SCUM Manifesto, de Valerie Solanas

SCUM Manifesto, de Valerie Solanas, traduit de l’anglais (États-Unis) par Emmanuèle de Lesseps, 1001 nuits, 2021 (VO : 1967), 116 pages.

L’histoire

En renversant l’image de la femme comme être inférieur par nature pour l’appliquer à l’homme, l’autrice démonte la mécanique de la domination masculine.
Un pamphlet littéraire et politique, où l’humour et la provocation révèlent les rapports de force entre les sexes. Depuis sa diffusion dans les rues de New York par Valerie Solanas en 1967, SCUM Manifesto est devenu un texte culte du féminisme.

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Lire la chronique de Scum Manifesto

Mooncakes, de Wendy Xu et Suzanne Walker

Mooncakes, de Wendy Xu et Suzanne Walker, lettrage de Joamette Gil, Oni Press, 2019, 256 pages.

L’histoire

Une histoire d’amour et de démons, de famille et de sorcellerie. Nova Huang en sait plus sur la magie que la moyenne. Elle travaille à la librairie de ses grands-mères, où elle les aide à prêter des livres de sorts et à enquêter sur tous les événements surnaturels de leur ville de Nouvelle-Angleterre.

Une nuit fatidique, elle suit les rapports d’un loup blanc dans les bois, et elle tombe sur l’inattendu : son amour d’enfance, Tam Lang, combattant un démon cheval dans les bois. En tant que loup-garou, Tam a erré d’un endroit à l’autre pendant des années, incapable de se sentir à l’aise dans une ville. Leurs sentiments latents sont ravivés sur fond de sorcellerie, de magie non testée, de rituels occultes et de liens familiaux anciens et nouveaux dans ce conte enchanteur de découverte de soi.

Note : 5 sur 5.

♥ Coup de cœur ♥

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Mooncakes, de Wendy Xu et Suzanne Walker »

Je sais pourquoi l’oiseau chante en cage, de Maya Angelou

I Know Why the Caged Bird Sings, de Maya Angelou, Ballantine Books, 2015 (publication originale : 1969), 289 pages.

L’histoire

Dans ce récit, considéré aujourd’hui comme un classique de la littérature américaine, Maya Angelou relate son parcours hors du commun, ses débuts d’écrivaine et de militante dans l’Amérique des années 1960 marquée par le racisme anti-Noir, ses combats, ses amours. Son témoignage, dénué de la moindre complaisance, révèle une personnalité exemplaire. À la lire, on mesure – mieux encore – le chemin parcouru par la société américaine en moins d’un demi-siècle…

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Je sais pourquoi l’oiseau chante en cage, de Maya Angelou »

A Darker Shade of Magic, de V.E. Schwab

A Darker Shade of Magic, « Shade of Magic #1 », de V.E. Schwab, traduit de l’anglais (États-Unis) par Sarah Daliou, Lumen, 2017 (VO : 2015), 504pages.
Version audio en anglais narrée par Steven Crossley, Tantor Audio, 2015.

L’histoire

Kell est le dernier des magiciens de sang, des sorciers capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l’âme. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge – on y respire le merveilleux à chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : là, les sortilèges se font si rares qu’on s’y tranche la gorge pour une simple incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui l’a envahie quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.
Depuis cette contagion, il est interdit de transporter le moindre objet entre les univers. C’est malgré tout ce que Kell va prendre le risque de faire, histoire de défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, à commencer par le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait par ailleurs sa vie sans hésiter. Mais, à force de jouer avec le feu, il finit par commettre l’irréparable : il emporte jusque dans le Londres gris une pierre noire comme la nuit, qu’une jeune fille du nom de Lila décide, sur un coup de tête, de lui subtiliser. Pour elle comme pour lui – pour leurs deux mondes, à vrai dire – le compte à rebours est lancé.

Note : 5/5

Poursuivre la lecture de « A Darker Shade of Magic, de V.E. Schwab »

Exo, de Fonda Lee

Exo, de Fonda Lee, traduit de l’anglais (États-Unis) par Éric Moreau, Bayard, 2018 (originale : 2017), 535 pages.

L’histoire

La terre ne nous appartient plus…
Il y a un siècle, après une guerre meurtrière, la Terre a été colonisée par une civilisation extraterrestre : les Zhrees. Même si la paix a finalement été instaurée entre les deux peuples, les Zhrees dominent à présent la planète.
Donovan, 17 ans, est chargé de faire régner l’ordre. À l’âge de 5 ans, il a été sélectionné pour être un Exo, un soldat d’élite des Zhrees. Il est aussi le fils du chef du gouvernement qui collabore avec les extraterrestres. Tout ceci destine le jeune homme à un brillant avenir. Jusqu’au jour où une intervention tourne mal et que Donovan est enlevé par Sapience, un groupe de résistants qui luttent pour l’indépendance de l’espèce humaine…

Note : 2/5

Poursuivre la lecture de « Exo, de Fonda Lee »