L’Histoire de France pour les Nuls en BD

IMG_1409

Titre : L’Histoire de France pour les Nuls en BD Tome 1 à 3
Nombre de pages : 56 + 64 + 64
Date de publication : 2011 – 2012
Édition : First
Synopsis : Retrouvez les trois premiers tomes de L’Histoire de France en BD pour les Nuls avec, en cadeau, un livre supplémentaire signé par Jean-Joseph Julaud : Les grandes dates de l’Histoire de France.
Dans ce magnifique coffret retrouvez tous les grands personnages et tous les grands faits historiques de notre histoire… Vercingétorix, les Gaulois, César, Clovis, Dagobert, Frédegonde, Brunehaut, Charlemagne, Charles Martel, Hugues Capet, les croisades, Philippe Auguste, bataille de Bouvines, Montségur, Louis IX, Philippe le Bel et les Templiers.
Ce coffret est le cadeau idéal pour améliorer ses connaissances en histoire, pour découvrir les moments forts de notre passé, pour comprendre les grands événements et se repérer dans notre histoire de façon claire et ludique.

Avis : ★★★✩✩

Poursuivre la lecture de « L’Histoire de France pour les Nuls en BD »

Free Comic Book Day, suite

15.05.23 FCBD2La librairie L’antre du Snorgleux de Marseille a organisé samedi dernier une journée Comics avec des dessinateurs, une tombola et la distribution des fascicules du Free Comic Book Day, entre autres choses ! Merci encore aux libraires d’organiser des événements comme ceux-ci qui font vivre la communauté comics. Malgré les cris plaintifs de mon porte-feuille, j’ai cédé et acheté Batman – Noël de Lee Bermejo, dont j’entends du bien depuis longtemps et avec, j’ai pu avoir deux exemplaires du FCBD que je n’avais pas eu le 2 mai : The Infinite Loop et le Sketchbook de Comics Zone.

Ce dernier est vraiment un bel exemplaire de différents styles de dessins, professionnels ou amateurs c’est un plaisir pour les yeux. En revanche, à ne pas mettre entre toutes les mains, pour cause d’images un peu gore et certaines juste offensantes. Sérieusement ? April des Tortues Ninja attachée et avec les vêtements déchirés pendant que les tortues mangent de la pizza ? C’est un bon moyen de pervertir notre enfance, well done. Ce genre d’image n’a rien à faire dans un sketchbook comme celui-ci.

The Infinite Loop de Pierrick Colinet et Elsa Charretier, édité par Glénat Comics, était infiniment (haha) plus plaisant. Ce comics de science-fiction présente un monde où le voyage dans le temps est possible (voire commun) et où des brèches temporelles provoquent des anomalies à certaines périodes et un agent doit alors supprimer les étrangetés. L’agent en question est le personnage principal, Teddy, une jolie rousse. J’adore les dessins, le jeu sur les couleurs et le noir et blanc et les schémas insérés dans les planches. Pour citer les auteurs : « Cette histoire est née de notre besoin de nous exprimer sur les inégalités que subissent les couples du même sexe ». Selon la fin (cliffhanger !!) il est fort possible qu’un tel couple soit présent dans la suite. En bref, je suis conquise, encore un comics ajouté à ma liste d’achats futurs (vous entendez les cris de mon compte bancaire ?). C’était également un plaisir de découvrir ce comics puisque j’en avais entendu parler à la Paris Comics Expo de l’année dernière pendant la conférence sur le numérique, dont je m’étais servie entres autres choses pour écrire un billet, « Quel avenir pour les comics sur Internet ? ».

J’avais mentionné, dans mon précédent billet sur le FCBD, que la maison d’édition Akileos avait proposé gratuitement le tome 1.1 de Chaos Team de Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat sur les plateformes comme Izneo pour l’occasion. Je m’étais alors rendu compte lors de ma lecture, que la plupart des planches étaient vides de texte, alors que les bulles étaient belles et bien présentes, un bug donc. Je l’avais signalé à Izneo, qui m’a par la suite confirmé par Twitter que le problème était résolu, je les remercie donc encore de leur réactivité !

