Les financements participatifs pour les livres & co

Un petit point sur la raison qui me pousse à participer à des financements participatifs que ce soit sur Ulule, Kickstarter, Sandawe, le Pot Commun, et j’en passe. Alors, loin de moi l’idée de faire un billet exhaustif, il s’agit des raisons qui me poussent à participer à ce genre de financements, mais je serai ravie d’en discuter plus en avant dans les commentaires, pour savoir ce que vous en pensez 🙂 Autre chose avant de commencer : mon but n’est pas de vous inciter à tout prix à participer à ce genre de choses et je me rends bien compte que tout le monde n’en a pas la possibilité ni l’envie, et c’est tout à fait respectable !

Sans surprise, la grande majorité des projets auxquels je participe… sont des livres. J’ai l’impression que c’est l’opportunité parfaite de soutenir les artistes qui nous plaisent et dont on consomme régulièrement le travail. Par exemple, je me rends compte que j’ai beaucoup participé à des financements pour l’édition et l’impression de webcomics que je lisais déjà gratuitement en ligne. Si la plupart des artistes ont à présent des comptes Tipeee ou Patreon, participer à leurs projets permet de les rémunérer et en plus d’avoir leur œuvre entre nos mains. Ça a été le cas pour moi avec Shades of A (dont je vous ai parlé ici), Blindsprings (que je viens de recevoir, j’en parle bientôt), Check, Please! et Go Get a Roomie!. Bon, comme je gagne pas des milliers d’euros non plus, je me contente assez souvent des contributions électroniques : pas que le livre imprimé soit cher, mais quand les créateurs sont aux États-Unis ou au Canada, les frais de port peuvent devenir exorbitants…

Les plateformes comme Ulule ou Kickstarter permettent aussi de soutenir des projets qu’on a pu découvrir lors de salons : l’aperçu qu’on a eu du travail de l’artiste nous a séduit, il ou elle parle de son projet et on a le choix par la suite d’aller voir de quoi il en retourne. J’ai découvert lors de la Paris Comics Expo Graffcomics (qu’on attend toujours, mais ça a l’air de sentir un peu meilleur qu’avant…), et lors du HeroFestival je suis tombée sur les créateurs de AmuseZ et Dragon (j’ai chroniqué ces deux derniers ici et ).

Ces plateformes permettent aussi de remettre au goût du jour le principe de la souscription ! Pour certains éditeurs, il est plus sécurisant de pré-vendre leurs livres – bien à l’avance – de sorte qu’ils sachent combien de lecteurs pourraient être intéressés, afin de faire un tirage au plus proche de la réalité. C’est pourquoi on retrouve des projets d’éditeurs sur ces plateformes, comme ceux des Moutons électriques ou Alternative History Comics Inc. par exemple.

Quand je regarde la totalité des projets livres auxquels j’ai participé, j’ai connu la grande majorité grâce aux réseaux sociaux qui relaient les productions issues de la diversité et de voix authentiques (comme par exemple Moonshot et Dates!). Je ne dis pas que l’édition traditionnelle ne produit pas de tels contenus, d’ailleurs, ces mêmes communautés et réseaux rajoutent beaucoup beaucoup de livres à ma liste de souhaits. Mais comme les financements participatifs sont limités dans le temps… il vaut mieux participer plutôt que mettre la référence de côté et que ce soit trop tard ou trop compliqué par la suite.

Bien sûr, la lecture et les livres sont l’une de mes plus grandes passions, mais les plateformes de financement participatifs offrent bien plus d’opportunités que cela ! J’ai même participé à deux jeux vidéos, un documentaire des plus importants (Bubble, dont le Pot commun est toujours en cours, je vous invite à aller voir !), un projet de séminaire de recherche sur les genres, sexualités et identités queer dans les productions jeunesse (Le Placard Project) et un bar à chat solidaire et végétalien à Lyon (Au Bonheur des Chats, qui va ouvrir bientôt !). Bref, cela permet de donner un peu d’argent à des projets en lesquels on croit et qui correspondent à nos valeurs.

On me demande parfois si je n’ai pas peur des risques, de ne pas recevoir les « récompenses » ; mais comme j’ai commencé avec des projets que je connaissais déjà, je faisais finalement confiance aux créateurs. Sur un bon nombre de projets auxquels j’ai pu participer, finalement un seul a posé un peu problème… mais semble se débloquer donc je compte ça comme une victoire 🙂

Et vous ? Que pensez-vous des financements participatifs ?

Moonshot: The Indigenous Comics Collection T2

Moonshot: The Indigenous Comics Collection T2, dirigé par Hope Nicholson, AH Comics Inc., 2017, 168 pages.

L’histoire

Cette anthologie rassemble des dizaines de créateurs venant d’Amérique du Nord pour conter des histoires, sous forme de comics, démontrant la richesse du patrimoine et des identités de la narration native américaine.
Les œuvres de ce deuxième volume se concentrent plus sur les problématiques actuelles que peuvent vivre les Natifs Américains, par rapport à l’environnement et leur oppression notamment.

Note : 5/5 ♥ Coup de cœur

Poursuivre la lecture de « Moonshot: The Indigenous Comics Collection T2 »

Moonshot: The Indigenous Comics Collection T1

Moonshot: The Indigenous Comics Collection T1, dirigé par Hope Nicholson, AH Comics Inc., 2016, 176 pages.

