ! En revanche je met trois livres dans mon top : De bons présages de Terry Pratchett et Neil Gaiman, le deuxième tome de la saga The Expanse : La Guerre de Caliban de James S.A. Corey et le troisième : La porte d’Abaddon.

Florilège de chroniques lues

Magali Lefebvre, des Histoires de Lullaby, a chroniqué La sirène et la licorne de Erin Mosta : je l’ai beaucoup vu tourner sur la blogosphère et tout le monde a l’air ravi de cette lecture, j’ai donc très envie de le lire également !

Mrs Roots a publié une chronique de L’autobiographie d’Assata Shakur et je ne connaissais rien de cette personne jusque là, alors que toute sa vie a l’air passionnante et intéressante !

Chez Arcanes Ouvertes, c’est la chronique de Matilda de Roald Dahl qui m’a le plus plu, je n’ai toujours pas lu ce livre il faut vraiment que je l’emprunte à ma prochaine visite en bibliothèque (quand elle sera rouverte après l’apocalypse).

Sur Planète Diversité, je retiens la chronique de Juliet Takes a Breath de Gabby Rivera, parce qu’on a tou·te·s besoin de plus de queerness dans nos vies.

Les chroniques de ce livre ont fusé de partout mais au cas où vous ne le connaissiez pas, Cielle de Deuxième page a chroniqué Beauté fatale de Mona Chollet que j’avais effectivement adoré.

Au sujet des chroniques de livres, j’ai trouvé cet article de Planète Diversité particulièrement pertinent, je suis complètement d’accord (et il faudrait que je le fasse plus souvent et mieux) : « L’importance d’identifier les représentations dans vos chroniques ».

Les liens qui m’ont fait dire « Waouh »

Dans le monde de la véganie

Je commence par un article qui date mais sur lequel je suis retombée récemment, « Pourquoi je ne suis pas vegan » sur Antigone XXI, derrière ce titre un peu provocateur, se trouve une réflexion sur les raisons d’utiliser le terme francisé « végane » plutôt que « vegan », je suis tout à fait d’accord avec ces positions !

Sur la nutrition, Florence Dellerie de Questions animalistes reprend un communiqué de presse assez fallacieux de l’Académie Royale de la Médecine de Belgique : « Véganisme, végétalisme : l’Académie Royale de Médecine de Belgique en roue libre ».

Le 24 août avait lieu la Journée Mondiale pour la Fin du Spécisme, à l’occasion de laquelle plusieurs manifestations avaient lieu, dont une marche à Marseille qui a su réunir environ 400 personnes. Nonbi radio a couvert l’événement si vous souhaitez en savoir plus, et voici une vidéo de la marche : « Grande Marche pour la Fin du spécisme – Marseille, le 24 août 2019 ».

Parfois on oppose les « antispécistes » aux employé·es d’abattoir, mais c’est une vision du monde bien manichéenne, puisque les personnes qui se sont penchées sur les conditions de travail dans les abattoirs savent à quel point ces personnes sont souvent (presque ?) autant victimes que les animaux non-humains qui sont abattus dans ces lieux. Jihem Doe a fait un entretien glaçant, émouvant, écœurant et globalement bouleversant de l’un de ces employés d’abattoir : « ECDYSIS #2 – Mauricio Garcia-Pereira (Ouvrir en abattoir) ». C’est une écoute / un visionnage tout aussi difficile qu’il est important.

Je profite de cette section pour vous partager des trucs plus généraux sur les animaux non humains, comme cet article sur les découvertes étonnantes concernant le comportement de certains animaux : « La signification des meuglements des vaches, et autres histoires animales surprenantes » d’Alice Richard, sur Slate. Voici également une série de photos qui va égayer votre journée et qui montre un écureuil qui renifle une fleur (c’est encore plus mignon qu’on ce qu’on peut imaginer) : « Stop and Smell the Flowers: Dick van Duijn Captured a Squirrel’s Floral Delight » sur Colossal.