Chaos TeamLe comics raconte l’histoire d’un monde post-apocalyptique après une invasion extra-terrestre, du point de vue d’un groupe de mercenaire. L’histoire est intéressante puisqu’elle montre des personnages assez différents réunis par les événements et beaucoup beaucoup d’action, de bagarres, d’armes et d’explosions. Bon, je suis personnellement moins fan de cet aspect mais c’est seulement une question de goût. Chaos Team n’est définitivement pas pour les enfants, il y a du sang et du langage très vulgaire (et homophobe, merci pour le « tarlouze » absolument inutile…). Le scénario est essentiellement centré sur les mercenaires, au point où finalement, à la fin du premier tome, on ne sait toujours rien de ces extra-terrestres, si ce n’est qu’ils ont envoyé un vaisseau de reconnaissance et… que les terriens l’ont pulvérisé sans sommation (ce qui est absolument crédible malheureusement), déclenchant la guerre. J’aime bien le fait que le comics aille plus loin que la séparation simpliste du bien et du mal, même si ça reste un peu cliché.

Le coup de crayon est tout à fait différent selon qu’il s’agisse des personnages et de l’action ou des paysages – ces derniers sont très fins, avec un aspect pastel et doux qui contraste tout à fait avec l’action mais qui est vraiment magnifique. Il y a beaucoup de flash-backs et flash-forwards en prenant comme point de départ l’invasion, par exemple « 44 mois après l’invasion », etc. Mais il y en a vraiment beaucoup et je sais pas si c’est le fait de compter en mois mais ça m’a complètement perdu. En bref, un comics d’action et de guerre qui satisfera probablement les amateurs du genre !

J’étais déjà ravie du Free Comic Book Day mais me voilà d’autant plus reconnaissante aux libraires et éditeurs d’avoir joué le jeu, pour ceux qui l’ont fait correctement (looking at you Delcourt…).

Free Comic Book Day

FCBDPour la seconde année du Free Comic Book Day, de mon côté, tout s’est bien passé ! J’ai pu voir pas mal de témoignages où les fascicules étaient distribués seulement avec obligation d’achat et / ou la personne ne pouvait choisir qu’un seul titre. J’avoue être assez surprise puisque le principe du FCBD est, comme son nom l’indique (Free) de distribuer gratuitement des comics et de les faire découvrir à un plus grand nombre (et aux fans inconditionnels évidemment). Bien entendu, il est toujours préférable de soutenir nos libraires indépendants préférés, surtout si l’on considère qu’ils doivent payer pour recevoir les titres du FCBD. Mais, pas tout le monde a les moyens de s’offrir des comics n’importe quand ; si des prix autour de 15 € sont raisonnables pour l’objet, ils ne sont pas abordables pour tout le monde, loin de là. J’essaie tout de même d’acheter des comics quand je peux ce jour là, mais en l’occurrence ce n’était pas possible et je me sens moins coupable du fait d’avoir reçu mes titres du FCBD dans un Espace Culturel Leclerc – le vendeur était en revanche très sympathique et on a bien discuté ! J’ai pu donc avoir quatre titres, ceux que le magasin avait reçu et j’en suis très contente (même si j’ai pas eu Secret Wars, tant pis…).

Alors, allons-y pour mon ressenti !

Commençons par le pire, cette année encore la médaille de l’échec est décernée à Delcourt et leur fascicule Hellboy qui contient, littéralement, 4 pages dudit comics. Quand on fait le choix de montrer quatre comics en 23 pages, en interposant des pages de pub, c’est pas un FCBD, c’est de la publicité (que le libraire doit payer pour distribuer, en plus). En quatre planches, on peut pas rentrer dans l’histoire, ça ne donne même pas envie d’en savoir plus. Je n’ai rien compris aux Gardiens du Globe, que je ne connais pas du tout et qu’on nous balance comme ça à la figure, débrouille toi pour que tous ces personnages fassent sens en quatre pages. Sérieusement, sortir quatre planches de Star Wars avec le film qui arrive bientôt ? C’est même pas leur rendre service, si le fascicule entier avait été sur Star Wars, ça aurait eu du sens, et ça aurait été un carton. Enfin, au moins cette année ils ont évité les erreurs d’orthographe dans l’édito, il y a du progrès.

