Batman & Robin T1 : Tueur né

Batman-et-Robin-Tome-1Titre : Batman & Robin #1 Tueur né
Auteurs : Peter J. Tomasi, Patrick Gleason
Traduction : Alex Nikolavitch
Date de publication : VO : 2011-2012 ; VF : 2014
Édition : Urban Comics
Pages : 192
ISBN : 9782365773553
Synopsis : Batman a toujours eu à ses côtés un Robin, mais pour la première fois, Bruce Wayne fait équipe avec la chair de sa chair : le turbulent Damian Wayne. Élevé par la Ligue des Assassins, ce dernier tente tant bien que mal de se montrer digne de son père, mais l’arrivée de Morgan Ducard va l’amener à faire un choix cornélien.

Avis : ★★★★★

J’avais déjà lu cette série en numérique au moment de sa sortie, mais ce fut un plaisir de la relire en papier ! Comme j’ai pu déjà le mentionner, le Batverse est l’univers que j’affectionne le plus au sein des DC Comics et particulièrement les différents Robins, c’est donc absolument le genre d’histoire que j’adore.

Poursuivre la lecture de « Batman & Robin T1 : Tueur né »

Wytches, de Scott Snyder

wytches #1 couvTitre : Wytches #1
Auteur : Scott Snyder, Jock et Matt Hollingsworth
Pages : 160
Parution : 13 novembre 2015
Édition : Urban Comics
Collection : Indies
ISBN : 9782365777049
Synopsis : À travers la planète, siècle après siècle, des femmes et des hommes suspectés de sorcellerie furent brûlés vifs, noyés, pendus, torturés, emprisonnés, persécutés, assassinés. Si aucun de ces malheureux n’a jamais été sorciers ou sorcières, ils sont cependant morts en protégeant un terrible secret : celui de l’existence des véritables sorcières. Des entités ancestrales, sauvages et insatiables pour quiconque pactisera avec elles. De nos jours, après un épisode tragique durant lequel leur fille Sailor fut victime de harcèlement, la famille Rooks choisit de déménager et de se reconstruire en paix, loin de cette pénible expérience. Leur proximité avec la forêt environnante va cependant les exposer à un mal plus ancien que l’humanité…

Avis : ★★★★★

Poursuivre la lecture de « Wytches, de Scott Snyder »

Batman : Noël

Couverture Batman NoëlTitre : Batman – Noël
Auteur : Lee Bermejo
Date de publication : VO : 2011, VF :2012
Nombre de pages : 112
Édition : Urban Comics
Traduction : Alex Nikolavitch
Synopsis : La nuit de Noël, Batman traque un petit malfrat à la solde de son pire ennemi. Cette course-poursuite va l’amener à rencontrer trois visions du passé, du présent et de l’avenir, et à s’interroger sur les tenants et aboutissants de sa croisade contre le crime.

Avis : ★★★★★

J’ai commencé à lire sans savoir qu’il s’agit d’une réécriture de L’étrange Noël de monsieur Scrouge de Charles Dickens. J’avais acheté Batman – Noël il y a plus d’un an et je ne sais pas si je l’ai su à ce moment là, mais du coup je l’ai oublié. Même sans le savoir, dès les premières planches, l’ambiance victorienne est si bien recréée que cela ne fait aucun doute. La narration aide bien sûr, puis c’est explicitement cité. J’ai beaucoup apprécié cette réécriture adaptée à Batman et son univers. Pourtant, les visions d’un Bruce Wayne sombre, solitaire et désagréable ne sont pas mes préférées. Pour être tout à fait honnête, je les trouve exagérées et les histoires du genre sont souvent des prétextes à montrer du manpain. Mais ! Batman – Noël est tellement bien amené, particulièrement dans les rapports avec l’œuvre de Dickens, que je n’ai eu aucun mal à passer outre.

Poursuivre la lecture de « Batman : Noël »

Batman : Cataclysme

Couverture Batman Cataclysme

Titre : Batman – Cataclysme
Auteur : Chuck Dixon, Doug Moench, Devin Grayson et Klaus Janson
Nombre de pages : 464
Date de publication : VO : 1998, VF : 2014
Édition : Urban Comics
Traduction : Jean-Marc Lainé
Synopsis : Un violent tremblement de terre vient de frapper de plein fouet la ville de Gotham City. Tous les habitants attendent de Batman et ses alliés des miracles, mais même le légendaire Chevalier Noir ne peut rien contre les forces incontrôlables de la Nature. Commence alors pour la ville une longue et douloureuse descente aux enfers, faisant d’elle une jungle sans foi ni loi, où le héros masqué est le dernier ambassadeur de la justice.

Avis : ★★★✩✩

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en commençant la lecture de Cataclysme, mais on m’en avait dit du bien, et c’était la première fois que je lisais un crossover. En version papier du moins et j’ai bien aimé. Même si on se rend compte de certaines incohérences quand on passe d’un point de vue à un autre. Si je me souviens bien, le niveau du tremblement de terre sur l’échelle de Richter n’est pas toujours le même. Mais bon, il ne s’agit que de broutilles.

