Loup, de Nicolas Vanier

Loup Nicolas VanierJ’aime énormément les loups, il était donc difficile pour moi de résister quand j’ai vu ce livre, d’autant que contrairement à de nombreux autres, les loups n’y sont pas décrits comme des tueurs sanguinaires. Le livre a été adapté en film en 2009 sous le même titre, Loup. Si je ne me trompe pas, on ne retrouve pas tout le roman dans le film, seulement la première, éventuellement la deuxième partie sur les quatre du livre. Mais il s’agit, selon moi, du meilleur du livre.

Nous suivons donc les aventures de Serguei, fils du chef d’un clan qui vit dans le désert de Sibérie de l’élevage de rennes. Les loups sont donc un danger à éliminer quand ils s’approchent des troupeaux puisque chaque renne perdu représente moins de nourriture et moins de matière première pour les vêtements et les outils. Le jeune Serguei, en revanche, ne peut s’empêcher de s’attacher à la meute qu’il rencontre et de jouer avec les louveteaux jusqu’à ce qu’il fasse, plus ou moins, partie de la meute à son tour. Ce secret n’est pas des plus simples à conserver mais si son clan savait, nul doute qu’il serait renié et banni.

Le livre montre donc, avec beaucoup d’aptitude, le comportement des loups face à l’homme qu’il n’a jamais rencontré, mais aussi le quotidien des Évènes, qui vivent avec un grand respect de la nature et avec des coutumes toutes plus intéressantes les unes que les autres. Je n’en sais que peu sur ce peuple, j’espère donc pouvoir croire ce que Nicolas Vanier dépeint. J’ai particulièrement apprécié les quelques mots évènes placés dans le texte. Enfin, le roman montre également le danger auquel ce peuple fait face : l’arrivée des occidentaux qui n’ont aucun respect pour leur Sibérie orientale et qui sont prêts à tout pour faire du profit ou simplement s’amuser. Détruire des forêts, chasser les mouflons ou les loups pour des trophées… rien ne semble pouvoir les arrêter.

Le roman se lit très facilement, mon seul reproche serait que la fin semble un peu bâclée : elle est beaucoup moins travaillée que le reste du roman et tout se passe beaucoup plus rapidement qu’au début. Un changement de rythme qui surprend et qu’on regrette un peu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s