Enfin, j’ai réalisé que je ne partageais jamais de recettes, alors que ça pourrait être l’occasion ! J’ai récemment testé la recette de quiche lorraine végane de La Petite Okara et c’est simple et délicieux, je recommande donc vivement ! Et sinon, probablement ma recette préférée de tous les temps, celle que je me fais quand j’ai besoin de comfort food : Veggies and lentils in peanut sauce, de Vegan Richa.

Côté genre et féminisme

Quelques portraits de femmes inspirantes : tout d’abord celui d’Audre Lorde sur BALLAST : « Audre Lorde : le savoir des opprimées » par Hourya Bentouhami. Il y a également « Marjane Satrapi : « Vu la forme de ton front, soit tu seras peintre, soit écrivain, soit les deux. » » par Mathilde Leïchlé sur Les Parleuses.

Natacha Lapeyroux, dans un entretien avec Yann Renoult pour BALLAST, parle de « Boxer contre les stéréotypes de genre », littéralement, et c’est très intéressant.

Durant mon hibernation loin des blogs, je suis sûre d’avoir raté pleins de chouettes articles de La petite créature (il va falloir que je creuse ses archives) mais celui-ci est arrivé jusqu’à moi : « Petite liste de choses intéressantes à savoir si on a un utérus (ou pas) » et c’est toujours bon d’en parler et d’en apprendre plus !

Avec le concept de charge mentale, celui de charge émotionnelle est tout aussi pesant pour la très grande majorité des femmes en couple hétéro (mais pas que). Cet article de Melanie Hamlett en parle très bien : « Men Have No Friends and Women Bear the Burden », mais la BD d’Emma en parle encore mieux donc j’invite absolument tout le monde à aller la lire : « Le pouvoir de l’amour ».

Vous aviez peut-être vu passer l’enquête qui se faisait à propos de l’épilation, et bien en voici les résultats et c’est aussi affligeant et terrifiant qu’on aurait pu le penser : « #EnquêteEpilation : les premiers résultats de notre grande enquête sur la norme du glabre ».

Le sexisme se manifeste partout et donc bien sûr dans l’éducation des enfants, Daphnée Leportois le rappelle dans cet article sur Slate : « Les parents ne voient pas du même œil la sexualité de leur fils et de leur fille ».

La transphobie « ordinaire » n’est pas plus simple à encaisser que toutes les autres oppressions « ordinaires » et il me semble qu’il faut être vigilant·es à ne pas tomber dans ses travers et avoir des comportements problématiques. Dans son « Guide pratique : mieux s’adresser aux personnes transgenres », Kovitch rappelle les bases.

Convergence des luttes

Je connais très peu le sujet mais l’incarcération et tous les sujets politiques qui l’entourent sont intéressants et à mon sens il est important de s’y pencher (j’aimerais avoir plus de temps pour le faire). BALLAST a publié un chouette article à ce sujet : « États-Unis : les prisonniers face aux catastrophes écologiques », écrit par Gwenola Ricordeau et Joël Charbit.

Concernant le racisme, Julien Suaudeau est revenu dans un article pour Slate sur « Ce que James Baldwin nous apprend du racisme français » et c’est malheureusement toujours d’actualité. Toujours sur Slate, c’est Rokhaya Diallo (♥) qui refait le point sur le racisme avec « Le concept de blanchité n’a rien à voir avec la couleur de peau ».

À propos de validisme, cet article de Bernard Glose remet les choses à plat concernant la perception qu’on peut avoir de l’autisme : « Hans Asperger et le danger des classifications ». Et parce que les technologies ont tendance à reproduire les oppressions que propagent leurs créateur·rice·s, Sheri Byrne-Haber aborde le sujet des biais validistes des intelligences artificielles dans un article sur Medium : « Disability and AI Bias ».

Petit point écologie et numérique, ce qui me concerne particulièrement puisque non seulement mes passe-temps se déroulent sur un ordi et Internet, mais mon travail également : « Mise en perspective des impacts écologiques du numérique » par Raphaël Lemaire.