Poursuivre la lecture de « Batman : Cataclysme »

Free Comic Book Day

FCBDPour la seconde année du Free Comic Book Day, de mon côté, tout s’est bien passé ! J’ai pu voir pas mal de témoignages où les fascicules étaient distribués seulement avec obligation d’achat et / ou la personne ne pouvait choisir qu’un seul titre. J’avoue être assez surprise puisque le principe du FCBD est, comme son nom l’indique (Free) de distribuer gratuitement des comics et de les faire découvrir à un plus grand nombre (et aux fans inconditionnels évidemment). Bien entendu, il est toujours préférable de soutenir nos libraires indépendants préférés, surtout si l’on considère qu’ils doivent payer pour recevoir les titres du FCBD. Mais, pas tout le monde a les moyens de s’offrir des comics n’importe quand ; si des prix autour de 15 € sont raisonnables pour l’objet, ils ne sont pas abordables pour tout le monde, loin de là. J’essaie tout de même d’acheter des comics quand je peux ce jour là, mais en l’occurrence ce n’était pas possible et je me sens moins coupable du fait d’avoir reçu mes titres du FCBD dans un Espace Culturel Leclerc – le vendeur était en revanche très sympathique et on a bien discuté ! J’ai pu donc avoir quatre titres, ceux que le magasin avait reçu et j’en suis très contente (même si j’ai pas eu Secret Wars, tant pis…).

Alors, allons-y pour mon ressenti !

Commençons par le pire, cette année encore la médaille de l’échec est décernée à Delcourt et leur fascicule Hellboy qui contient, littéralement, 4 pages dudit comics. Quand on fait le choix de montrer quatre comics en 23 pages, en interposant des pages de pub, c’est pas un FCBD, c’est de la publicité (que le libraire doit payer pour distribuer, en plus). En quatre planches, on peut pas rentrer dans l’histoire, ça ne donne même pas envie d’en savoir plus. Je n’ai rien compris aux Gardiens du Globe, que je ne connais pas du tout et qu’on nous balance comme ça à la figure, débrouille toi pour que tous ces personnages fassent sens en quatre pages. Sérieusement, sortir quatre planches de Star Wars avec le film qui arrive bientôt ? C’est même pas leur rendre service, si le fascicule entier avait été sur Star Wars, ça aurait eu du sens, et ça aurait été un carton. Enfin, au moins cette année ils ont évité les erreurs d’orthographe dans l’édito, il y a du progrès.

Le Marvel Numéro anniversaire a lui, tout compris. Enfin, c’est pas encore un comics gratuit à l’américaine mais au moins, les trois histoires publiées sont complètes, on comprend ce qui s’y passe même si on connaît pas les comics en question (c’est peut-être moins vrai pour la première histoire « Anniversaire » qui présente de nombreux personnages de l’univers Marvel – dont Kamala !! –, mais il me semble que la plupart sont reconnaissables grâce aux films…). Même si je suis guère sensible au genre et au dessin de la dernière histoire, « Parker, vie de héros ! », Panini Comics a joué le jeu, et ça fait plaisir.

Urban a pris le parti de publier des chapitres entiers, ou en l’occurrence des prologues ce qui fonctionne d’autant plus. On a ainsi le début de l’histoire et, pour ma part, envie de lire la suite. Futures End tombe à point je trouve avec la sortie de Avengers : l’ère d’Ultron puisqu’ils ont tous deux pour sujet une intelligence artificielle, créée par deux (super)héros, qui décide de tout détruire. Pour Futures End, il s’agit de « L’œil » qui transforme visiblement nos super-héros préférés en insectes-robots qui contaminent les autres héros encore non-affectés. Le dessin est un plaisir pour les yeux, et ça donne envie de connaître la suite.

Enfin, Wytches, publié également par Urban dans leur collection « Indies », offre de la même façon le début de l’histoire dans un genre tout à fait différent cette fois-ci puisqu’il s’agit d’horreur surnaturelle, un genre que je n’ai pas du tout l’habitude de lire et la preview m’a proprement terrifiée tout en me donnant envie de lire la suite, donc pari gagné pour Urban. C’est l’histoire d’une famille qui doit déménager parce que la fille est suspectée du meurtre mystérieux d’une de ses camarades d’école. J’aime beaucoup le style graphique et ça rend assez bien l’ambiance angoisse / horreur, c’est très réussi.

Lors du FCBD, Akileos a également participé en rendant la version numérique du tome 1 de Chaos Team disponible gratuitement sur les plateformes comme izneo. J’étais au départ peu enthousiaste en voyant l’annonce, surtout en considérant ma déception de la version numérique du 48H BD… Mais, je fus agréablement surprise de voir que cette fois-ci, ce n’était pas de la rigolade, le tome entier était disponible gratuitement, 154 pages de lecture ! Sauf que. Il manque le texte sur la moitié des planches. Je sais pas ce qui s’est passé, comment c’est possible mais c’est absolument illisible puisqu’on a pas le texte et qu’on sait pas ce qui se passe. Ça me semble absolument pas normal donc j’ai envoyé un mail à izneo pour en savoir plus, on verra bien si j’obtiens une réponse.

