Pourquoi notre monde a-t-il besoin des super-héros ?

Super-héros une histoire françaiseDans le cadre de l’exposition « Et si les super-héros… » aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône à Marseille, quelques conférences ont été organisées et j’ai pu assister à celle-ci, présentée par Xavier Fournier (rédacteur-en-chef pour la revue Comic Box, journaliste et également auteurs d’ouvrages sur les super-héros tels que Super-héros : une histoire française) et Pierre-Elie de Pibrac qui est photographe et plasticien : il a beaucoup travaillé avec les Real Life Super Heroes (« RLSH »), ces héros de la vraie vie. Le tout animé par Cédric Fabre, journaliste et auteur mais qui semblait finalement un peu perdu dans ce monde de super-héros.

J’ai appris beaucoup de choses et il me semble intéressant de vous en faire part. Tout d’abord, les Real Life Super Heroes. Je savais qu’ils existaient mais je n’avais absolument aucune idée de l’ampleur qu’ils pouvaient avoir, principalement aux États-Unis : s’ils étaient environ 300 en 2012 (lorsque Pierre-Elie de Pibrac a écrit son livre, Real Life Super Heroes), ils sont à présent plus de 800 ! Ce sont donc des personnes qui enfilent un costume afin d’être remarqué dans leur quartier ou leur ville et cela leur permet de faire face à certains problèmes, tout en agissant de concert avec des associations civiles.

Xavier Fournier rappelle alors que la fiction s’inspire toujours de la réalité : par exemple le scénariste de Superman, Jerry Siegel, a vu son père mourir lors d’un hold-up, et six mois plus tard, il créé un sur-homme qui ne peut être blessé par aucune balles. De même, le personnage du Docteur Bruce Banner est créé au moment de la montée du communisme (et de la peur que cela peut engendrer aux États-Unis) : il prévoit d’ailleurs au tout début de créer une bombe pour les communistes mais finit par être irradié et devenir Hulk. Le personnage n’était pas créé pour être sympathique au départ, mais au vu de l’engouement qu’il a pu susciter, les créateurs gardèrent le côté « savant » du personnage en oubliant promptement son communisme du départ… Les comics sont finalement assez prompts à réagir à l’actualité, comme ce fut le cas après les attentats du World Trade Center le 11 septembre 2001.

Pour les Real Life Super Heroes, ce n’est pas si différent : tous ont une capacité et une volonté d’agir, liées à une histoire personnelle qui les a poussée vers cette voix (par exemple, la perte de parents lors d’une attaque). Il y a également des couples et des familles de super-héros. Beaucoup découvrent cette communauté grâce à Internet, et cela leur permet de se regrouper pour aider les sans-abris ou créer des associations. Pierre-Elie de Pibrac a d’ailleurs mentionné l’exemple d’un couple qui avait économisé beaucoup d’argent pour élever leur futur enfant, notamment pour son éducation. Malheureusement, les séquelles d’un cancer ne leur permettront pas d’en avoir, ils ont donc utilisé l’argent économisé pour créer une association à Portland et aider leur prochain.

En France, la situation est assez différente puisqu’il n’existe qu’une dizaine de ces RLSH, notamment à cause de la législation et de la culture bien différentes de celles des États-Unis. De l’autre côté de l’Atlantique, ce genre de comportement est presque historique puisque lors de la révolution états-unienne, les Minutemen était une sorte de milice composée de fermiers prêts à prendre les armes pour défendre leur patrie. De plus, aux États-Unis, il est tout à fait possible d’arrêter un malfaiteur si on assiste à un méfait, en attendant les autorités.

Les Real Life Super Heroes sont particulièrement attachés à leur ville ou leur quartier, c’est ainsi que le Captain Jackson, protecteur de la ville du même nom, fut mis au pilori après avoir été interpellé saoul en costume, près de sa voiture. En tant que représentant de la ville, il était hors de question qu’il puisse avoir un comportement autre qu’exemplaire. La plupart du temps, les RLSH sont basés en ville mais certains se donnent pour mission d’aider les animaux, c’est notamment le cas de « Dark Wolf » qui peut donc tout aussi bien être basé à la campagne et dans les bois.

Il existe une charte éthique des super-héros afin de contrôler les dérives, même si ces dernières existent quoi qu’il en soit. On trouve aussi des « super-méchants » qui brandissent des pancartes sur lesquelles sont notées des insultes sortant de l’ordinaire et finalement pas si méchantes que cela. Il s’agit plus d’un rôle qu’ils peuvent se donner, d’une performance vouée à surprendre et éventuellement détendre l’atmosphère ou encore pointer vers les problèmes auxquels la ville ou le quartier font face. Le RLSH ne doit pas créer de situation de tension ou provoquer une quelconque bagarre, il est seulement là pour empêcher les choses d’empirer et arrêter tout conflit. Ils doivent d’ailleurs se notifier auprès des commissariats des quartiers ou villes où ils agissent. De l’autre côté de la balance, on peut trouver les Vigilantes qui font leur justice eux-mêmes sans s’imposer de limites.

Les RLSH n’ont pas de discours politique généralement, en tous cas pas quand ils portent leur costume : l’État n’est pas impliqué dans les associations là-bas, ils ne sont donc pas liés. Xavier Fournier précise que les super-héros des comics sont plutôt démocrates dans l’ensemble, pour aller dans le sens de la démographie de lecteurs. L’une des meilleurs ventes de comics eut lieu pour l’épisode de Spiderman où ce dernier rencontre Barack Obama (quelque chose comme 500 000 exemplaires).

La discussion s’est bien entendu orientée vers la position des femmes dans les comics et Xavier Fournier rappelle qu’elles étaient présentes dès le début, mais que la société de l’époque les obligeait à signer d’un pseudonyme ou à ne pas signer du tout. Par exemple, la célèbre auteure de romans policiers et thrillers, Patricia Highsmith a écrit des scénarios pour Marvel pendant neuf ans. À raison de quatre à cinq scénarios écrits par semaine, cela donne un sacré nombre de comics écrits par une femme, mais dont on n’arrive toujours pas à retrouver la liste exhaustive puisqu’ils n’étaient pas signés. De même pour Dorothy Roubicek, éditrice chez DC Comics, de Wonder Woman à ses débuts, qui vérifiait alors les scénarios de William Moulton Marston pour s’assurer qu’ils n’étaient pas trop fantasques RLSH-473-couvertureou branchés bondage… Elle a par la suite écrit les scénarios de certains Superman, dont il est également difficile de retrouver les traces. Dans les Real Life Super Heroes, Pierre-Elie de Pibrac estime qu’il y aurait environ 20 à 30 % de femmes.

Je suis très contente d’avoir pu assister à cette conférence qui m’a beaucoup appris sur les Real Life Super Heroes et comme je trouve tout cela très intéressant, j’ai craqué sur le livre de Pierre-Elie de Pibrac où il rassemble ses photographies et les histoires des RLSH qu’il a pu suivre, si vous voulez prolonger le sujet, je ne peux que vous le conseiller !

Edit 12/05 : une captation audio a été faite de la table ronde, si vous voulez écouter ça, c’est sur Soundcloud.

Publicités

4 commentaires sur “Pourquoi notre monde a-t-il besoin des super-héros ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s