Je trouve le sujet des relations humaines particulièrement intéressant et je me suis beaucoup interrogée dernièrement dessus, notamment au sujet du polyamour. J’ai trouvé beaucoup d’articles intéressants et auxquels je m’identifie pas mal sur le site Polyamorous Tribe, voici mes préférées : « The 10 Reasons I Am Solo-Polyamorous », « Creating Your Own Relationships » et « What Is Polyamory to You? (The “Our Story” Series) ». Lié au polyamour, on trouve le concept de compersion qui consiste à ressentir du bonheur pour quelqu’un d’autre (donc ça s’applique à bien d’autres situations bien sûr), et le podcast Émotions y a consacré un épisode : « La compersion : peut-on apprendre à être heureux du bonheur de l’autre ? ».

Sur un sujet un peu lié, les sexualités, plusieurs articles intéressants. Tout d’abord, un article de Myrian Carbajal, Annamaria Colombo et Marc Tadorian dans le Journal des Anthropologues « Consentir à des expériences sexuelles sans en avoir envie‪ : La logique de redevabilité : responsabilité individuelle ou injonction sociale genrée ? ». Sur un tout autre sujet, Reset a publié un numéro sur le « Genre & Internet » qui était très intéressant, dont cet article « La valeur des plaisirs pornographiques en ligne : Masculinités, sexualités et hiérarchies culturelles » écrit par Florian Vörös. Enfin, à propos des sexualités dites « alternatives », Arnaud Alessandrin et Marielle Toulze ont publié cet article dans un numéro de Géographie et cultures : « Les événements publics BDSM : Plaisir, pouvoir et domination ». Mais on n’en saurait pas autant sur les sexualités si des chercheur·euses passaient pas du temps à faire, notamment, des entretiens. Et je n’avais jamais réfléchi aux problématiques que cela pouvait poser mais Cécile Thomé a fait part de son expérience lors d’un séminaire, dont un compte rendu a été publié sur le carnet SocioGre : « Mener un entretien sur la sexualité : positionnements, méthodes et outils pour accéder à l’intime ».

Pop culture, tu l’aimes, tu l’analyses

Je m’y connais peu en cinéma mais ça me semble toujours important d’avoir des lectures politiques et intéressantes d’œuvres marquantes. Du coup j’ai adoré lire cet entretien qu’a fait Annabelle pour Deuxième Page : « Interview : Cáel M. Keegan analyse le cinéma des sœurs Wachowski, une révolution esthétique et narrative ».

Dans la (superbe) revue TV series, Benjamin Campion s’intéresse à un phénomène tout à fait actuel : « Regarder des séries sur Netflix : l’illusion d’une expérience spectatorielle augmentée », à garder en tête en cette période où on risque de passer plus de temps qu’à l’accoutumée devant ladite plateforme.

Je recommande de regarder la série Broad City (je n’ai toujours pas regardé la dernière saison, parce qu’après ce sera terminé !) et je suis tout à fait d’accord avec cette chronique de Maëva Herszfeld sur Deuxième Page : « Broad City, une ode à la sororité sans compromis ».

Ce n’est pas tant de l’analyse de pop culture que le fait d’y être attaché·e, mais les personnes fabuleuses que sont Mathilde, Cordelia et Sophie ont créé le podcast Disclaimer qui parle de fandom et de fanfiction, c’est merveilleux.

Je sais pas où le mettre mais j’aime et c’est important

Petit moment self-care, j’ai toujours aimé cuisiner mais ces dernières années j’en fait réellement une activité régulière, qui me prend du temps et que j’apprécie, j’ai besoin de toujours découvrir de nouvelles recettes et de faire tout ce que je peux de zéro : le pain, les pâtes à tarte, les yaourts, la compote, etc. Et avant de lire cet article de Marie Telling sur Slate, je n’avais pas réalisé l’impact positif que cela avait eu sur ma santé mentale et notamment mes troubles anxieux : « Cuisiner peut être aussi efficace qu’une séance de méditation ».