Mais du coup, globalement ce FCBD a été très plaisant et m’a fait découvrir quelques comics à rajouter à ma liste de lectures futures !

EDIT 25.05.15 : Izneo a réparé le bug sur Chaos Team que j’ai pu lire avec deux autres fascicules du Free Comic Book Day reçus par la suite : le Sketchbook de Comics Zone et The Infinite Loop de Pierrick Colinet et Elsa Charretier et en faire une review ensuite disponible ici.

Mes impressions sur… 48H BD

DSCN7178Il est intéressant de revenir sur l’événement 48H BD, qui semble avoir été un franc succès. En tous cas, de mon côté, quand je suis partie en quête du Batman dans les librairies de Marseille samedi après-midi… Je suis rentrée bredouille (et très déçue). Enfin, par « les librairies » j’entends une librairie spécialisée BD / Comics / Manga, une librairie indépendante et une Fnac. Il leur restait plus ou moins de stock mais plus du tout de Batman. Coïncidence heureuse, le dimanche je suis allée au musée du Mucem et en parcourant les rayons de leur librairie j’ai pu voir qu’ils faisaient des prolongations du 48H BD et que, miracle ! il leur restait un exemplaire de Batman. Morale du week-end : allez dans vos librairies le vendredi, et si vous travaillez, levez vous tôt le samedi.

Ceci dit, je suis assez contente que ça ait eu autant de succès puisque ça promeut la BD dans tous ses genres et participe aux dons de ces dernières dans les bibliothèques et écoles. J’ai appris qu’il s’agissait de la troisième édition de l’événement et je suis assez étonnée de ne pas en avoir entendu parlé avant… Même cette année, c’est grâce au site Actualitté que j’ai été mise au courant, mais personne autour de moi ne semblait connaître. Ce qui est bien dommage !

Je ne peux pas parler pour toutes les publications mais pour Batman, j’ai trouvé l’édition bien faite. Il est toujours difficile de rentrer dans un univers aussi vaste que celui du Dark Knight, mais ici, le contexte est présenté pour remettre les choses à leur place et offrir une seule histoire dans son entièreté. C’est du beau papier, Urban Comics fait toujours du super bon boulot donc rien à redire.

Saga chap 1
Couverture de Saga, chapitre 1

Pour l’événement côté numérique… J’avoue n’avoir pas compris. J’ai personnellement craqué pour Saga, comme je l’avais annoncé dans mon billet précédent et si l’histoire ne m’a pas déçue (mais plutôt mis l’eau à la bouche !), je reste perplexe quant à la procédure de l’opération. Les BDs numériques étaient à acheter sur Izneo. En fait, on va corriger ça tout de suite : pas acheter mais louer. Parce que oui, le fichier n’est pas sur votre ordinateur mais sur la plateforme d’Izneo (en jargon, avec des DRM). Donc oui, j’ai pu lire mon chapitre et je peux le relire aujourd’hui si je veux. En revanche, si Izneo ferme pour une quelconque raison, pfiout ! Plus de Saga et j’aurai payé 0,99 € pour rien (pas que la somme soit gargantuesque, mais dans le principe…). Impossible également de prêter mon superbe Saga si je veux le faire découvrir à quelqu’un. Pire encore : l’achat ne correspond qu’à un chapitre (un long, certes, 50 pages, mais qu’un chapitre).

Résumons. Mon Batman ? Pour 1 €, je peux le prêter, le lire quand je veux tant que je l’ai entre les mains et j’ai eu le droit à cinq chapitres (144 pages) de comics. Mon Saga ? Pour 0,99 €, je l’ai loué, je peux pas le prêter, si Izneo ferme je ne l’aurai plus et j’ai eu le droit à un chapitre (50 pages).

Loin de moi l’idée de clamer m’être faite arnaquer (quoi qu’il en soit, c’était pour une bouchée bonne baguette de pain, une bonne action et deux bonnes lectures !), simplement je ne comprends pas. Les deux offres ne sont absolument pas équivalentes. Je désapprouve des DRM au plus haut point, mais en plus, on n’a pas la même quantité de comics. Je ne sais pas ce qu’il en est des autres publications ou si c’est simplement Saga qui s’est vu raccourcir.

Pour résumer : fabuleuse opération, je vais en parler autour de moi et y participer à nouveau l’année prochaine mais pourquoi on fait n’importe quoi avec le numérique ?

PS : Puisqu’on parle comics, Urban Comics vient de sortir un « Guide Urban Indies » pour découvrir les comics indépendants, avec des previews et des extraits entre autres choses. Vous pouvez télécharger le PDF gratuitement ici.