Animosity T1 : Le réveil

 

Animosity T1 : Le réveil, de Marguerite Bennett (scénario) et Rafael De Latorre (dessin), Snorgleux Comics, 2017, 130 pages.

L’histoire

Un jour, les animaux se sont éveillés. Ils ont commencé à penser. Ils ont commencé à parler. Ils ont commencé à se venger.
Le « réveil » des animaux a plongé le monde dans le chaos. Alors qu’une minorité d’entre eux cherchent une solution pacifique pour cohabiter avec les humains, d’autres engagent une guerre sans merci. New York ; au milieu de la tourmente, Jesse, une fillette de onze ans, et son fidèle chien Sandor, partent à la recherche du frère de Jesse qui vit à San Francisco. Même si le voyage semble périlleux, rien n’aurait pu les préparer à ce qui allait arriver…

Note : 5/5

Mon humble avis

Si vous êtes amateur·rices de comics, vous avez probablement déjà entendu parler d’Animosity puisque c’est l’une des premières publications inédites du tout nouvel éditeur Snorgleux Comics ! Le sujet m’intéressait, j’adore Marguerite Bennett, et j’entends bien soutenir ce nouvel acteur du comics français, donc je me suis jetée dessus à sa sortie.

Le fait que les animaux non humains développent du jour au lendemain la capacité de parler avec les humains est vraiment très intéressante (même si tout le monde parle la même langue et que c’est un peu limite niveau cohérence). J’apprécie moins l’idée que leurs « consciences s’éveillent » puisque ça présuppose qu’ils ne sont pas conscients d’eux mêmes et de leurs vies, ce qui est affreusement faux… Mais passons ! Je suis prête à suspendre mon incrédulité. Et je pense que ça vaut vraiment le coup : dès les premières pages le comics mêle humour (la première chose que font les pandas est de s’entretuer ; un lézard avoue à son humain que son petit ami le trompe – point bonus parce que c’est une relation homosexuelle) et danger (une maman rat mange ses petits, la protagoniste se fait attaquer par un tigre). Cet équilibre va être bien maintenu au long de ce premier volume où Jesse et Sandor vont rencontrer d’autres personnes, humaines et non humaines, à qui ils vont parfois s’attacher et ce sont effectivement des relations touchantes.

Entre Sandor et Jesse d’abord, puisqu’il prend son rôle de protecteur très à cœur et n’hésitera pas à risquer sa vie pour la défendre. Inversement, Jesse a une confiance presque aveugle en Sandor et suit ses conseils ; même si elle n’hésite pas à insister pour se faire entendre parfois quand elle n’est pas d’accord. Un autre personnage m’a beaucoup touché : Bethany, Beth, Bessie ou Bethesdahm puisque ce·tte bison·ne oscille entre ces prénoms et j’aimerai beaucoup beaucoup en parler avec d’autres lecteurs parce que j’ai envie d’interpréter ce personnage comme non binaire, genderfluid. Ou alors c’est juste la question du prénom qu’iel est amené·e à choisir. Ou alors il y a des erreurs de traduction dans le genre de ce personnage…

En tous cas, Beth* s’attache très vite à Jesse et la prend sous son aile, notamment quand la jeune fille a… ses règles pour la première fois !! Doubles points d’exclamation parce que les menstruations sont tellement tabous dans notre société qu’elles sont rarement mentionnées dans la fiction… et encore moins montrées de façon aussi franche.

À la suite de l’« éveil », les animaux ont donc commencé à se révolter et à lutter contre l’oppression que leur font subir les humains. Certains se vengent sans diplomatie et décident de tuer les humains pour être tranquilles. D’autres prennent leur vie en main et refusent de continuer à appartenir aux humains. Bien sûr, même si le propos n’est pas complètement animaliste et anti-spéciste, le comics peut faire réfléchir sur les conditions de vie (ou de mort) qu’on impose aux animaux alors qu’on prétend les aimer. On retrouve aussi un contexte de monde dystopique qui n’a pas grand-chose d’original mais qui est bien mené me semble-t-il.

Ce premier tome n’est finalement qu’une introduction puisque tout en suivant les aventures de Jesse et Sandor, nous n’avons pas beaucoup de réponse : pourquoi l’éveil a-t-il eu lieu ? Qu’est-il arrivé aux parents de Jesse ?

Le tome se finit sur les nombreuses couvertures alternatives qui ont été publiées et c’est un régal pour les yeux !

Si vous avez déjà craqué pour Animosity ou que vous comptez le faire, n’hésitez pas à jeter un œil aux dates de la tournée de Rafael De Latorre en France et en Belgique qui aura lieu en novembre, notamment lors du HeroFestival de Marseille. Une version deluxe en noir et blanc grand format avec couverture exclusive est également prévue ; dans tous les cas, surveillez la page Facebook du Snorgleux Comics 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s