Descender T2 : Lune mécanique

Descender T2 : Lune mécanique, de Jeff Lemire (scénario) et Dustin Nguyen (illustrations), traduit de l’anglais (américain) par Benjamin Rivière, Urban Comics, collection « Indies », 2016, 120 pages.

L’histoire

À court d’options, TIM-21 et ses compagnons rejoignent l’équipage de Psius, leader de la résistance robotique secrète, vers une destination inconnue. Le petit robot se découvre alors l’existence d’un autre androïde en tout point identique : TIM-22. Au même moment, à la bordure connue de la galaxie, un chasseur de primes écume le secteur à la recherche des foyers de racailles mécaniques. Sa traque le mène sur la piste de TIM-21.

Note : 5/5

Mon humble avis

Le premier tome m’avait tant plu qu’il était hors de question que je passe sur cette lecture. Comme il s’agit d’un deuxième tome, je vais malheureusement faire allusion à des éléments d’intrigues du premier, donc si vous voulez garder toute la surprise de la série, mieux vaut passer votre chemin pour l’instant 🙂

On avait quitté Tim-21, Telsa et Qhon alors que le Programme faisait son apparition : la résistance secrète organisée par les robots pour se défendre et libérer leurs semblables. On en découvre plus sur ce groupe qui semble très attaché à aider Tim-21 : après tout, les TIM possèdent le même Codex que les Moissonneurs qui ont quasiment décimé les populations des neuf planètes du Conglomérat Galactique Unifié. Pourtant, le Programme est composé de Tim-22… mais ce dernier n’a pas fait le « rêve » ou n’a pas eu la vision que Tim-21 a eu des robots décimés. Bien sûr, s’il était possible de ramener ces robots dans leur monde, cela arrangerait grandement la résistance. Rien n’est jamais simple donc puisque chaque groupe a ses idéaux et ses objectifs propres, parfois peu avouables.

On retrouve les mêmes personnages, dont les relations commencent à se complexifier, je pense notamment au Capitaine Telsa qui semble s’attacher à Tim-21, même si elle n’a pas l’air de l’admettre et se cache derrière le fait qu’il soit utile au CGU. Un nouveau personnage fait son apparition, un liquidateur qui n’est pas qu’un antagoniste, contrairement à ceux qu’on pouvait voir dans le premier tome. Lui aussi finit par former équipe avec des compagnons de voyage un peu improbables. Enfin, on découvre une autre « faction », marginalisée celle-ci, des cyborgs qui se font appeler des « Interms » et sont apparemment très mal vus par la population puisqu’ils sont du côté des robots. En tous cas, ils sont obligés de se cacher et de vivre dans leur coin pour ne pas avoir d’ennuis. On en sait très peu sur eux à ce stade, donc vivement la suite !

Le trait de Dustin Nguyen est toujours une merveille et appuie les éléments du récit de façon très créative : les flashbacks sont sur des planches entières, en vis à vis avec les intrigues du présent, et dans des tons sépias pour qu’on puisse distinguer d’un coup d’œil qu’il s’agit de souvenirs. Alors que des personnages se retrouvent bousculés dans leur vaisseau qui se dérègle complètement, on observe une double page du comics déréglée également : il faut tourner le comics pour pouvoir lire le texte.

Ce deuxième tome continue la série en beauté, avec quelques réponses mais encore plus de questions pour nous donner envie de lire la suite ! Et vivement qu’elle arrive.

Pour en savoir plus :

Publicités

2 commentaires sur “Descender T2 : Lune mécanique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s