L’histoire

Cette anthologie rassemble des dizaines de créateurs venant d’Amérique du Nord pour conter des histoires, sous forme de comics ou nouvelle illustrée, démontrant la richesse du patrimoine et des identités natives américaines à travers des histoires traditionnelles ou de nouvelles visions du futur.

Note : 5/5 ♥ Coup de cœur

Poursuivre la lecture de « Moonshot: The Indigenous Comics Collection T1 »

Dates! An Anthology of Queer Historical Fiction T1

Pages de Dates1_PDF

Dates! An Anthology of Queer Historical Fiction, dirigé par Zora Gilbert et Cat Parra, Margins Publishing, 2015, 178 pages.

L’histoire

Extrait de la préface : « L’idée de cette anthologie de fiction historique est de regrouper des récits et comics qui remplissent trois critères : 1) les histoires se déroulent avant 1965 ; 2) les personnages principaux sont queers ; et 3) personne ne meurt. De toutes nos règles, cette dernière était la plus importante pour nous. Les personnages queer dans les médias rencontrent souvent des fins malheureuses ou à la morale douteuse, au point où voir de la représentation queer (affreusement rare) était devenu une source d’angoisse plus que de soulagement. Dates! n’entend pas seulement subvertir le lieu commun du Queer Tragique, mais bel et bien le rejeter complètement : nous voulions un livre avec des histoires où les personnages queer vivent simplement leurs vies et trouvent le bonheur. »

Note : 4/5

Poursuivre la lecture de « Dates! An Anthology of Queer Historical Fiction T1 »

The Pride

The Pride, de Joe Glass (scénario), Gavin Mitchell, JD Faith, Marc Ellerby, Cory Smith, Dan Harris, Jacopo Camagni, Hector Barros, Jack Lawrence, Samir Barrett, Ryan Cody, Dani Abrams, Denis Medri, Christian Wildgoose, Kendall Goode, Jack Davies, Maxime Garbarini, Martin Kirby et Adam Graphite (dessin), auto-édité, 2016, 279 pages.

L’histoire

The Pride présente le super-héro FabMan tandis qu’il décide de former une équipe LGBTQ de supers-héros afin de faire face aux agressions quotidiennes et à l’ignorance du monde.
FabMan réuni Bear, Twink, Wolf, Muscle Mary, Frost, Angel and White Trash. L’équipe fait face à bons nombres de problèmes que la communauté LGBTQ vit tous les jours, en plus d’être la seule équipe de supers-héros au monde à pouvoir combattre le Révérend et son plan diabolique.

Note : 4/5

Poursuivre la lecture de « The Pride »

No Holds Bard, quand Shakespeare devient Batman

No Holds Bard : première de couverture

No Holds Bard de Eric Gladstone (scénario), Erica Henderson, Logan Faerber, Cara McGee, James Callahan et Aaron Conley (dessin), 2016, 28 pages.

No Holds Bard est un comics issu de financement participatif sur Kickstarter. Le principe est simple : et si Shakespeare était également un héros masqué, prêt à sauver la veuve et l’orphelin (mais surtout la Reine), accompagné de son fidèle Page ?

L’histoire

Alors qu’il écrit un autre de ses chef d’œuvres, Shakespeare reçoit la visite de son fidèle page, Page, qui lui apporte des nouvelles inquiétantes : la Reine a été enlevée ! Le Duo Dramatique du Barde et de Page s’engage alors dans une série de mésaventures joyeuses à la rencontre de personnes étranges. Vous pourriez même en reconnaître quelques unes issues des pièces les plus connues.
Qui est la silhouette mystérieuse responsable de la disparition de la Reine ? Est-ce que William se débarrassera de son syndrome de la page blanche ? Pourquoi est-ce que personne ne reconnaît William Shakespeare derrière le Bard ? Non mais sérieusement…

Note : 5/5

Poursuivre la lecture de « No Holds Bard, quand Shakespeare devient Batman »

L’omnibus Shades of A, de Tab Kimpton

Shades of A - Tab KomptonTitre : Shades of A
Auteur : Tab Kimpton
Date de publication : 2016
Édition : Auto-édité
Pages : 125

Avis : ★★★★★

Je vais donner un peu de contexte avant de parler de ce fabuleux livre. J’ai connu les œuvres de Tab Kimpton il y a environ huit ans, quand il travaillait sur ses webcomics « Khaos Komix » qui sont toujours en ligne et que je vous invite à lire (tout est en anglais par contre) ! Avec le recul, il me semble bien que c’est grâce à ses histoires que je me suis rendu compte qu’il y avait d’autres sexualités qu’homo et hétéro, et que le genre ne se limitait pas à des personnes « hommes » et « femmes » ou même cisgenres. Je suis donc très, très reconnaissante à cet auteur pour m’avoir ouvert l’esprit sur ces sujets importants. Qu’on vienne me dire ensuite que la représentation dans la fiction n’importe pas. Bref, Khaos Komix suit l’histoire de quatre couples qui sont dans la même bande d’amis et explorent leurs genres et sexualités et c’est très bien fait.

Poursuivre la lecture de « L’omnibus Shades of A, de Tab Kimpton »