Le Marvel Numéro anniversaire a lui, tout compris. Enfin, c’est pas encore un comics gratuit à l’américaine mais au moins, les trois histoires publiées sont complètes, on comprend ce qui s’y passe même si on connaît pas les comics en question (c’est peut-être moins vrai pour la première histoire « Anniversaire » qui présente de nombreux personnages de l’univers Marvel – dont Kamala !! –, mais il me semble que la plupart sont reconnaissables grâce aux films…). Même si je suis guère sensible au genre et au dessin de la dernière histoire, « Parker, vie de héros ! », Panini Comics a joué le jeu, et ça fait plaisir.

Urban a pris le parti de publier des chapitres entiers, ou en l’occurrence des prologues ce qui fonctionne d’autant plus. On a ainsi le début de l’histoire et, pour ma part, envie de lire la suite. Futures End tombe à point je trouve avec la sortie de Avengers : l’ère d’Ultron puisqu’ils ont tous deux pour sujet une intelligence artificielle, créée par deux (super)héros, qui décide de tout détruire. Pour Futures End, il s’agit de « L’œil » qui transforme visiblement nos super-héros préférés en insectes-robots qui contaminent les autres héros encore non-affectés. Le dessin est un plaisir pour les yeux, et ça donne envie de connaître la suite.

Enfin, Wytches, publié également par Urban dans leur collection « Indies », offre de la même façon le début de l’histoire dans un genre tout à fait différent cette fois-ci puisqu’il s’agit d’horreur surnaturelle, un genre que je n’ai pas du tout l’habitude de lire et la preview m’a proprement terrifiée tout en me donnant envie de lire la suite, donc pari gagné pour Urban. C’est l’histoire d’une famille qui doit déménager parce que la fille est suspectée du meurtre mystérieux d’une de ses camarades d’école. J’aime beaucoup le style graphique et ça rend assez bien l’ambiance angoisse / horreur, c’est très réussi.

Lors du FCBD, Akileos a également participé en rendant la version numérique du tome 1 de Chaos Team disponible gratuitement sur les plateformes comme izneo. J’étais au départ peu enthousiaste en voyant l’annonce, surtout en considérant ma déception de la version numérique du 48H BD… Mais, je fus agréablement surprise de voir que cette fois-ci, ce n’était pas de la rigolade, le tome entier était disponible gratuitement, 154 pages de lecture ! Sauf que. Il manque le texte sur la moitié des planches. Je sais pas ce qui s’est passé, comment c’est possible mais c’est absolument illisible puisqu’on a pas le texte et qu’on sait pas ce qui se passe. Ça me semble absolument pas normal donc j’ai envoyé un mail à izneo pour en savoir plus, on verra bien si j’obtiens une réponse.

Mais du coup, globalement ce FCBD a été très plaisant et m’a fait découvrir quelques comics à rajouter à ma liste de lectures futures !

EDIT 25.05.15 : Izneo a réparé le bug sur Chaos Team que j’ai pu lire avec deux autres fascicules du Free Comic Book Day reçus par la suite : le Sketchbook de Comics Zone et The Infinite Loop de Pierrick Colinet et Elsa Charretier et en faire une review ensuite disponible ici.

Mes impressions sur… 48H BD

DSCN7178Il est intéressant de revenir sur l’événement 48H BD, qui semble avoir été un franc succès. En tous cas, de mon côté, quand je suis partie en quête du Batman dans les librairies de Marseille samedi après-midi… Je suis rentrée bredouille (et très déçue). Enfin, par « les librairies » j’entends une librairie spécialisée BD / Comics / Manga, une librairie indépendante et une Fnac. Il leur restait plus ou moins de stock mais plus du tout de Batman. Coïncidence heureuse, le dimanche je suis allée au musée du Mucem et en parcourant les rayons de leur librairie j’ai pu voir qu’ils faisaient des prolongations du 48H BD et que, miracle ! il leur restait un exemplaire de Batman. Morale du week-end : allez dans vos librairies le vendredi, et si vous travaillez, levez vous tôt le samedi.

Ceci dit, je suis assez contente que ça ait eu autant de succès puisque ça promeut la BD dans tous ses genres et participe aux dons de ces dernières dans les bibliothèques et écoles. J’ai appris qu’il s’agissait de la troisième édition de l’événement et je suis assez étonnée de ne pas en avoir entendu parlé avant… Même cette année, c’est grâce au site Actualitté que j’ai été mise au courant, mais personne autour de moi ne semblait connaître. Ce qui est bien dommage !

