The Promised Neverland T13, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland T13 : Le roi du Paradis, de Kaiu Shirai (scénario) et Posuka Demizu (dessin), traduit du japonais par Sylvain Chollet, Kazé, « Shonen », 2020 (VO : 2019), 192 pages.

L’histoire

La relative tranquillité d’Emma et des siens vole brusquement en éclats quand un commando de soldats humains les attaque ! Sur ordre de James Ratri, la troupe d’élite menée par l’impitoyable Andrew a pris d’assaut le refuge. Alors qu’Emma et les enfants s’enfuient, Yugo et Lucas décident de faire front armes au poing, à deux contre six…

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « The Promised Neverland T13, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu »

Chers confrères : Dessins satiriques sur le monde de la justice, de Léna Bojko

Chers confrères : Dessins satiriques sur le monde de la justice, de Léna Bojko, Éditions Kiwi, 2020, 150 pages.

L’histoire

Une jeune avocate salue un confrère plus âgé dans les couloirs du Palais de justice : « Bonjour, Confrère » « Bonjour, Mademoiselle ! », lui répond l’intéressé, en toute spontanéité. Du bout de sa mine de crayon affutée, Léna Bojko, avocate au Barreau de Paris, et autrice du site Le Dîner de la Cigogne, nous ouvre les coulisses d’une profession encore souvent idéalisée : le métier d’avocat. Elle nous livre à travers ses dessins une série d’anecdotes authentiques qui démystifient le quotidien d’une profession qui se révèle parfois éprouvante. Jeunes avocats collaborateurs malmenés, propos et comportements sexistes, clients ingrats, confrères condescendants, tribunaux surchargés, justice expéditive… Un recueil de dessins et de textes satiriques rafraîchissant qui dépeint les absurdités et les travers de la profession d’avocat, avec humour et malice.

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Chers confrères : Dessins satiriques sur le monde de la justice, de Léna Bojko »

Une fille de la faim, de Hong Ying

Daughter of the River, de Hong Ying, traduit du mandarin (Chine) par Howard Goldblatt, Bloomsbury, 1999 (VO : 1997), 279 pages.

L’histoire

Lorsqu’elle est née, à Chongqing, l’année de la grande famine, le tigre du zoo a mangé son gardien. Hong Ying est originaire du quartier des ouvriers du fleuve Yangzi, bateliers comme son père ou coolies comme sa mère. Dans ces cahiers de départ d’un pays natal, elle dresse le tableau poignant et terrifiant d’un monde misérable et sans amour, une fois dissipée l’hypnose maoïste. En 1980, à l’âge de dix-huit ans, Hong Ying cherche à comprendre pourquoi elle s’est sentie étrangère dans sa propre famille.

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Une fille de la faim, de Hong Ying »

Anatomie : Des poèmes qui vous font de l’œil (ou du pied)

Anatomie : Des poèmes qui vous font de l’œil (ou du pied), Short Édition, « Nitro-Collection », 2020, 97 pages.

L’histoire

Aguicheur ? Un peu, on va pas se mentir ! Le pouvoir sensuel de la poésie est bien connu… Mais attention, du sensuel, oui, mais pas que ! 

En fait, ce petit recueil de poèmes est comme une planche d’anatomie, mais en mieux. Car plus que de montrer le corps humain à nu, la poésie parle des corps : ceux qu’on aime, qui meurent, qu’on touche ou qui nous portent…

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Anatomie : Des poèmes qui vous font de l’œil (ou du pied) »

The Expanse T6 : Les Cendres de Babylone, de James S.A. Corey

The Expanse T6 : Les Cendres de Babylone, de James S.A. Corey, traduit de l’anglais (États-Unis) par Yannis Urano, Actes Sud, « Exofictions », 2019 (VO : 2016), 608 pages.

L’histoire

La révolution qui sévit depuis des générations a commencé dans le feu. Elle finira dans le sang. La Flotte libre – un groupe de Ceinturiens versé dans le trafic de vaisseaux militaires – a fait subir des revers à la Terre et mène une violente campagne de piraterie au sein des planètes extérieures contre les vaisseaux colons. James Holden et son équipage connaissent mieux que personne les forces et les faiblesses de cette armée. Dépassés en nombre et sous-armés, les restes des anciennes forces politiques font appel au Rossinante pour mener la mission de la dernière chance.

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « The Expanse T6 : Les Cendres de Babylone, de James S.A. Corey »

Du mensonge, de Tommi Parrish

Du mensonge, de Tommi Parrish, traduit de l’anglais (États-Unis) par Adel Tincelin, Cambourakis, 2018 (VO : 2018), 130 pages.