Toujours dans le self-care et la santé mentale, j’ai découvert le concept de « fawning », qui consiste à faire tout son possible pour faire plaisir aux gen·te·s afin d’éviter le conflit, mais surtout en réponse à un trauma (souvent dans l’enfance). Tout ça grâce à Sam Dylan Finch dans son article « People-pleasing can be a result of trauma. It’s called ‘fawning’ — here’s how to recognize it ». Ça m’a un peu fait l’effet de m’être pris un train en pleine face. Si c’est le cas pour vous aussi, je recommande également « 5 Ways I’m Unlearning My ‘Fawn’ Response ».

Axolot a fait un documentaire sur les exoplanètes où il s’entretient notamment avec Michel Mayor, l’astrophysicien qui a découvert la première exoplanète, et Alexandre Astier, auteur passionné par l’espace. J’y ai appris pleins de choses donc je le recommande vivement : Chasseurs de mondes.

Sur le monde de l’édition, plusieurs articles intéressants. Tout d’abord l’entretien mené par le master Monde du Livre de Laurence Bourgeon des éditions Cambourakis : je trouve ses réponses très intéressantes même si l’entretien en lui-même me paraît mené étrangement (questions qui se répètent ou qui ne sont pas assez précises). Et voici un autre article qui porte sur une maison d’édition, coréenne cette fois-ci : « Borim Press : éditer et traduire » sur le carnet de recherche Album ‘50’.

Si vous vous intéressez à l’accessibilité du numérique aux personnes en situation de handicap (sujet qui me botte particulièrement, dans le cadre de mon boulot notamment mais pas que), voici en anglais une liste d’outils pour éditeurs : « Global Accessibility Awareness Day 2019: A Publisher’s Toolkit » et une étude de cas « Accessibility in Publishing: A Case Study from Kogan Page », le tout sur Inclusive Publishing.

Enfin je parle rarement musique sur ce blog, parce que je tombe rarement sur de nouvelles musiques (ou en tous cas je n’en cherche pas activement), mais dernièrement j’ai trouvé cette chanson d’Angèle ma-gni-fique, particulièrement cette version : « Ta reine ».

Ce que j’ai fait les mois derniers

Il s’en est passé des choses ces derniers mois. Pleins. Pour la première fois de ma vie je suis allé en Irlande, pour le boulot, j’ai pu profiter de Dublin tout de même un week-end et notamment de sa LGBTQ* Pride qui était glorieuse et qui n’avait rien à voir avec celles que j’ai pu faire à Marseille, en terme d’échelle, d’accessibilité, d’inclusivité, tout. Je suis repassée sous l’aiguille d’une tatoueuse. Je suis partie deux semaines au Japon, où je mettais les pieds pour la première fois, c’était mon rêve depuis l’adolescence et c’est toujours aussi étrange d’avoir pu le réaliser. J’ai vu Sabaton et les Dropkick Murphys en concert et c’était merveilleux. J’ai rencontré beaucoup de nouvelles personnes qui sont très chouettes et que je me sens incroyablement chanceuses d’avoir dans mon entourage maintenant. Voilà pour le plus gros et le plus important.

Tant de mois, ça fait pas mal de choses regardées, donc je relève que le meilleur :

Bon, maintenant que je suis enfin à jour de ce rendez-vous, nul doute que j’aurai plus de facilité à le reprendre ! Je vous souhaite d’excellentes lectures =)

6 Replies to “C’est le 1er avril, je balance tout !”

  1. Bonjour ! On est Les Jaseuses (ex. Parleuses). Merci beaucoup pour toutes ces idées et d’avoir cité notre article sur Marjane Satrapi, nous sommes vraiment heureux·ses d’apprendre qu’il circule ! En revanche ce n’est pas Khadija Benfarah qui l’a rédigé, mais Mathilde Leïchlé – la confusion est liée au décalage entre la rédaction et l’édition de l’article.
    Merci beaucoup, à bientôt !
    Les Jaseuses 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. C’est toujours un plaisir de te lire, merci pour toutes ces belles découvertes ! 🙂
    Côté fanfic et podcast, je ne sais pas si tu connais Honte aux garces ? Elles ont fait un épisode sur le sujet mais tous les autres sont aussi super intéressants. J’ai dévoré ça pendant le début du confinement.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.