Je ne peux pas parler pour toutes les publications mais pour Batman, j’ai trouvé l’édition bien faite. Il est toujours difficile de rentrer dans un univers aussi vaste que celui du Dark Knight, mais ici, le contexte est présenté pour remettre les choses à leur place et offrir une seule histoire dans son entièreté. C’est du beau papier, Urban Comics fait toujours du super bon boulot donc rien à redire.

Saga chap 1
Couverture de Saga, chapitre 1

Pour l’événement côté numérique… J’avoue n’avoir pas compris. J’ai personnellement craqué pour Saga, comme je l’avais annoncé dans mon billet précédent et si l’histoire ne m’a pas déçue (mais plutôt mis l’eau à la bouche !), je reste perplexe quant à la procédure de l’opération. Les BDs numériques étaient à acheter sur Izneo. En fait, on va corriger ça tout de suite : pas acheter mais louer. Parce que oui, le fichier n’est pas sur votre ordinateur mais sur la plateforme d’Izneo (en jargon, avec des DRM). Donc oui, j’ai pu lire mon chapitre et je peux le relire aujourd’hui si je veux. En revanche, si Izneo ferme pour une quelconque raison, pfiout ! Plus de Saga et j’aurai payé 0,99 € pour rien (pas que la somme soit gargantuesque, mais dans le principe…). Impossible également de prêter mon superbe Saga si je veux le faire découvrir à quelqu’un. Pire encore : l’achat ne correspond qu’à un chapitre (un long, certes, 50 pages, mais qu’un chapitre).

Résumons. Mon Batman ? Pour 1 €, je peux le prêter, le lire quand je veux tant que je l’ai entre les mains et j’ai eu le droit à cinq chapitres (144 pages) de comics. Mon Saga ? Pour 0,99 €, je l’ai loué, je peux pas le prêter, si Izneo ferme je ne l’aurai plus et j’ai eu le droit à un chapitre (50 pages).

Loin de moi l’idée de clamer m’être faite arnaquer (quoi qu’il en soit, c’était pour une bouchée bonne baguette de pain, une bonne action et deux bonnes lectures !), simplement je ne comprends pas. Les deux offres ne sont absolument pas équivalentes. Je désapprouve des DRM au plus haut point, mais en plus, on n’a pas la même quantité de comics. Je ne sais pas ce qu’il en est des autres publications ou si c’est simplement Saga qui s’est vu raccourcir.

Pour résumer : fabuleuse opération, je vais en parler autour de moi et y participer à nouveau l’année prochaine mais pourquoi on fait n’importe quoi avec le numérique ?

PS : Puisqu’on parle comics, Urban Comics vient de sortir un « Guide Urban Indies » pour découvrir les comics indépendants, avec des previews et des extraits entre autres choses. Vous pouvez télécharger le PDF gratuitement ici.

48H BD

logo_48hbdPour les amateurs de bandes dessinées et comics, aujourd’hui et demain (les 3 et 4 avril) ont lieu les 48h BD ! Le principe est simple : dans les librairies participantes, vous pourrez acheter des BDs au prix presque symbolique de 1 €. Les revenues permettront en plus d’offrir des bandes dessinées aux écoles et bibliothèques. Donc vous vous faites plaisir pour une somme modique et vous faites un bonne action. 12 bandes dessinées sont disponibles, dont des classiques comme Le Chat et Spirou et Fantasio mais j’avoue m’y connaître très peu en BD franco-belge. En revanche, côté comics, nous avons un Batman et plus particulièrement l’arc « Vendetta ». Il y a également une offre numérique, 12 autres volumes pour 0,99 € chacun et cette fois-ci on y trouve le premier volume de Saga pour les comics. Je vais pour ma part, me précipiter dessus puisque j’en entends du bien depuis longtemps et que je suis impatiente de découvrir cet univers.

Si vous voulez découvrir ça, rendez vous sur le site 48h BD et/ou sur leur Facebook pour avoir plus d’informations et vérifier si votre librairie indépendante préférée (de préférence) participe à l’événement. Bonne lecture à tous !