L’histoire

Du mensonge met en scène les retrouvailles de deux vieux amis de lycée, autrefois très proches, mais que la vie a séparés.
Le temps d’une nuit, Tim et Cleary vont évoquer leurs vies actuelles mais aussi le passé, leurs échecs sentimentaux, les questionnements sur leur sexualité.

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Du mensonge, de Tommi Parrish »

L’enfant et le maudit T3, de nagabe

L’enfant et le maudit T3, de nagabe, traduit du japonais par Fédoua Lamodière, Komikku éditions, 2017 (VO : 2017), 174 pages.

L’histoire

Il était une fois une enfant et un non-humain maudit, venus de deux mondes différents. Alors que l’étrange être veille sur la petite fille, celle-ci vit à ses côtés sans se rendre compte de la dangerosité du monde qui l’entoure. Candide, la jeune humaine attend qu’on vienne la chercher, tandis que la créature n’ose pas lui révéler la triste vérité et briser toutes ses espérances… Traversée par une douceur empreinte de tristesse, cette relation calme et sensible se construit par petites touches et soulève nombre de questions : que font-ils ensemble ? Pourquoi la protège-t-il ? Qu’adviendra-t-il d’eux ? Pourquoi les hommes s’en prennent-ils au “Maudit” ?… et bien plus encore !

Note : 4 sur 5.

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « L’enfant et le maudit T3, de nagabe »

Transmédialité, Bande dessinée & Adaptation, dirigé par Évelyne Deprêtre et German A. Duarte

Transmédialité, Bande dessinée & Adaptation, dirigé par Évelyne Deprêtre et German A. Duarte, Presses universitaires Blaise Pascal, « Graphèmes », 2019, 305 pages.

Le résumé

Les processus transmédiaux et adaptatifs dans la condition médiatique actuelle constituent le noyau de cet ouvrage. D’un côté, il s’agit de situer les processus adaptatifs dans un contexte technologique, qui, par sa nature, opère quotidiennement des formes d’adaptation, et cela même de façon involontaire. D’un autre côté, il s’agit de mettre en lumière non seulement le phénomène de la transmédialité mais également la collectivisation de l’acte narratif qu’il induit de plus en plus souvent. Or, il semble que ce phénomène soit demeuré en arrière-plan dans le contexte médiatique de cette dernière décennie. Entre ces deux intérêts, comme pivot de cette collaboration, se trouve l’analyse des relations entre le médium bédéique et le vaste univers médiatique. En effet, la bande dessinée représente, de l’avis de l’équipe directrice, un moyen de construire des espaces narratifs très particuliers, et son étude, contextualisée dans l’ère numérique, ouvre des voies indispensables pour mieux comprendre et cerner la manière dont les espaces narratifs numériques seront construits dans un futur proche.

Note : 4/5

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Transmédialité, Bande dessinée & Adaptation, dirigé par Évelyne Deprêtre et German A. Duarte »

Artemisia, de Nathalie Ferlut et Tamia Baudouin

Artemisia, de Nathalie Ferlut (scénario) et Tamia Baudouin (dessin et couleurs), Delcourt, « Mirages », 2017, 96 pages.

L’histoire

Lorsque Artemisia Gentileschi pousse son premier cri, le Caravage commence à développer son art magnifiquement ténébreux. La peinture est alors un art réservé aux hommes : une femme ne peut ni entrer à l’Académie, ni signer ses toiles, ni être payée pour elles. C’est pourtant ce que l’une d’entre elles va faire… Sa force lui permettra de triompher de tout et de tous, et de révéler au monde une peinture dont la puissance n’a rien à envier à celle des hommes.

Note : 4/5

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Artemisia, de Nathalie Ferlut et Tamia Baudouin »

Un été d’enfer, de Vera Brosgol

Un été d’enfer, de Vera Brosgol (scénario et dessin), traduit de l’anglais (États-Unis) par Alice Delarbre, Rue de Sèvres, 2019 (VO : 2018), 256 pages.

L’histoire

Arrivée de Russie, Vera veut à tout prix s’intégrer dans sa nouvelle vie à New York mais elle se rend compte très vite que ce n’est pas facile. Ses amies vivent dans des maisons luxueuses et leurs parents peuvent se permettre beaucoup de choses comme de les envoyer dans les meilleures colonies de vacances du pays. Vera et sa mère n’ont pas les mêmes moyens et ne peuvent pas se permettre ces privilèges. Mais cette année, elle part dans une colonie de vacances russe où elle compte bien en profiter. Cependant, rien ne se passera comme Vera l’avait prévu.

Note : 4/5

Mon humble avis

Poursuivre la lecture de « Un été d’enfer, de Vera Brosgol »